L'Hydre et l'Académie

    Jean-Marc Piotte, La pensée politique de Gramsci

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4747
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jean-Marc Piotte, La pensée politique de Gramsci

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 17 Nov - 14:19

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/piotte_jean_marc/pensee_de_gramsci/pensee_pol_gramsci.pdf

    "Antonio Gramsci délimite le concept d'intellectuel de deux façons. La première consiste à définir les intellectuels par la place et la fonction qu'ils occupent au sein d'une structure sociale. Nous avons donc ici une définition de type sociologique. Il donnera le nom d'organique à cette première spécification de l'intellectuel. La seconde définition, de type historique, consiste à déterminer les intellectuels par la place et la fonction qu'ils occupent au sein d'un processus historique. Par le qualificatif traditionnel, Gramsci caractérise les intellectuels organiquement reliés à des classes disparues ou en voie de disparition. Dans l'analyse historique, le terme organique prendra une nouvelle signification en étant précisé et limité par celui de traditionnel. Cette distinction entre perspective sociologique et perspective historique n'introduit donc pas une scission dans d'objet étudié : elle n'est qu'une distinction méthodologique qui sera d'ailleurs dépassée dans la mesure où le schème d'interprétation historique reprendra, intégrera et complétera le schème sociologique." (p.15)
    -Jean-Marc Piotte, La pensée politique de Gramsci. Montréal : Éditions Parti-Pris, 1970, 302 pages.


    _________________
    "Aucune grandeur n'est possible où l'on refuse d'être ce qu'on est et fût-on l'ombre de soi-même, il faut partir de là."
    -Albert Caraco, La France baroque, Edition L'Age d'Homme, 1975, 255 pages, p.64.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point."
    -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Jeu 26 Avr - 17:07