L'Hydre et l'Académie

    Catherine Audard, « Le “nouveau” libéralisme »

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5707
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Catherine Audard, « Le “nouveau” libéralisme » Empty Catherine Audard, « Le “nouveau” libéralisme »

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 7 Fév - 19:21

    "Mill a transformé la conception libérale classique de la liberté. Pour lui, les obstacles à la liberté ne se situent pas dans les seules contraintes exercées directement par autrui, dans les relations interpersonnelles ou dans les abus de pouvoir de l'Etat, mais, de manière beaucoup plus insidieuse et invisible, dans les conditions sociales elles-mêmes de l'existence individuelle ainsi que dans les inégalités de pouvoir économique, social et culturel. La liberté suppose donc une connaissance de ces facteurs sociaux. La sociologie naissante, l'histoire vont être mises au service de l'émancipation humaine. La liberté doit cesser d'être pensée comme un attribut " naturel " de l'individu présocial pour être transformée en un concept " relationnel " et " positif " qui inclut les moyens d'action et l'accès aux ressources sociales sans lesquelles le potentiel de l'individu ne peut se réaliser. Mill ne définit donc pas la liberté individuelle par la seule liberté des marchés, mais prône une intervention des pouvoirs publics pour venir en aide aux déshérités, acceptant que les droits de propriété soient encadrés et limités, réclamant même une taxe sur les héritages et appuyant le mouvement coopératif naissant."

    "Le philosophe John Dewey (1859-1952) a été le représentant le plus célèbre du " progressisme " américain et du " nouveau " libéralisme ainsi que de la nouvelle éthique démocratique et égalitaire. Mais il faudrait également citer Herbert Croly (1869-1930), le fondateur de The New Republic, organe du mouvement, et Walter Lippmann (1889-1974), son publiciste le plus célèbre. Enfin, tous puisent leur inspiration dans la philosophie de William James (1842-1910). Dewey se situe nettement à gauche des " nouveaux " libéraux anglais comme des républicains " libéraux " français et fait une critique sévère du libéralisme classique. Ce dernier a fait de l'Etat son ennemi alors que l'Etat est nécessaire pour garantir la liberté individuelle et l'équité sociale. Il mène la guerre contre l'individualisme atomiste au nom de la responsabilité sociale. L'influence de Dewey sur la " Grande Société " de Lyndon Johnson (1965) sera considérable et explique pourquoi le terme " libéral " aux Etats-Unis est dorénavant synonyme de " socialisme ". Le philosophe Richard Rorty (1931-2007) a été récemment le chantre d'un nouveau " progressisme " comme nouveau " grand récit " national des Etats-Unis."
    -Catherine Audard, « Le “nouveau” libéralisme », L'Économie politique, 2009/4 (n° 44), p. 6-27.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 18 Juil - 4:39