L'Hydre et l'Académie

    Rousse Fée

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4901
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Rousse Fée

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 10 Juin - 22:14

    Lu sur Docti (http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/recits-erotiques/rousse-sujet_5808_1.htm ) :
    Elle est une divine apparition
    Sa flamboyante chevelure
    La rend féline et lionne

    Un regard profond
    Baigné d’un vert intense
    Hypnotise votre serviteur

    Sa gracieuse silhouette
    Grande et élancée
    J’ai envie d’y déposer
    Mes lèvres sur ses hanches

    Blanche porcelaine
    Sa peau est douce
    Sous des caresses expertes
    Elle frémit d’extase

    La toison cuivrée
    Accueille ma bouche
    Luisants pétales
    Frémissez sous ma langue

    Elle chante
    Ma rousse Fée
    Ses gémissements
    Sont une douce mélodie

    Son iodé parfum
    Enivre mes sens

    Son nectar inonde ma langue
    Quel délice de la boire
    Elle se pâme sous ma bouche
    S’abandonne au Merveilleux
    Elle crie sa joie interminablement

    Soudain une blanche main s’accroche ma hampe
    Elle palpite entre ses fins doigts
    La belle n’en a cure,
    La gaule coulisse divinement entre eux

    La Fée s’avance gaillardement
    Son visage se tend vers l’objet tant désiré
    Le dôme violet caresse ses joues
    Sa rousse crinière frôle la tige de chair

    Je frémis, mon ventre se crispe
    Sa langue rose lape sa friandise
    Le souffle chaud de ma Fée, sur mon ventre
    Je me laisse aller à sa bouche

    Ses lèvres s’entrouvrent, ses dents blanches raclent
    Sur la fine peau du membre raide de désir pour elle
    Ma Fée, les joues creusées, me tète lentement
    Pour m’avaler progressivement au fond de sa gorge chaude

    Profonde elle est, avalant la hampe avec délice
    Son petit nez aux taches de rousseur vient cogner
    Contre mon pubis velu
    La coquine aspire, lèvres soudées au pieu

    Sa langue me plaque, ses dents mordillent, ses yeux brillent
    D’un feu d’amour aux couleurs d’émeraude
    La rousse Fée me sent palpiter, je gémis d’aise
    Sous sa gourmande bouche

    Mes doigts se crispent sur les draps de satin
    Le bonheur est proche, elle me sent tressauter
    Tendues et gonflées, les veines bleutées reflètent mon envie
    Les doigts coquins de ma flamboyante amante
    Enserrent tendrement mes bourses

    Le nectar est proche, la Fée le sait, elle attend ce moment
    Pour boire son mâle, s’abreuver à lui pour aspirer son âme

    Un cri

    La lave jaillit au fond de la magique gorge
    Le garçon se tord, la Fée soudée à lui
    Il hurle sa joie, elle accroît sa succion
    Pour ne perdre aucune goutte de son âme

    Plus tard elle le sait, il viendra la couvrir
    Sa hampe en elle, la jouissance viendra.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Jeu 21 Juin - 20:16