L'Hydre et l'Académie
anipassion.com

    Stéphane Geyres, Série Analyse des Programmes : Le FdG & Le FN

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 3752
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Stéphane Geyres, Série Analyse des Programmes : Le FdG & Le FN

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 20 Nov - 10:21

    http://liberteparprincipe.blogspot.fr/2014/01/serie-analyse-des-programmes-le-fdg-1-6.html
    Pour le Front de Gauche, nous prenons des extraits du programme publié ici.

    "Augmenter Les Salaires
    Nous voulons rétablir le droit au travail, à l’emploi et au repos dans une nouvelle répartition des richesses. Pour cela, nous établirons les 35 heures effectives, le droit à la retraite à 60 ans à taux plein, le Smic à 1 700 euros et un salaire maximum dans les entreprises publiques et privées. Après leur remise en cause par la droite, les 35 heures seront pleinement établies par la loi, sans annualisation, ni perte de salaire et avec les embauches correspondantes (notamment dans la fonction publique), sous le contrôle des élus du personnel."
    Dès la première phrase, le FdG est hors de la réalité des lois économiques et sociales, puisqu’il pose comme droits des concepts sociaux qui ne sont que le fruit du fonctionnement économique et non de la loi. Les mesures qui suivent sont toutes de nature communiste et toutes de nature à ruiner le peuple, à commencer par les pauvres qu’il prétend protéger. Il souhaite une nouvelle répartition des richesses, mais sa vision égalitariste pousse tout le monde vers l’égalité dans la pauvreté. Par exemple, pousser le Smic à 1700 euro veut dire que très vite, l’inflation remettra le pouvoir d’achat réel à ce niveau. Personne n’aura rien gagné et la France sera devenue d’autant moins compétitive. La solution est au contraire à la baisse du Smic pour ouvrir l’emploi aux jeunes et aux peu-qualifiés.

    « Abolir la Précarité
    La deuxième caractéristique du capitalisme de notre époque est la généralisation de la précarité. Nous combattrons ce fléau qui ronge à petit feu les forces vives du pays. […] Pour sortir les jeunes de la précarité, de la dépendance familiale et du recours au salariat pendant leurs études, nous créerons un statut social pour tous les jeunes permettant leur autonomie. Nous mettrons en place un système d’allocations financées, pour les jeunes en formation, par la solidarité nationale, et pour ceux en recherche d’un premier emploi, par la Sécurité sociale professionnelle. Ces contrats sécurisés de formation et d’emploi ouvriront droit à la prise en charge des cotisations sociales afin entre autres d’inclure les années de formation dans la durée de cotisation pour la retraite…. »

    On retrouve la croyance communiste voyant le capitalisme comme la cause de nos maux, alors qu’il est le principal mécanisme de progrès social. Surtout, il s’agit de le combattre, comme si on pouvait combattre le fonctionnement social. Plus idiot, la croyance qu’il suffit de donner un « statut social » pour que les problèmes sociaux disparaissent, alors qu’ils ne sont que les effets de problèmes économiques. Noter d’ailleurs qu’il n’est fait nulle mention de l’économie dans ce paragraphe, ce qui montre l’incompréhension profonde du phénomène. On finira sur les « contrats sécurisés », oxymores évidents puisque justement, un contrat est établi parce que chaque partie veut rester libre. Sinon, cela s’appelle de l’esclavage, non ?

    « Plan d’urgence pour le logement et contre la spéculation immobilière
    À cause de la crise et de la bulle immobilière, les conditions de logement de nos concitoyens se dégradent. Nous ferons à nouveau du logement un droit et une priorité nationale. Pour cela, nous abrogerons la loi Boutin (Molle) et toutes les aides fiscales au logement spéculatif privé. Le logement locatif social sera reconnu comme le logement universel accessible à tous. Nous engagerons un plan d’urgence national pluriannuel de construction de 200 000 logements publics sociaux par an pendant cinq ans comprenant un volet spécifique de logements étudiants et pour les jeunes.
    Nous porterons donc le budget logement à 2 % du PIB en crédits de paiement, et reviendrons à une aide à la pierre à hauteur de 40 % du coût des opérations, avec des prêts publics bonifiés et de longue durée de remboursement. »
    Cette fois, le FdG vient donner des leçons sur le logement, en posant d’emblée que les conditions « se dégradent », mais sans trop creuser le pourquoi. Bien sûr, c’est forcément la crise et la bulle, mais surtout on ne dira pas que c’est en réalité la déresponsabilisation des locataires rendus intouchables et inamovibles qui fait fuir la location. Irréalisme, quand tu nous tient. Et l’irréalisme continue avec le droit au logement, droit que le FdG « fera ». Mais enfin, si ce n’est pas un droit, il y a peut-être une raison ? Un droit ne se fait pas, il est droit ou il est autre chose. On ne change pas le monde en claquant des doigts. Le logement est une ressource et comme toute ressource subit les lois de l’économie. Mélenchon ne pourra jamais rien contre cela. Mais continuons. Voilà le logement locatif social seul « logement universel », nous sommes bien en URSS ou en Chine où tout le monde doit avoir comme le voisin. Et de préférence tous les mêmes cages à lapins – ou à moutons. Ah mais comme en URSS aussi, il y a des privilégiés : les étudiants, tous bien lobotomisés, ont « droit » à une exception. Mais le meilleur reste pour la fin, où entre les 2% de PIB en crédits et des aides à 40%, nos amis nous préparent une autre bulle de crédit immobilier… qu’ils dénonçaient pourtant tout au début. Ah les communistes….

    « La santé, notre bien commun !
    Le niveau des indicateurs de santé révèle avant tout les inégalités socio-économiques. En ce sens, les mesures qui précèdent concourent toutes à renforcer le droit à la santé, que nous définissons comme « un état de bien-être physique, mental et social » et considérons comme une préoccupation transversale de toutes les politiques publiques.
    Nous mettrons fin en priorité aux fermetures et démantèlements d’hôpitaux, de maternités, de centres de soins et
    d’IVG. Nous garantirons l’accès effectif et gratuit à la contraception et à l’IVG.
    Nous abrogerons la loi Bachelot et la loi de 2003 instituant la tarification à l’activité. Nous investirons massivement pour redonner à l’hôpital public les moyens nécessaires à une politique de santé de qualité. »
    Voilà en quelque sorte que le FdG nous invente ni plus ni moins le droit au bonheur – car sa définition de la santé relève plus de ce niveau que celle du Larousse : « état de bon fonctionnement de l'organisme ». Passons sur la glose habituelle pour relever les erreurs essentielles : « nous investirons ». Non, l’état n’investit jamais, il dépense. Investir suppose un retour, donc la vente de services ou produits pour en tirer un profit. De plus, il ne suffit pas de dépense pour investir, car on ne peut savoir à l’avance si un investissement sera rentable. Bref, seul l’entrepreneur investit, jamais l’état. Les « moyens nécessaires » sont une autre illusion classique : Qui décide que c’est nécessaire ? Qui le sait ? Vous croyez que les bureaucrates savent ce dont *nous* avons besoin ? Non bien sûr. Il n’y a que vous qui savez ce qui vous est nécessaire et pouvez *choisir* entre mettre de l’argent – le vôtre – dans une maternité ou dans un voyage…

    « Un Pacte pour un nouvel essor des services publics
    Les services publics doivent satisfaire les besoins des populations et l’intérêt général. Ils doivent donc être préservés de toute soumission à des intérêts privés comme aux marchés financiers.
    L’éducation, la santé, la protection sociale, la recherche, l’énergie, l’eau, les transports, les télécommunications, le crédit, le logement, la Poste, la sécurité et la justice seront protégés comme notre patrimoine commun car ils assurent les conditions de l’égalité et de la citoyenneté.
    Nous ferons nôtres les objectifs du Pacte pour les services publics, adopté aux États généraux de janvier 2011, fondé sur le principe d’appropriation sociale, d’égalité et de solidarité, de reconquête du bien commun par le peuple dans le plein exercice de sa souveraineté et sur l’ambition d’un développement humain durable. […] »
    Les deux premières phrases à elles seules suffisent à planter le décor et dire toute l’utopie communiste. Le FdG commence par vouloir nous imposer sa vision des choses : les services publics (SP) « doivent » nous servir. On notera que le rôle ainsi supposé de ces SP n’est même pas régalien, mais carrément universel. On se fiche de la sécurité et de la justice, ce sont nos « besoins » et « l’intérêt général » qu’ils « doivent » avoir en charge. Or personne ne sait ce que sont nos besoins, surtout pas les bureaucrates. Si je convoite compulsivement ma pulpeuse voisine, est-ce un besoin et est-ce donc le rôle des SP que de la mettre dans mon lit ? Quant à l’intérêt général, un peu de réflexion montre vite que son périmètre est réduit en réalité au seul respect du droit par tous. Enfin, l’esprit communiste ne manque pas de vouloir « préserver » ces SP des « intérêts privés » et des « marchés » sans voir que la réalité est inverse. Des SP aux mains des bureaucrates, voilà la meilleure source de toute corruption, et donc de dévoiement des SP. Alors que des SP soumis au marché et à sa concurrence seraient cette fois réellement poussés par la demande et donc par les besoins. Pauvre France.

    « 2. Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers
    En quelques années, la finance a conquis des pouvoirs exorbitants. Le dollar, monnaie internationale de référence, n’a plus aucun lien avec une quelconque réalité matérielle. Les détenteurs de capitaux peuvent agir à leur guise sur des marchés boursiers méthodiquement dérégulés. Ils ont obtenu une fiscalité au bénéfice des revenus du capital, le droit d’échapper en grande partie à l’impôt, la libre circulation du capital financier dans le monde et ils se permettent aujourd’hui de « noter » les États, les plaçant sous la menace des attaques des spéculateurs.
    Nous mettrons fin à ces privilèges inouïs et contraires à la démocratie qui nous placent sous la menace de crises financières incessantes et de politiques d’austérité désastreuses. Nous mettrons en place une nouvelle réglementation bloquant la spéculation et la financiarisation de toute l’économie et placerons sous contrôle social les banques privées qui la violeraient. Nous agirons pour changer les missions de la Banque centrale européenne et créerons en France un pôle public bancaire et financier qui agira pour l’emploi et les salaires, contre les délocalisations et la spéculation. »
    Par ce titre, le FdG commet d’emblée deux erreurs classiques. Le pouvoir n’est pas aux banques. Du moins pas à elles seules. Sans leur statut issu du pouvoir politique, elles ne seraient rien que des entreprises parmi d’autres sur le marché.
    Un prof’ d’histoire disait : « Au contraire de ce que croyait cet imbécile de Marx, ce n’est pas l’argent qui appelle le pouvoir, mais le pouvoir qui appelle l’argent. » Autrement dit, reprendre le pouvoir aux banques est une impasse. Le pouvoir est ailleurs.
    La seconde erreur, c’est de croire que ce pouvoir permettrait de gouverner l’économie.
    Ce qui est plus surprenant voire encourageant, c’est de voir le FdG critiquer le caractère non-matériel du dollar. Par contre, pas de surprise, il n’a toujours pas compris que la spéculation est un mécanisme économique naturel et indispensable pour le marché. Et que chacun de nous est un spéculateur : chaque mois, le salarié spécule sur son salaire à venir, sur une opportunité éventuelle de prime ou d’augmentation, le boulanger qui espère voir plus de clients, etc.
    Enfin, nous n’échappons pas au grand fantasme du grand pole financier nationalisé qui pourrait alors agir sur tous les fléaux de l’économie. Le rêve de la mainmise sur l’économie pour enfin égaliser tout le monde reste bien vivace, hélas.

    ***

    Tous les salaires jusqu’à 1 500 € bénéficieront d’une augmentation de 200 € nets. Cette mesure sera notamment financée par l’instauration d’une Contribution sociale aux importations de 3 % sur la valeur des biens importés."
    C'est-à-dire que vous financez vous-mêmes votre propre augmentation, ce qui ne sert à rien. Chaque fois que vous mangerez du fromage italien, boirez une bière ou un whisky, ou que vous achèterez un téléphone vous contribuerez à votre propre salaire. Voilà donc une mesure qui va nous sortir de la crise, grâce aux fonctionnaires qu'il faudra pour la mettre en oeuvre.

    "La revalorisation des pensions de retraite sera effectuée, de même que les pensions de reversion versées au conjoint de la personne décédée, et actuellement fixées à 18 720 € par an, seront rehaussées à 30 000 €. Le point d’indice sera revalorisé pour les petits salaires de la fonction publique."
    Le FN propose donc d'aller à l'inverse de toutes les analyses et d'augmenter significativement les retraites sans en avoir préalablement changé la structure de financement. Pas un mot dans le sens d'une évolution vers la capitalisation, par exemple. Cela revient à taxer les personnes actives encore plus, au profit de personnes âgées certes mais qui sont improductives, profitent déjà d'une retraite et sont déjà à leur charge. Elle est belle la justice sociale du FN, elle est même pire que celle du PS. Précisons qu'il n'est même pas dit comment ils comptent financer ce gouffre.

    « - Les tarifs du gaz, de l’électricité et du train seront immédiatement baissés de 5 %.
    - La TIPP (taxe sur le carburant) sera baissée de 20 %, ce qui diminuera de 12 % le prix à la pompe. Cette mesure sera financée par une taxation des grandes entreprises pétrolières et gazières. »
    Pas de surprise avec le FN, on est dans le dirigisme absolu et idiot. D'abord, une baisse des tarifs populiste dont on ne sait trop comment elle sera financée ; mais surtout l'occasion perdue de rendre à GDF, EDF et la SNCF leur liberté par leur totale privatisation - par mise aux enchères par exemple.
    Pour la TIPP, on est carrément dans le ridicule, car on nous explique en réalité... que rien ne va changer. Car voyons, si le "manque à gagner" de la TIPP est remplacée par une taxe des pétroliers, ceux-ci seront obligés de modifier leurs prix en conséquence. Donc le prix à la pompe. Qui donc finira au même niveau qu'aujourd'hui pour l'automobiliste.
    On voit que non seulement le FN n'a pas le courage de simplement baisser la fiscalité, mais en plus ne comprend rien à l’économie.

    « Retrouver notre liberté monétaire
    Depuis 10 ans, l’euro, monnaie unique, n’a tenu aucune de ses promesses. Son bilan est sans appel : explosion des prix, chômage, délocalisations, dette. La France doit préparer, avec ses partenaires européens, l’évolution de l’euro, qui deviendrait une monnaie commune, coexistant avec le franc, qui serait rétabli. Ce dispositif, proposé aux Français dans le cadre d’un référendum, permettrait d’oxygéner notre économie et de retrouver la voie de la prospérité. »
    Comme souvent, le FN fait un bon diagnostic. En effet, l’euro est non seulement un échec mais une aberration économique. En effet, sortir de l’euro est probablement inéluctable. Mais revenir au franc, glissé très discrètement et sans plus de précision ici, en parallèle de l’euro peut amener une situation bien pire. La question est : quel franc ? Si c’est pour revenir à un franc adossé à l’or, nous ne pourrions qu’applaudir. Mais, comme c’est le plus probable, s’il s’agit d’un franc papier proche de celui que nous avions avant l’euro, non merci. Car dans ce cas là, nous perdrions le seul avantage de l’euro, celui de ne pas laisser chaque état totalement libre de l’inflation et des déficit qu’il nous impose.

    « La France s’est déjà endettée de 60 milliards d’euros pour renflouer la Grèce, l’Irlande et le Portugal.
    Elle vient de s’engager pour 143 milliards d’euros dans le cadre du MES (Mécanisme européen de stabilité).
    Rester dans l’euro, c’est se condamner à « mourir à petit feu ¬», selon l’expression d’un économiste.
    En effet, il n’existe que deux moyens de retrouver la compétitivité: soit baisser les salaires et déconstruire le système de protection sociale, c’est le choix de l’UMPS ; soit agir sur notre monnaie en refusant les plans dramatiques d’austérité sociale, c’est le choix de Marine Le Pen.
    Il conviendra d’adopter des mesures de contrôle des mouvements de spéculation des capitaux. Les banques de dépôt feront l’objet d’une nationalisation partielle aussi longtemps que nécessaire pour assainir les pratiques bancaires et sécuriser l’épargne des Français. »
    Comme souvent, le FN part d’une bonne idée. En effet, l’euro est une erreur et payer pour la dette d’autres pays est un scandale qui n’est pas assez dénoncé. Mais lorsqu’il demande à sortir de l’euro pour pouvoir « agir sur notre monnaie », cela veut dire gommer la dette par la sur-inflation. Les victimes dans ce cas sont toujours les mêmes, les consommateurs, qui verront baisser leur pouvoir d’achat d’autant. Espérer payer la dette par l’inflation, c’est réduire le niveau de vie des français de plus de moitié. Mais bien sûr, cela le FN ne le dira pas – et il n’est même pas sûr qu’il le sache…

    « Soutien aux entreprises et commerces : Le patriotisme économique
    - Une protection intelligente aux frontières sera mise en œuvre pour lutter contre la concurrence déloyale des pays à très bas coût de main-d’œuvre et les délocalisations qui en sont la conséquence.
    - Les petits commerces seront défendus contre la grande distribution: une action sera engagée par l’État au niveau des centrales d’achat pour rétablir un équilibre entre le commerce indépendant et la grande distribution. Les liens d’exclusivité entre centrales d’achat et grands distributeurs seront interdits.
    - La priorité sera donnée dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire et de la ruralité au maintien et au développement du petit commerce en zones rurales.
    - Une administration exclusivement dédiée aux TPE/PME sera créée pour simplifier la bureaucratie dont sont victimes nos entrepreneurs.
    - L’apprentissage dès 14 ans sera rétabli.
    - L’État et les administrations auront l’obligation de se fournir auprès des entreprises françaises (grande loi «Achetons français»). »
    Le FN se positionne donc clairement protectionniste, alors qu’on sais depuis Turgot que c’est idiot. Avec son « administration dédiée », il s’affirme d’un étatisme affirmé. Autant d’erreurs d’analyse économique, où par exemple pour les produits « des pays à très bas coût », on oublie que c’est le consommateur français seul qui est ainsi in fine pénalisé. Et il ne se rend même pas compte que la distorsion entre petits commerces et grandes surface est un effet logique de la loi Galland et ses dérivées, loi(s) qu’il suffirait donc d’abroger. Il n’y en fait qu’un seule bonne idée dans ce texte : la possibilité de l’apprentissage. Pourvu qu’elle soit libre…



    _________________
    «You'll have to think harder than you've ever done before, because you will be on your own -relying on your own judgment and the logic of the arguments you hear or consider, rejecting all authorities and all bromides, and taking nothing on faith. »  
    -Ayn Rand.



      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 12:46