L'Hydre et l'Académie

    Théodore Quoniam, La pensée de Péguy [préface par Henri Massis]

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Théodore Quoniam, La pensée de Péguy [préface par Henri Massis] Empty Théodore Quoniam, La pensée de Péguy [préface par Henri Massis]

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 7 Jan - 17:58

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4800616n.r=henri%20massis?rk=21459;2

    "Cinquante ans après sa mort au combat, voilà que nous le sentons, Péguy, présent comme le plus vivant des humains, et cela dans la mesure même où nous avons besoin de lui. [...]
    Ce qui nous frappe dans l’œuvre de Péguy, c'est le pouvoir de germination, de fécondation qu'elle garde, animée qu'elle est par une sorte de ferment vital qui foisonne et fructifie. [...]
    Il appartenait au neveu de Joseph Lotte -l'ami, le confident le plus proche de Péguy- de dégager ainsi ce que l’œuvre de Péguy recèle toujours d'utile, d'efficace, de fécond -d'une fécondité postérieuse, posthume- et d'ouvrir toutes les voies de filiation à venir, toutes les échappées qu'elle propose
    ." (p.3)
    -Henri Massis, préface à Théodore Quoniam, La pensée de Péguy, Bordas, 1967.

    "
    -Théodore Quoniam, La pensée de Péguy, Bordas, 1967.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Dim 26 Mai - 17:30