L'Hydre et l'Académie

    Pierre Gripari, L'Évangile du rien. Lectures commentées

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5626
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre - Pierre Gripari, L'Évangile du rien. Lectures commentées Empty Pierre Gripari, L'Évangile du rien. Lectures commentées

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 3 Jan - 16:45

    "Montherlant est peut-être le seul, parmi les grands écrivains français, qui ait osé comprendre Nietzsche. Son goût des valeurs "nobles" lui a valu de passer, pendant des années, pour un professeur d'énergie. On lui a même fait le grand honneur de le traiter de fasciste... En réalité, quand on le connaît bien, on s'aperçoit qu'il est beaucoup plus un disciple d'Epicure et d'Alfred de Vigny, que de Mussolini ou de Maurice Barrès. Malgré ses protestations, il n'est jamais autant lui-même que quand il se projette dans Pierre Costals, le héros du cycle des Jeunes Filles (sympathique dragueur et individualiste voluptueux), voire dans Léon de Coantré, qui est celui des Célibataires: un peureux, un timide, un aboulique, mais un être touchant, d'une indiscutable qualité humaine."
    -Pierre Gripari, L'Évangile du rien. Lectures commentées, L'Age d'Homme, 1980, 203 pages, p.186.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 25 Mai - 9:27