L'Hydre et l'Académie

    Jacques Domenech, L'éthique des Lumières: les fondements de la morale dans la philosophie française du XVIIIème siècle

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5624
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    jacques - Jacques Domenech, L'éthique des Lumières: les fondements de la morale dans la philosophie française du XVIIIème siècle Empty Jacques Domenech, L'éthique des Lumières: les fondements de la morale dans la philosophie française du XVIIIème siècle

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 14 Nov - 16:24

    https://books.google.fr/books?id=MIsvZyli80UC&pg=PA35&lpg=PA35&dq=int%C3%A9r%C3%AAt+bien+compris&source=bl&ots=EUEcrSHTG9&sig=TkyrFfzx3gB6IBXzBlxD2HjEAcE&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiI86y0pdTeAhUuzIUKHf88AXI4ChDoATABegQIBxAB#v=onepage&q=int%C3%A9r%C3%AAt%20bien%20compris&f=false

    "Lorsque Diderot écrit, dans l'Essai sur les règnes de Claude et de Néron, que La Mettrie est "un écrivain qui n'a pas les premières idées des vrais fondements de la morale", il professe la plus grave accusation qui soit à l'encontre d'un philosophe des Lumières. Comme le pense aussi d'Holbach, Diderot juge La Mettrie coupable d'immoralisme et Diderot traduit son courroux envers La Mettrie en proclamant l'ignorance de l'accusé quand à la question du fondement de la morale." (p.9)

    " "M. Helvétius est le premier qui ait fondé la morale sur la base inébranlable de l'intérêt personnel" [...] Saint-Lambert compte parmi les rares contemporains qui n'en font pas un grief ; bien au contraire, il loue l'ouvrage De l'Esprit pour cette nouveauté." (p.36)

    "Sade ne voit dans la démarche dictée par l'intérêt bien compris qu'un marché de dupes -c'est du moins ce qu'il prétend redouter- mais surtout Sade, contrairement à d'Holbach, ne croit pas que les passions puissent être orientées, dirigées vers la vertu ; il en résulte un divorce entre nature et société, et Sade l'a bien compris [...] Une telle théorie, diamétralement opposée aux conceptions de d'Holbach, conduit au nihilisme moral que Sade ne se cache pas de professer." (p.49)

    p.192
    -Jacques Domenech, L'éthique des Lumières: les fondements de la morale dans la philosophie française du XVIIIème siècle, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1989, 271 pages.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Mai - 13:39