L'Hydre et l'Académie

    Chronologie indicative de la réception, traduction et discussion de Nietzsche en France (hors traductions d’études étrangères)

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5557
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Chronologie indicative de la réception, traduction et discussion de Nietzsche en France (hors traductions d’études étrangères)  Empty Chronologie indicative de la réception, traduction et discussion de Nietzsche en France (hors traductions d’études étrangères)

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 11 Nov - 17:08

    Version du 11 novembre 2018

    1874 : Compte-rendu (attribué à Gabriel Monod) des deux premières Considérations inactuelles, dans la Revue critique d'histoire et de littérature du 26 septembre et du 14 novembre 1874.
    1875 : Compte-rendu (attribué à Gabriel Monod) de la Troisième Inactuelle (« Schopenhauer éducateur »), dans la Revue critique d'histoire et de littérature du 23 janvier 1875.
    1877: Richard Wagner à Bayreuth, trad. Marie Baumgartne, Ernest Schmeitzner, libraire-éditeur, 1877 (pp. 1-197).
    1891: Théodore de Wyzewa, « Frédéric Nietzsche, le dernier métaphysicien », Revue bleue, t.48, 1891, (pp. 586-592).
    1892: Le Cas Wagner, trad. Daniel Halévy et Robert Dreyfus, La Société nouvelle, année 8, tome 1, janvier-février 1892. [ ?]
    Daniel Halévy et Fernand Gregh, « Frédéric Nietzsche » suivi d’une traduction de deux extraits de Au-delà du bien et du mal, Le Banquet, 1892 : « La vie –voilà en effet le mot de la philosophie de Nietzsche. Loin d’être pessimiste, il est le philosophe de la confiance, de la santé, de la joie […] Nietzsche est le fervent de la vie ». Trois autres articles (non signés) d’Halévy en juin et en novembre.
    Théodore de Wyzewa, "Nietsche", Le Figaro, 10 avril 1892 : « Il sera toujours temps de revenir sur la philosophie de Nietsche. Je crois même que le moment approche où traducteur, commentateurs, imitateurs vont la rendre aussi populaire chez nous qu’elle l’est déjà en Allemagne et dans les pays du Nord. »
    Robert Dreyfus, "La philosophie du marteau", Le Banquet, mai 1892, p. 65-74. Critique les exposés de Wyzewa, traduits des extraits du Crépuscule des Idoles.
    Louis Tauxier, "Les Revues du mois : Frédéric Nietsche. -Le Barrésisme", Revue jeune, juin 1892, p. 39-45.
    1893 : Le Cas Wagner, Éditions A. Schultz, traduction par Daniel Halévy et Robert Dreyfus.
    Jean Thorel, « Les Pères de l’anarchisme : Bakounine, Stirner, Nietzsche », La Revue bleue, n°51, 1893.
    Jean Bourdeau, « Le néo-cynisme aristocratique : Frédéric Nietzsche », Journal des Débats, 20 avril, 1893.
    1894: Henri Albert, Les Lettres allemandes. Les Œuvres complètes de Nietzsche, La Revue blanche, Tome VII, 1894 (pp. 449-452).
    1895 : Édouard Schuré, « L’individualisme et l’anarchisme en littérature. Frédéric Nietzsche et sa philosophie », Revue des Deux Mondes, 1895. Évoque sa rencontre de Nietzsche à Bayreuth en 1876 : « Tout a été englouti dans la pléthore du moi et dans la folie furieuse de l’athéisme. Voilà pourtant celui qu’une fraction de la jeunesse se propose pour modèle et que des esprits légers citent journellement comme le prophète de l’avenir ! »
    1897: traduction d'extraits du Crépuscule des Idoles dans La Revue blanche, Tome XII, 1897 (pp. 346-349), par H. Lasvignes, sous le titre La Morale ou la Contre-nature. [pas Halévy ?]
    1898: Henri Lichtenberger, La Philosophie de Nietzsche, Félix Alcan, 1898, 195 pages. 9 rééditions jusqu’en 1905. Premier livre français sur Nietzsche. Réédité en 1923.
    Ainsi parlait Zarathoustra, trad. Henri Albert, Éditions du Mercure de France, 1898.
    Par-delà bien et mal, traduction intégrale par L. Weiskopf et Georges Art, 1898.
    Compte-rendu d’Ainsi parlait Zarathoustra dans L’Illustration du 26 novembre 1898 : « Le philosophe allemand Friedrich Nietzsche a, depuis dix ans, chez nous, l’étrange situation d’un auteur fameux –et même à la mode- dont nous n’avons jamais, pour ainsi, pu lire une seule ligne, aucun de ses ouvrages importants n’ayant été traduit en français. Mais grâce à Henri Albert, cette situation anormale va enfin cesser. »
    1899: Crépuscule des idoles, Le Cas Wagner, Nietzsche contre Wagner, L’Antéchrist, trad. Henri Albert, Paris, Société du Mercure de France, 1899.
    Humain, trop humain (première partie), trad. A.-M. Desrousseaux, 1889.
    Aphorismes et fragments choisis, trad. Henri Lichtenberger, F. Alcan, 1899.
    1899-1909: Henri Albert (dir.), Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche.
    1900: Généalogie de la morale, trad. Henri Albert, Paris, Société du Mercure de France, 1900.
    Théodore de Wyzewa, À propos de la mort de Nietzsche, Revue des Deux Mondes, 4e période, tome 161, 1900 (p. 697-708).
    Michel Arnauld (pseudonyme de Marcel Drouin), « Frédéric Nietzsche », La Revue blanche, 1er septembre 1900, p.5-14.
    1901: Ainsi parlait Zarathoustra, nouvelle trad. Henri Albert. Il traduit également Aurore et Le gai savoir.
    L’origine de la tragédie, ou Hellénisme et pessimisme, trad. Jean Marnold et Jacques Morland, 1901.
    Charles Le Verrier, « Friedrich Nietzsche », Revue de métaphysique et de morale, 1901.
    Victor Basch, « Individualistes modernes. I. Friedrich Nietzsche », La Grande Revue, 1901.
    1902: Le voyageur et son ombre. Opinions et sentences mêlées (Humain, trop humain, deuxième partie), trad. Henri Albert, 1902.
    Alfred Fouillée, Nietzsche et l’immoralisme, Félix Alcan, 1902, 292 pages.
    Eugène De Robertis, Frédéric Nietzsche. Contribution à l’histoire des idées philosophiques et sociales à la fin du XIXe siècle, Paris, Alcan, 1902.
    Jean Bourdeau, « Nietzsche, socialiste malgré lui », Journal des débats, 2 septembre 1902.
    Paul-Louis Garnier, "Réflexions sur Nietzsche", in L'Ermitage, volume 24, n˚5, mai 1902, p. 334-351. Première partie de l'ouvrage paru la même année sous le même titre aux éditions de l'Ermitage.
    Daniel Halévy, "Frédéric Nietzsche (Œuvres posthumes)", in Le Temps, 4 décembre 1902.
    1902-1903 : Henri Lichtenberger donne à la Sorbonne un cours de littérature allemande sur Nietzsche.
    1903 : Deuxième tome de La volonté de puissance, traduction Henri Albert.
    Par-delà bien et mal, trad. Henri Albert, 1903.
    Henri Albert, Frédéric Nietzsche, Paris, Bibliothèque internationale d’édition, 1903.
    1904: Albert Lévy, Stirner et Nietzsche, Thèse présentée  à la Faculté des Lettres de l'Université de Paris, Société nouvelle de librairie et d'édition, 1904.
    Jean Bourdeau, Les maîtres de la pensée contemporaine. Stendhal, Taine, Nietzsche, Paris, Alcan, 1904. Édition augmentée en 1913.
    Édouard Schuré : Précurseurs et révoltés. Shelley, Nietzsche, Ada Negri, Ibsen, Maeterlinck, Wilhelmine Schröder-Devrient, Gobineau, Gustave Moreau, 1904. « Apparaît comme un ultime règlement de comptes entre la veille garde wagnérienne et les nouveaux nietzschéens » (Le Rider, p.70)
    1905 : Édouard Seillère, Apollon et Dionysos. Étude critique de Frédéric Nietzsche et de l’utilitarisme impérialiste, 1905.
    Daniel Halévy, « Le travail de Zarathoustra », Cahiers de la quinzaine, Douzième cahier de la dixième série, 1905.
    1906: Crépuscule des idoles. Le Cas Wagner. Nietzsche contre Wagner. L’Antéchrist, trad. Henri Albert, 1906.
    L’Origine de la Tragédie dans la musique ou Hellénisme et Pessimisme, Traduction par Jean Marnold et Jacques Morland, in Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche, vol. 1, Mercure de France, 1906 [quatrième édition].
    1907 : Considérations inactuelles I et II, trad. Henri Albert, 1907.
    Jeanne Loiseau (pseudonyme Daniel Lesueur), Nietzschéenne, roman publié dans L’Illustration, 1907, puis aux Éditions Plon l’année suivante. Réédité en 1919 et 1924.
    1907-1908 : Charles Andler, « Jacob Burckhardt et Friedrich Nietzsche », Revue de synthèse historique.
    1908: Ecce homo, suivi de Poésies, Traduction par Henri Albert publiée au Mercure de France, nov. 1908 - janv. 1909.
    Daniel Halévy, « Nietzsche et Overbeck », Le Journal des débats, 30 août 1908.
    1909: Daniel Halévy, La Vie de Friedrich Nietzsche, Paris, Calmann-Lévy, 1909.
    Georges Batault, Quatre méditations sur Nietzsche, Paris, Bibliothèque de l’Occident, 1909.
    Jane Michaux (Baronne), Nietzsche, ses idées sur le féminisme, sa morale, Paris, Henri Lavauzelle éditeur militaire, 1909.
    1910: Richard Wagner à Bayreuth, trad. Henri Albert.
    Charles Andler, La liberté de l'esprit selon Nietzsche, Paris, Union pour la vérité, 1910, 48 pages ; « La Pensée Sociale de Nietzsche », Revue du Mois, 10.
    V. de Pallarès, Le crépuscule d’une idole. Nietzsche, nietzschéisme, nietzschéens, Paris, Bernard Grasset, 1910.
    Camille Spiess, La vérité sur Frédéric Nietzsche, Paris, Librairie Léon Vanier, 1910. Éloge du pamphlet de Pallarès.
    1911 : Georges Guy-Grand, "Nietzsche et Proudhon", 1909, appendice à La philosophie syndicaliste, Paris, Bernard Grasset Éditeur, 1911, 239 pages.
    René Berthelot, Un romantisme utilitaire. Essai sur le mouvement pragmatique, t.1 : Le pragmatisme chez Nietzsche et Poincaré, Paris, Alcan, 1911.
    1912 : Élie Faure, Frédéric Nietzsche, Les Hommes du jour, n°59, 15 août 1912.
    1914 : Élie Faure, Les constructeurs, Paris, Georges Crès & Cie, 1914 (sur Nietzsche, p.149-207).
    Louis Bertrand, « Nietzsche et la guerre », Revue des Deux Mondes, 1914 : « Aujourd’hui, ces aphorismes de philologue sonnent à nos oreilles comme le programme même de l’empire et du militarisme allemands. »
    Gabriel Huan, Les doctrines de guerre en Allemagne. La philosophie de Frédéric Nietzsche, Paris, 1915.
    1915 : Henri Albert, « Nietzsche contre les Barbares », L’opinion, 31 janvier 1915.
    1916: Henri Albert, "Pierre Lasserre. Le germanisme et l'esprit humain", in Mercure de France, 1er janvier 1916.
    1920: Charles Andler, Nietzsche, sa vie et sa pensée, I. Les Précurseurs de Nietzsche, Bossard, 1920, 379 pages. 5 autres volumes paraîtront jusqu'en 1931. Réédition en trois tomes chez Gallimard, 1958.
    Sirieyx de Villers, La faillite du surhomme et la psychologie de Nietzsche, Paris, Nilsson, 1902, 238 pages.
    1922 : traduction de la Troisième Inactuelle (« Schopenhauer éducateur »).
    1925 : P. Armance, Divinité de Frédéric Nietzsche, germe d’une religion de l’Europe, Paris, édition du siècle, 1925.
    1928: Charles Andler, "Nietzsche et ses dernières études sur l'histoire de la civilisation", Revue de métaphysique et de morale, avril-juin 1928.
    1929: Geneviève Bianquis, Nietzsche en France. L’Influence de Nietzsche sur la pensée française, Paris, Alcan, 1929.
    Guy de Pourtalès, Nietzsche en Italie, 1929.
    1930: Charles Andler, « Nietzsche et Dostoïevsky », Article paru dans Mélanges d’histoire littéraire générale et comparée offerts à Fernand Baldensperger, t. I, Paris, Champion, 1930.
    1932 : Henri Drain, Nietzsche et Gide. Essai, Paris, Éditions de la Madeleine, 1932, 256 pages.
    Félicien Challaye, La vie de Frédéric Nietzsche, Paris, 1932.
    1933: Geneviève Bianquis, Nietzsche, Éditions Rieder, 1933.
    1935 : La volonté de puissance I, texte établi par F. Würzbach et traduit par Geneviève Bianquis, Paris, Gallimard, 1935, 378 pages.
    1936 : Marius Nicolas, De Nietzsche à Hitler, Fasquelle, 1936. Interprétation de Nietzsche comme pré-nazi.
    1937 : La volonté de puissance II, texte établi par F. Würzbach et traduit par Geneviève Bianquis, Paris, Gallimard, 1937, 399 pages.
    Daniel Halévy, "Nietzsche et la crise de l'esprit contemporain", in Bulletin de l'Union pour la vérité, avril-mai 1937, p. 323-327.
    1938 : La naissance de la philosophie à l’époque de la tragédie grecque, trad. Geneviève Bianquis, Gallimard, 1938.
    1939 : Le gai savoir, trad. Alexandre Vialatte, Gallimard, 1939.
    Henri Lefebvre, Nietzsche, Paris, Éditions sociales internationales, 1939 : « L’homme se crée par le dépassement. Le surhumain de Nietzsche, c’est l’humain ! C’est pourquoi il est absurde d’écrire : Nietzsche contre Marx. »
    1940 : Edmond Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1904. Même thèse que Marius Nicolas.
    1942 : La Volonté de puissance, Traduction de Geneviève Bianquis, Gallimard, 1942.
    1943: Jean-Édouard Spenlé, Nietzsche et le problème européen, Armand Collin, 1943. [L’auteur, pro-hitlérien, interprète Nietzsche comme un précurseur du national-socialisme]
    Daniel Halévy, "Masques et détours de Nietzsche", in Henri Clouard, Bilan de Barrès, Paris, Séquana, "Hier et demain", n°3, 1943, p. 41-76.
    1944: Daniel Halévy, Nietzsche, Bernard Grasset, 1944. Nouvelle édition 1977, 2000.
    Gaston Bachelard, « Nietzsche et le psychisme ascensionnel. », in L’air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, José Corti, 1944.
    Henri de Lubac, Le Drame de l'humanisme athée: "Nietzsche et Péguy: deux prophètes qui dominent nôtre époque."
    1947: Henri Clouard, Histoire de la littérature française, du symbolisme à nos jours, éditions Albin Michel, 1947, tome I, p.328: "L’œuvre de Péguy est la seule œuvre française à faire chœur avec les Nietzsche et les d'Annunzio dans la tragédie du besoin d'héroïsme que se sera jouée le XXe siècle à ses débuts."
    1948 : Daniel Halévy, préface à Au-delà du bien et du mal, édition Bordas, collection "Les Grands Maîtres", traduction par André Meyer et René Guast, illustration et annotation André Meyer, 1948 : « Si opposé que soit Nietzsche à la démagogie hitlérienne qui sévira cinquante ans plus tard, il lui est pourtant accointé ; nietzschéens et hitlériens ne respirent pas la même atmosphère, mais leurs rêves s’élèvent dans les mêmes perspectives. » (p.XVI)
    Gustave Thibon, Nietzsche ou le déclin de l’esprit, Paris, Gallimard, 1948. Réédition 1975, 1985.
    1950 : Le Gai Savoir, trad. Alexandre Vialatte, éditions Gallimard, coll. « Idées », 1950.
    1962 : Gilles Deleuze, Nietzsche et la Philosophie, Paris, Presses Universitaires de France (coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine»), 1962, 232 pages.
    Édouard Gaède. Nietzsche et Valéry : Essai sur la comédie de l'esprit, Paris, Gallimard, 1962.
    1963 : Jean Wahl, préface à Nietzsche, Les plus belles pages, choix et trad. Henri Albert, Paris, Mercure de France, 1963.
    1965 : Gilles Deleuze, Nietzsche : sa vie, son œuvre, avec un exposé de sa philosophie, Presses Universitaires de France, Paris, 1965, 101 pages.
    1970 : Pierre Boudot, Nietzsche et l’au-delà de la liberté. Nietzsche et les écrivains français de 1930 à 1960, Paris, Aubier-Montaigne, 1970, 2e édition, Union générale d’éditions, coll. « 10/18 », 1975.
    1972 : Pierre Boudot, L'ontologie de Nietzsche, PUF, 1972.
    1975 : Henri Lefebvre, Hegel-Marx. Nietzsche ou le royaume des ombres, Bruxelles-Paris, Casterman, 1975.
    1991: Luc Ferry, André Comte-Sponville, et al., Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens, Grasset, 1991, 305 pages.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Dim 21 Avr - 10:15