L'Hydre et l'Académie

    Le Matérialisme symbiotique. Traité de philosophie générale

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5622
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Le Matérialisme symbiotique. Traité de philosophie générale Empty Le Matérialisme symbiotique. Traité de philosophie générale

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 12 Oct - 17:02

    Le Matérialisme symbiotique ou Symbiotisme

    Première partie : Ontologie

    Que faut-il entendre par Matérialisme symbiotique ? Différence d’avec le matérialisme atomiste, mécaniste et dialectique.

    Le réel, ordre spontané.

    Le néant, un anti-concept.

    Déterminisme du monde naturel et déterminisme du monde social-historique.

    Pas de place pour les dieux. Caractère contradictoire de l'idée de Dieu.

    Anthropologie philosophique. Les conséquences du symbiotisme sur l'appréhension de la nature humaine.

    L'inexistence du libre-arbitre comme conséquence du matérialisme.

    La responsabilité morale: une notion superflue pour rendre la justice. Caractère suffisant de la santé.

    Rejet de la substantialisation des notions de bien et de mal. Erreurs du christianisme et de Rousseau.

    Le passage de la constatation du caractère social du talent au redistribitivisme: un non-sequitur entre l'ordre ontologique et l'ordre moral. L'Erreur de Fouillé, Léon Bourgeois, John Ralws, etc.

    Épistémologie. La nature de la connaissance humaine.

    Caractère contradictoire du nihilisme, de l'irrationalisme et du scepticisme. Le succès de l'action humaine comme preuve de l'ordre ontologique.

    Philosophie morale. La finalité de l'existence humaine.

    Caractère contradictoire du relativisme. Démonstration de l'existence de normes naturelles / objectives.

    L'eudémonisme comme conséquence d'une anthropologie symbiotiste.

    Les détours malicieux de l'égoïsme éclairé: vertu, dévouement, amour.

    Appendice sur l'éthique environnementale, animale et technologique: Parvenir à une symbiose entre les hommes, le système des objets techniques et la nature environnante.

    Philosophie politique. La finalité du pouvoir politique.

    La conflictualité sociale comme conséquence d'une ontologie matérialiste. N'occupant pas le même espace matériel, n'ayant pas la même espace matériel, n'ayant pas la même perspective, les individus ne peuvent pas éprouver exactement les mêmes désirs ni s'accorder de façon absolue. Toute relation sociale est donc potentiellement polémogène (J. Freund)

    La double erreur d'élucidation du fait politique: finalisme aristotélicien et contractualisme moderne.

    La solution: Approche matérialiste de la relation du commandement et de l'obéissance. Nietzsche et Holbach.

    L'absurdité de la réponse perfectionniste au fait de la conflictualité sociale.

    Le libéralisme comme condition de la réalisation du programme eudémoniste.

    De l'Etat-parasite à la symbiose mutualiste Etat régalien - société civile:

    La démocratie comme environnement favorable au libéralisme. Le parallélisme des deux structures.

    Appendice sur l'éthique de la guerre.

    Esthétique. La finalité des beaux-arts.

    Conséquences de l'anthropologie sur la nature des propriétés esthétiques.

    Caractère intelligible de l'art comme condition de réalisation du programme eudémonisme. Caractère absurde de "l'art pour l'art".
    Apologie du réalisme traditionnel pictural. Défense du romantisme littéraire.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Dim 19 Mai - 22:23