L'Hydre et l'Académie

    Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée, 1809-1849

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5707
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre - Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée, 1809-1849 Empty Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée, 1809-1849

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 3 Oct - 13:47

    https://books.google.fr/books?id=Zxw3UjlO7hcC&pg=PA11&lpg=PA11&dq=Georges+Guy-Grand&source=bl&ots=ZBj5kugME9&sig=EVZJMuF9uMSiOtIa29hPZJ25Mg8&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjMhvurp-rdAhVQ0RoKHYgwC1oQ6AEwB3oECAAQAQ#v=onepage&q=Georges%20Guy-Grand&f=false


    "Georges Guy-Grand, ce jurassien "laïc et républicain", fut une des belles figures de la IIIe République, l'un des premiers animateurs de l'Union pour la Vérité. J'ai toujours admiré son honnêteté scrupuleuse. Il croyait à la vertu du dialogue franc et courtois. Et nous en avons souvent usé ensemble. Il fut surpris, au début, de voir un homme d'Église qui ne cachait pas son attachement au meilleur de l'idéologie des Droits de l'Homme, et même son admiration pour Proudhon. Mais il me fit entièrement confiance, et me livra ses propres archives proudhoniennes." (p.11)

    "Daniel Halévy n'ayant pas l'honneur d'être franc-comtois, G. Guy-Grand, qui l'était, le classait malicieusement parmi les "proudhoniens de l'extérieur". Et il est certain qu'il vibrait plus spontanément aux accents de Proudhon père de famille, passablement bonaldiens, qu'aux imprécations de Proudhon socialiste. Il n'empêche qu'il fréquentait depuis toujours Proudhon, et qu'il l'admirait sincèrement. C'était un grand Monsieur." (p.12)
    -Pierre Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon: sa vie et sa pensée, 1809-1849, Paris, Beauschene Éditeur, 1982, 1136 pages.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 18 Juil - 4:32