L'Hydre et l'Académie

    Michel Grossetti, « Trois échelles d'action et d'analyse. L'abstraction comme opérateur d'échelle »

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5259
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Michel Grossetti, « Trois échelles d'action et d'analyse. L'abstraction comme opérateur d'échelle »

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 1 Oct - 17:26

    https://www.cairn.info/revue-l-annee-sociologique-2006-2-page-285.htm

    "L’expression « échelle d’analyse » peut avoir deux sens différents. Dans le premier sens, on considère qu’une échelle est un rapport entre la réalité et une représentation figurée, comme dans les échelles des cartes géographiques par exemple (l’échelle du 1/100 000). C’est l’option choisie par exemple par Dominique Desjeux dans un ouvrage récent (Desjeux, 2004). Dans le second sens, on considère une suite de degrés ou de niveaux qui constitue une seule échelle (l’échelle de Richter, par exemple). C’est ce second sens que j’ai choisi d’utiliser. Une échelle est constituée d’un ensemble de niveaux. La définition de l’échelle d’analyse comme ensemble hiérarchisé de niveaux permet de définir des échelles de nature différente et de sortir de la classique opposition micro-macro (avec plus ou moins de méso entre les deux) et d’introduire d’autres échelles, en particulier celles des durées.

    De quelles échelles s’agit-il ? Des échelles d’observation, d’analyse, ou d’action ? Les échelles d’observation, qu’évoque l’historien Jacques Revel en introduction d’un ouvrage sur la micro-histoire , sont des niveaux de collecte de données. Ils peuvent être associés à des niveaux d’analyse très différents. Des données collectées à un niveau très micro peuvent concerner analytiquement des niveaux beaucoup plus massifs (par exemple lorsque l’on repère des références culturelles très générales dans les interactions), et réciproquement (lorsque l’on modélise des comportements individuels à partir de régularités statistiques). Les niveaux d’observation et d’analyse peuvent donc différer dans une étude concrète, même s’il est possible de les qualifier à partir des mêmes échelles. On peut dire la même chose des niveaux d’action, c’est-à-dire des niveaux que l’on considère comme pertinents pour définir les entités agissantes (individus, familles, organisations, États, etc.).
    "

    "Les chercheurs peuvent faire évoluer la focale de leur analyse, partant d’observations micros (sur l’une ou l’autre des trois échelles) puis cherchant à généraliser, ou au contraire essayant de spécifier à un niveau plus restreint des énoncés généraux. Les phénomènes qu’ils étudient peuvent eux-mêmes changer de niveau : des mouvements sociaux amorcés par un petit nombre de personnes peuvent gagner de grandes masses. Des situations éphémères peuvent devenir plus durables. Des activités très spécialisées peuvent acquérir plus de généralité. Un conflit spécifique peut se transformer en affrontements de principes généraux. Les opérateurs d’échelles sont des processus par lesquels ces déplacements s’effectuent. Les acteurs sociaux ne sont jamais complètement enfermés dans un niveau donné. Ils consacrent beaucoup d’efforts à tenter de modifier leur environnement et sont parfaitement capables pour cela de jouer eux aussi sur les différentes échelles. Toutes les tentatives pour se poser en porte-parole (montée en masse), pour rendre des choix irréversibles (montée en durée), pour diffuser des objets techniques ou des pratiques au-delà de leur sphère d’apparition (généralisation) sont des actions jouant sur les mêmes échelles, qui deviennent alors des échelles d’action (ou d’activité). Les opérations de changement de niveau (extension/réduction) sont mises en œuvre, volontairement ou non, par les acteurs eux-mêmes. Les opérateurs d’échelle ne sont pas seulement méthodologiques. Ce sont aussi des opérateurs d’action."
    -Michel Grossetti, « Trois échelles d'action et d'analyse. L'abstraction comme opérateur d'échelle », L'Année sociologique, 2006/2 (Vol. 56), p. 285-307.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mer 21 Nov - 6:40