L'Hydre et l'Académie

    Philippe Nemo, A. Destutt de Tracy critique de Montesquieu : le libéralisme économique des Idéologues + Libéral ou libertaire

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5626
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Philippe - Philippe Nemo, A. Destutt de Tracy critique de Montesquieu : le libéralisme économique des Idéologues + Libéral ou libertaire Empty Philippe Nemo, A. Destutt de Tracy critique de Montesquieu : le libéralisme économique des Idéologues + Libéral ou libertaire

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 2 Aoû - 16:22

    https://www.cairn.info/revue-romantisme-2006-3-page-25.htm

    "Dans la tradition politico-économique française, les « Idéologues » assurent la transition entre le XVIIIe et le XIXe siècles. C’est par eux que l’inspiration économique libérale de Turgot et des Physiocrates passe à Benjamin Constant, au groupe du Journal des Économistes (Charles Comte, Charles Dunoyer, Charles Coquelin, Adolphe Blanqui…), à Frédéric Bastiat, et aux fondateurs de la IIIe République comme Édouard de Laboulaye. Il vaut la peine de donner un coup de projecteur sur Antoine-Claude Destutt, comte de Tracy (1754-1836), auteur dont la pensée est d’autant plus significative qu’il n’est pas un économiste spécialisé et qu’il reflète plutôt les idées dominantes du groupe, ou du moins les idées couramment discutées en son sein (on sait que les « Idéologues » se sont constamment réunis pendant la période révolutionnaire et sous le Consulat ). Il est conduit à discuter longuement de la liberté économique dans un ouvrage où il expose une philosophie politique générale essentiellement libérale, le Commentaire sur « L’Esprit des lois » de Montesquieu.  

    Destutt de Tracy ne peut, comme Condorcet dans ses Observations sur le XXIXe livre de « L’Esprit des lois », manquer de voir que Montesquieu, célébré comme libéral par le parti philosophique parce qu’il a été, un temps, compagnon de route des Encyclopédistes, est en réalité un partisan de la réaction nobiliaire. S’il est anti-absolutiste, ce n’est pas au nom d’un état de droit démocratique et libéral, mais au nom de l’ancienne société féodale. Il aime la liberté, mais celle des aristocrates, et non la liberté de tous, non plus que l’égalité devant la loi, ni en général le « règne du droit ». Le Commentaire de Destutt est donc essentiellement une condamnation, polie, mais sans appel, de la philosophie politique de Montesquieu."
    -Philippe Nemo, « A. Destutt de Tracy critique de Montesquieu : le libéralisme économique des Idéologues », Romantisme, 2006/3 (n° 133), p. 25-34.

    https://journaldeslibertes.fr/article/liberal-ou-libertaire/#.XNf6E9gyXDd



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Sam 25 Mai - 5:49