L'Hydre et l'Académie

    Robert Damien, Éloge de l'autorité: Généalogie d’une (dé)raison politique

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5624
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Robert Damien, Éloge de l'autorité: Généalogie d’une (dé)raison politique Empty Robert Damien, Éloge de l'autorité: Généalogie d’une (dé)raison politique

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 25 Mai - 15:56

    https://sophiapol.hypotheses.org/21581

    https://books.google.fr/books?id=jYBbAQAAQBAJ&pg=PT97&lpg=PT97&dq=%C3%A9loge+de+la+hi%C3%A9rarchie&source=bl&ots=wEXao3-iJX&sig=i-FDhU1mbhNtelGSbBtRMwYyZHY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiusIabnKHbAhVBbhQKHQNHDA0Q6AEIUTAL#v=onepage&q=%C3%A9loge%20de%20la%20hi%C3%A9rarchie&f=false

    "L'antipathie dénonciatrice envers l'autorité éloigne les gens estimables des places éminentes et les laissent aux intrigants et aux médiocres. Un chef aujourd'hui ne se revendique plus sans susciter un complaisant ricanement. La fonction d'autorité s'exerce dans la dénégation, sous l'emprise de la dérision."

    "Désormais domine l'hégémonie d'un imaginaire sidéré par l'ici et maintenant d'un présent hébété de consommations, délesté du partage fraternel des rêves tombés de haut car englués dans le roulis des passés douteux, des arrogances désastreuses, des dérogations piteuses."

    "Comme l'étymologie l'indique, la finalité de l'autorité est l'augmentation de l'être à qui elle s'applique. Elle se définit par le service de l'autre qui accepte de reconnaître dans cette médiation, les moyens de sa propre élévation. Le chef qualifie son charisme par la croissance des possibilités de celui qu'il dirige en le révélant à lui-même [...] La fin de l'autorité est ainsi sa propre disparition dès lors que l'autre est accompli dans ses propres fins. [...] Son effet pervers est bien de se perpétuer durablement en figeant l'ordonnance des établissements sans renouvellement dynamique ni questionnement critique."

    "Quelle est la thèse centrale des sophistes ? Elle peut se formuler sommairement ainsi. Il n'y a pas d'ordre objectif des choses, fondé en nature ou en raison, identique pour tous et accessible à chacun. L'ordre est un rapport de forces, instable et conflictuel. Chacun ayant droit égal à la parole (personne n'ayant le privilège exclusif de dire l'ordre parfait qui, par ailleurs n'existe pas), chaque force cherche à produire le meilleur accord conventionnel alors érigé en loi. Le rapport de forces changeant, un accord autre, supérieurement intégrateur ou plus "consensuel" peut changer la loi. L'ordre est modifiable car l'adéquation au rapport de forces est transitoire et l'adhésion à l'accord est révocable. Il est commandé par le seul intérêt utilitaire des forces en présence, indépendamment d'un rapport de vérité à un ordre naturel et/ou rationnel des choses."
    -Robert Damien, Éloge de l’autorité, généalogie d’une (dé)raison politique, Paris, Armand Colin, coll. "Le temps des idées", 2013.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Mai - 19:43