L'Hydre et l'Académie

    Emilio Gentile, La religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste

    Partagez
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5436
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Emilio Gentile, La religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 25 Mai - 13:37

    « L’investissement principal de l’Italie libérale pour l’institution et la diffusion populaire d’une « religion de la patrie » eut lieu dans l’enseignement public et dans l’armée, les deux piliers du système pédagogique national sur lesquels s’appuyaient les espoirs de nationalisation des masses dans la Troisième Italie. A partir de 1870, les gouvernements libéraux accrurent le pouvoir de l’Etat sur l’éducation pour faire de l’Ecole un moyen de renforcement de l’unité, tout en garantissant la liberté d’enseignement. L’Enseignement public devait être, pour les libéraux les plus rationalistes et anticléricaux, la véritable « église des temps modernes ». L’enseignement obligatoire de la doctrine catholique dans les écoles, tel que le prévoyait la loi Casati de 1859, fut progressivement limité après 1870. Il devint facultatif ou fut supprimé. » (p.24)
    « Le fascisme se présenta comme l’héritier et le continuateur du radicalisme national, le protagoniste de la lutte pour l’interventionisme, l’interprète des anciens combattants, le défenseur de la victoire et l’avant-garde de la « nouvelle Italie » née dans les tranchées. La « révolution italienne » ne signifiait pas, pour les fascistes, un bouleversement social et la destruction des piliers de la société bourgeoise, qu’ils déclaraient vouloir protéger et consolider contre le social-communisme. Cette révolution voulait s’ouvrir de nouveau au culte de la nation et régénérer le peuple pour le transformer en une communauté unie et forte, capable d’affronter le défi du monde moderne, de reconquérir sa première place et d’exécuter sa mission civilisatrice afin d’offrir aux temps modernes l’esprit et la grandeur de la romanité. » (p.51)
    « Les fascistes attribuèrent à la symbolique politique une fonction prédominante dans l’action et l’organisation, en y associant, dans le langage et dans les gestes, des expressions et des significations explicitement religieuses. » (p.52)
    « Les fascistes se faisaient les défenseurs de la religion traditionnelle face à ses contempteurs. » (p.55)
    « Se présentent comme le restaurateur des valeurs de l’esprit et du prestige de la religion catholique après une période d’agnosticisme, d’athéisme et de matérialisme. » (p.109)
    « Le mythe de la romanité […] exalté par le fascisme pour donner du lustre à des conquêtes coloniales. » (p.149)
    -Emilio Gentile, La religion fasciste. La sacralisation de la politique dans l’Italie fasciste, Perrin, coll. Terre d’histoire, 2002 (1993 pour la première édition italienne), 352 pages.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Mar 19 Fév - 0:45