L'Hydre et l'Académie

    Jacques Duran, Pensée unique + Climat environnement et énergie + Réchauffement climatique

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4972
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jacques Duran, Pensée unique + Climat environnement et énergie + Réchauffement climatique

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 23 Mai - 17:07

    http://www.pensee-unique.fr/theses.html

    https://www.climato-realistes.fr/le-didacticiel-climatique-juge-california-north-district/

    Chronologie (bien sûr non-exhaustive) :
    1997 : Parution de la « Oregon Petition », signée par plus de 17 000 spécialistes des sciences fondamentales et appliquées (dont Frederick Seitz, Pionnier de la Physique des Solides et Président Emérite de l'Académie des Sciences des Etats Unis). Elle affirme qu’il n’y a pas de de preuve scientifique que « that human release of carbon dioxide, methane, or other greenhouse gases is causing or will, in the foreseeable future, cause catastrophic heating of the Earth's atmosphere and disruption of the Earth's climate », et appelle le gouvernement des U.S.A à ne pas ratifier le protocole de Kyoto (accord international visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre).
    https://en.wikipedia.org/wiki/Oregon_Petition
    Documentation scientifique de la pétition : http://www.oism.org/pproject/s33p36.htm

    2006 :
    Jacques Duran (Directeur de Recherche de première classe du CNRS en retraite depuis 2004, ancien Directeur des Etudes (1996-2003, maintenant Honoraire) de l'Ecole Supérieure de Physique et Chimie de Paris (ESPCI), auprès de Pierre-Gilles de Gennes, et ancien Vice-Président, Chargé de la Recherche, de l'Université Pierre et Marie Curie (1986-1992) ) ouvre le site Pensee-unique.fr , référence « climato-sceptique ». Il résume sa démarche quelques années plus tard : « Comme beaucoup de mes collègues qui ont suivi la même démarche, j'ai été frappé par la quantité considérable d'incertitudes et d'approximations qui grèvent de nombreuses facettes de la "science climatique". Pour moi qui venait d'une science dite dure, cela a été une surprise même si on peut le comprendre compte tenu de la grande complexité des problèmes relatifs au climat.
    Il était évident que l'état de cette science, tel que je le voyais dans les publications scientifiques, était beaucoup plus incertain que ne le claironnaient les médias et les politiques et, hélas, quelques scientifiques médiatisés.
    D'autre part, il m'est rapidement devenu évident qu'un nombre important d'articles relatifs à la science climatique, pourtant peer-reviewés et publiés dans de bonnes revues sous la signature de chercheurs confirmés, n'étaient jamais cités, ni dans les rapports du GIEC, ni même mentionnés dans les analyses rapides qu'en donnent les agences de presse (AFP, AP, Reuters) et nos médias (francophones). Et ce n'est certainement pas un hasard si ces articles, "ignorés" par la communauté des chercheurs qui travaillaient dans la ligne du GIEC et par les médias, étaient des articles qui n'allaient pas dans le sens du dogme actuel du changement climatique anthropique.
    En bref, et au vu des articles qui paraissent dans les grandes revues de climatologie ou de sciences connexes, une partie importante de la recherche reste ignorée du grand public, des médias et, peut-être aussi, des scientifiques proches du GIEC.
    J'ai pensé que cette situation était anormale et que le débat était manifestement tronqué. » (cf : http://www.pensee-unique.fr/auteur.html )


    2007 :
    [Du côté des « réchauffistes / alarmistes »]
    Le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) conclut que : « l'activité humaine est fort probablement la cause du réchauffement global (à plus de 90 %.) Le réchauffement global dans ce cas-ci réfère à une hausse de 0,75 degré de la température globale moyenne depuis les 100 dernières années »
    « Le film d'Al Gore est excellent. Il reflète bien l'avis de la communauté scientifique et arrive, de plus, à bien sensibiliser les gens. »
    -Sylvie Joussaume (climatologue), entretien pour Le Monde.fr, 30.01.07.
    [La même année, le débat existait encore dans Le Monde]
    « Si nous sommes responsables, nous pouvons agir, et notre avenir est entre nos mains. Par une réduction drastique de nos émissions de CO2, d'ici une quinzaine d'années, les saisons seront revenues rythmer la vie sur Terre. La grande messe scientifique du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), mandatée par l'ONU, qui s'est tenue au siège de l'Unesco à Paris vient de canoniser la thèse de notre responsabilité.
    Mais si ce diagnostic sur la cause du réchauffement était erroné et qu'il est indépendant de nous, alors c'est irréversible, et le choix actuel nous fourvoie dans une impasse dramatique […] Car, alors qu'il faudrait démultiplier la recherche fondamentale et appliquée des moyens qui nous permettraient de vivre indépendamment des conditions climatiques (même au prix de risques écologiques et éthiques accrus), toutes nos énergies et ressources se trouveraient réduites et contrôlées.
    Mais que dit la science ? Elle constate à la fois un réchauffement avéré et une augmentation de la quantité de CO2 dans l'atmosphère, un point c'est tout. Vouloir relier les deux constatations dans une relation de cause à effet, sous le prétexte qu'elles sont corrélées dans le temps, n'a présentement aucune base scientifique. Ce n'est qu'une supputation faite à partir de modèles limités qui laisse une grande place à la libre interprétation. En effet, lorsqu'il s'agit d'inférer un résultat global à partir d'une collection de données diverses, éparpillées, et incomplètes, il est impossible d'en garantir l'interprétation. »
    -Serge Galam (physicien français, directeur de recherche au CNRS), Entretien au journal Le Monde, 06.02.07.

    Toujours en 2007, Antonio Zichichi (membre de l'Académie des Sciences Pontificale ; président de la Fédération Mondiale des Scientifiques, ancien président de la Société de Physique Européenne, ancien président de l'Institut National Italien de Physique Nucléaire et Subnucléaire et ancien président du Comité Scientifique pour laTechnologie de Désarmement de l'OTAN) fait un discours à Rome dans lequel il déclare : « Sur la base des faits scientifiques, il n'est pas possible d'exclure l'idée que le changement climatique soit dû à des causes naturelles et il est plausible que l'homme n'est pas à blâmer ».
    D'après Zichichi, l'activité solaire est responsable de l'essentiel du réchauffement climatique que nous observons, et les causes humaines de ce réchauffement se montent, au pire; à 10%.

    2008:
    Dennis Bray and Hans von Storch [Professor at the Meteorological Institute of the University of Hamburg] conducted a survey in August 2008 of 2058 climate scientists from 34 different countries. […]A total of 373 responses were received […] To the question "How convinced are you that climate change, whether natural or anthropogenic, is occurring now?", 67.1% said they very much agreed, 26.7% agreed to some large extent, 6.2% said to they agreed to some small extent (2–4), none said they did not agree at all. To the question "How convinced are you that most of recent or near future climate change is, or will be, a result of anthropogenic causes?" the responses were 34.6% very much agree, 48.9% agreeing to a large extent, 15.1% to a small extent, and 1.35% not agreeing at all.
    [L’étude conclut donc à une majorité jugeant le réchauffement réel et d’origine humaine. Néanmoins, la même année, Howard C. Hayden, professeur de physique émérite de l'Université du Connecticut, déclara publiquement : « Le réchauffement global n'est pas un problème. Trouvez autre chose de plus utile à faire. […] Nous connaissons actuellement un des niveaux les plus bas [de Co2] depuis 300000 ans […] Pendant le Jurassique, nous avions des niveaux de dioxyde de carbone très élevés. »]
    Toujours en 2008 Roger W. Cohen (Physicien et membre élu (fellow) de l'Américan Physical Society), déclarait : « il y a peu de doute que la position du GIEC soit complètement erronée quant à son affirmation cruciale que l'humanité est responsable de la majorité du réchauffement climatique du dernier tiers du XXème siècle et quant à ses projections pour le XXIème siècle. »
    La même année, Oleg Sorokhtin (correspondant de l'Académie des Sciences Naturelles Russe ; chef d'équipe à l'Institut d'Océanologie), explique à l’agence de presse RIA Novosti : « La terre a atteint le maximum de sa période de réchauffement. Celui-ci a commencé au XVIIème siècle alors qu'il n'y avait pas d'influence anthropique sur le climat ni rien ce que l'on appelle l'effet de serre. Le réchauffement actuel est, de manière évidente, un processus naturel qui n'a strictement rien à voir avec l'effet de serre.
    Les vraies raisons pour les changements climatiques sont des variations de l'irradiance solaire, la précession de la terre (c'est à dire la rotation de son axe), l'instabilité des courants océaniques, les fluctuations de la salinité des eaux de mer de l'océans arctique, etc. Il y a une autre raison, la principale, qui tient à l'activité solaire et à sa luminosité. Plus elles sont importantes, plus notre climat se réchauffe. […]
    Ce n'est pas le CO2 qui est le responsable des changements climatique. L'activité solaire est infiniment plus énergique que l'énergie produite par toute l'humanité. L'influence de l'homme sur la nature, c'est une goutte d'eau dans l'océan. » (cf : https://sputniknews.com/analysis/2008010394768732/ )

    2010:
    [Thèse d’une interruption du réchauffement à la fin du XXème siècle]
    Le Professeur Phil Jones, du Climatic Resarch Unit (CRU), a déclaré en 2010 que depuis quinze ans, il n'y avait pas eu de réchauffement statistiquement significatif (“There has been no global warming since 1995”, Mail Online, 14 février 2010).

    2011 :
    Dans un entretien du 10 décembre 2011 au journal en ligne Contrepoints, István E. Markó (Chimiste, président de l'European Chemical Society, Professeur à l’Université catholique de Louvain), déclarait : « Affirmer que le taux de CO₂ augmente la température du globe est erroné. La hausse de température précède l’augmentation du taux de CO₂, comme cela a été mis en évidence dans les glaces de Vostock, datées de 240.000 années ainsi que dans les données récentes du XXème siècle (Keeling). Le problème est l’observation (via des preuves indirectes) d’une augmentation de la température moyenne du globe. Dès lors, le discours officiel proclame que cette hausse provient de l’augmentation du CO₂ dû à l’activité humaine. Désolé, mais aucune démonstration n’a été faite, même par le GIEC. » (cf : https://www.contrepoints.org/2011/12/10/59762-echec-du-sommet-climatique-de-durban-interview-exclusive-du-chimiste-istvan-marko )

    2013 :
    Le Professeur Suédois Lennart Bengtsson (Directeur de la Recherche du European Centre for Medium-Range Weather Forecasts de 1975 à 1981, puis Directeur, jusqu'en 1990 de l'Institut Max Planck pour la Météorologie à Hambourg. Il est à présent Chercheur Sénior invité à l'Environmental Systems Science Centre de l'Université de Reading (UK) ), a fait paraître un communiqué sur le site Die Klimazwiebel, le 12 mars 2013 :
    « La température du globe n'a pas augmenté de manière constante mais plutôt à des intervalles de temps irréguliers. Typiquement on a observé une tendance au réchauffement de 1910 à 1940, une tendance à un léger refroidissement de 1945 à 1970 suivi par une tendance rapide au réchauffement jusqu'à la fin du XXè siècle et, enfin, aucune tendance au réchauffement perceptible durant les 15 dernières années. En particulier, l'absence d'un quelconque réchauffement significatif dans la troposphère tropicale depuis le début des observations de l'ère satellitaire, en 1979, est particulièrement problématique parce que les modèles actuels prévoient un réchauffement moyen de 0,3°C-0,4°C durant la même période. De telles observations, aussi problématiques pour la science soient-elles, n'ont pratiquement jamais retenu l'attention des médias tandis que, bien au contraire, le public a été saturé de rapports excessifs au sujet d'un réchauffement rapide et menaçant qui serait en train de devenir incontrôlable à moins que des mesures radicales soient prises pour y mettre un terme. » (cf : https://klimazwiebel.blogspot.fr/2013/03/lennart-bengtsson-global-climate-change.html#more )

    Le 20 juin 2013, Hans von Storch (Professeur à l'Institut de Météorologie de l'Université de Hambourg), dans une interview au célèbre journal allemand Der Spiegel :
    « SPIEGEL: Depuis le tournant du millénaire, l'humanité a émis 400 milliards de tonnes de CO2 dans l'atmosphère et pourtant les températures n'ont pas augmenté depuis près de 15 ans. Comment expliquer cela ?
    Storch: Jusqu'à présent, personne n'a été capable de fournir une réponse convaincante au fait que le changement climatique semble faire une pause. Nous sommes confrontés à un problème. De fait les émissions de CO2 ont augmenté encore plus rapidement que nous le craignions. D'après la plupart des modèles climatiques, nous aurions dû assister à une augmentation de température d'environ 0.25°C (0,45 degrés Fahrenheit) durant les 10 dernières années. Ceci ne s'est pas produit. En réalité, l'augmentation durant les 15 dernières années était de seulement 0.06°C (0,11 degrés Fahrenheit) qui est une valeur très proche de zéro. Il y a là un problème scientifique sérieux auquel sera confronté le GIEC lors de la présentation de son prochain rapport qui sortira plus tard, l'année prochaine. »

    2014 :
    Garth Paltridge (professeur émérite de l'Université de Tasmanie et membre de l'Académie des Sciences australienne. Ancien Directeur de Recherche au sein de la Division de la Recherche sur l'Atmosphère du CSIRO), déclare dans la revue australienne Quadrant Online (22 janvier 2014): « tous les scientifiques directement concernés par les prédictions climatiques sont au courant des énormes problèmes et des incertitudes qui sont encore inhérentes aux résultats de leur travaux. Alors, comment se fait-il que ceux d'entre eux qui ont été impliqués dans le dernier rapport du GIEC puissent jurer, la main sur le cœur, qu'il y a une probabilité de 95% que les émissions humaines de dioxyde de carbone ont provoqué l'essentiel du réchauffement climatique qui s'est produit durant les dernières décennies ? […]
    La probabilité que l'on prouve que le changement climatique durant le siècle prochain sera suffisamment important pour conduire au désastre est virtuellement nulle. »




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mer 15 Aoû - 9:11