L'Hydre et l'Académie

    Jehan Masselin, Journal des États généraux de France tenus à Tours en 1484 sous le règne de Charles VIII

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5131
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jehan Masselin, Journal des États généraux de France tenus à Tours en 1484 sous le règne de Charles VIII

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 6 Avr - 8:49

    "[Le Chancelier:] Ce très-florissant royaume a une multitude de provinces qui, à cause de la beauté du pays, de la fertilité du sol et de la salubrité de l'air, effacent aisément toutes les contrées de la terre." (p.39)

    "Feuilletez les histoires des rois de France, et je vous défie d'en présenter un seul à notre mémoire qui, quoique d'un âge avancé, ait pris possession d'un royaume et de domaines aussi étendus, avec une paix aussi parfaite et au milieu des acclamations générales. Rendons mille grâce à Dieu et au roi défunt, qui ne nous ont pas laissés sans chef, puisque nous en avons un, modèle de toute vertu, lequel nous devons à leur munificence, qui qui a hérité et d'un trône et de la gloire d'une paix longue et durable. C'est elle que si longtemps, et avec des peines infinies, nous avons souhaitée, demandée, cherchée, comme le plus agréable des biens de ce monde et plus précieux que l'or et l'argent." (p.45)

    p.81
    -Jehan Masselin, Journal des États généraux de France tenus à Tours en 1484 sous le règne de Charles VIII.

    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k453924t.texteImage



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Jeu 18 Oct - 19:50