L'Hydre et l'Académie

    Nicolas Delalande, Les Batailles de l'impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5132
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Nicolas Delalande, Les Batailles de l'impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 18 Mar - 18:41

    https://books.google.fr/books?id=NDa3eHUDUDYC&pg=PT62&lpg=PT62&dq=soci%C3%A9t%C3%A9+sans+imp%C3%B4ts+th%C3%A9orie&source=bl&ots=snoEbzMJFf&sig=LvGAJ-SnnDjm-s7WgbXhmsFUfD4&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi0yZ7NwvbZAhVG6RQKHU5fD304HhDoAQhcMAg#v=onepage&q=soci%C3%A9t%C3%A9%20sans%20imp%C3%B4ts%20th%C3%A9orie&f=false

    "La part de l'impôt dans le produit intérieur brut (PIB), proche de 10% un peu partout avant la Première Guerre mondiale, s'élève en moyenne à 35% dans les pays de l'OCDE en 2007, allant de 28.3% pour les Etats-Unis à 48.7% pour le Danemark. [...]
    La France n'a pas échappé à cette évolution, avec un taux égal à 43.5% du PIB en 2007, contre 8 à 10% en 1900, soit une multiplication par quatre en un siècle. Les statistiques semblent donc indiquer une formidable et irrésistible ascension du pouvoir de l'Etat fiscal, corollaire de la démultiplication de ses missions et interventions dans la vie sociale.
    "
    -Nicolas Delalande, Les Batailles de l'impôt. Consentement et résistances de 1789 à nos jours, Éditions du Seuil, 2011.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Jeu 18 Oct - 20:24