L'Hydre et l'Académie

    Libéralisme et démocratie

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5624
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Libéralisme et démocratie Empty Libéralisme et démocratie

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 28 Déc - 18:06

    https://forum.liberaux.org/index.php?/topic/26038-mes-lectures-du-moment/&page=206

    Beaucoup a été écrit sur les tensions fréquentes entre l'idée libérale et l'idée démocratique. Nombre de libéraux ont insisté sur l'idée que la démocratie n'implique pas nécessairement la liberté.

    "Deux traditions bien distinctes." (p.14)
    -Chantal Mouffe, "Démocratie et libéralisme politique: est-il possible de les concilier ?", in Anne-Marie Dillens et al., Questions au libéralisme, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1998.
    égalité (juridique / politique)

    Arendt Schmitt

    pluralité et tolérance

    concurrence (économique / politique)

    Liberté d'expression

    La liberté d’expression, corollaire de la démocratie.

    Le principe démocratique repose sur la liberté de chaque citoyen d’exprimer ses idées, ses opinions. La démocratie exige donc que chacun tente de convaincre les autres, échange avec les autres, et s’exprime avec les autres.

    La démocratie constitue un socle de la liberté d’expression. Elle offre le cadre permettant une libre expression des opinions politiques, les débats constituant le fondement de la démocratie. La liberté d’expression repose donc sur la diversité, les antagonismes. Elle appelle donc à un respect d’autrui afin que chacun puisse vivre sa citoyenneté de manière libre et égalitaire.

    II: La démocratie est plus favorable à la liberté que les autres régimes politiques.

    Sparte / Athènes.

    "Non, messieurs, la démocratie et le socialisme ne sont pas solidaires l’un de l’autre. Ce sont choses non-seulement différentes mais contraires. Serait-ce par hasard que la démocratie consisterait à créer un gouvernement plus tracassier, plus détaillé, plus restrictif que tous les autres, avec cette seule différence qu’on le ferait élire par le peuple et qu’il agirait au nom du peuple ? Mais alors, qu’auriez-vous fait ? sinon donner à la tyrannie un air légitime qu’elle n’avait pas, et de lui assurer ainsi la force et la toute-puissance qui lui manquaient. La démocratie étend la sphère de l’indépendance individuelle, le socialisme la resserre. La démocratie donne toute sa valeur possible à chaque homme, le socialisme fait de chaque homme un agent, un instrument, un chiffre. La démocratie et le socialisme ne se tiennent que par un mot, l’égalité ; mais remarquez la différence : la démocratie veut l’égalité dans la liberté, et le socialisme veut l’égalité dans la gêne et dans la servitude." (p.545-546)
    -Alexis de Tocqueville, Discours à l’Assemblée constituante sur la question du droit au travail, 13 septembre 1848, Études économiques, politiques et littéraires, Michel Lévy, 1866 (Œuvres complètes, vol. IX, pp. 536-552).

    Les conditions qui rendent possible la défense de la liberté sont mieux assurées sous un régime démocratique.

    "Une constitution et l’existence d’un esprit public chez les gouvernés sont nécessaires pour barrer l’action des gouvernants. Dès lors, la démocratie est une condition nécessaire, mais non suffisante de la préservation de la liberté individuelle."
    -Caroline Guibet Lafaye, "Libéralisme et démocratie sont-ils conciliables ?", in M. Blay, Grand Dictionnaire de la Philosophie, Larousse/VUEF, 2003, p. 609-612.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 23 Mai - 14:46