L'Hydre et l'Académie

    Alain Clément, « L'analyse économique de la question coloniale en France (1870-1914) »

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5122
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Alain Clément, « L'analyse économique de la question coloniale en France (1870-1914) »

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 16 Oct - 15:58

    https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2013-1-page-51.htm

    "C’est à une minorité de grands négociants, d’industriels, de porteurs de titres des grandes sociétés coloniales ou métropolitaines engagées dans la mise en valeur que bénéficie l’exploitation coloniale. [...] Deux cents de ces sociétés représentent 197 millions de francs en 1914, et le total des exportations de capitaux s’élèverait à environ 7 milliards de francs, si bien que sur le plan spécifique des flux financiers, l’empire constitue la troisième destination dans la répartition des avoirs extérieurs en 1914 mais l’État y apparaît comme l’investisseur privilégié, garantissant la sécurité des investissements privés."

    "La plupart des libéraux à l’instar de Bastiat, de Garnier, de Molinari ou de Rossi développent avec nuance toutefois, des arguments, contre la colonisation et en particulier contre la colonisation de l’Algérie [...] Au cours de la période suivante 1870-1914, période qui marque l’apothéose de l’empire colonial français, le mouvement libéral  ne semble pas vouloir modifier sa position dominante qui est celle de l’anticolonialisme."

    "Les économistes libéraux, héritiers de la pensée de Say, pourfendeurs des idées socialistes et protectionnistes, méfiants à l’égard de toute atteinte à la liberté individuelle et à l’intérêt individuel, ont argumenté dans le sens d’un véritable anti-colonialisme, reprenant les idées déjà développées par leurs prédécesseurs [...] au sein de la Société d’Économie Politique, et dans les colonnes du Journal des Économistes, ou bien à l’Académie des sciences morales et politiques. Parmi eux, citons notamment Yves Guyot."

    "Les libéraux sont défavorables à la colonisation parce qu’ils considèrent que le commerce international libre de toute entrave est une meilleure réponse aux problèmes de débouchés que le commerce protégé. Le commerce colonial infléchit artificiellement le cours des échanges en valorisant certaines activités et certains secteurs au détriment d’autres potentiellement rentables. Cette argumentation est largement reprise de l’analyse classique que ce soit celle de Say ou celle de Smith."
    -Alain Clément, « L'analyse économique de la question coloniale en France (1870-1914) », Revue d'économie politique, 2013/1 (Vol. 123), p. 51-82.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mar 16 Oct - 8:30