L'Hydre et l'Académie

    Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870)

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 3937
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870)

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 22 Sep - 7:51

    https://books.google.fr/books?id=iIdHAZJvRd0C&pg=PA3&lpg=PA3&dq=naissance+de+la+bonne+conscience+coloniale&source=bl&ots=XcUBzllnOC&sig=C0oYpsKuy12I944Tum749cLc22Y&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwibnIzPpLjWAhXJiRoKHaUcCxoQ6AEIXDAM#v=onepage&q=naissance%20de%20la%20bonne%20conscience%20coloniale&f=false

    "John Stuart Mill (1806-1873) abandonne la conception de l'unité fondamentale de l'humanité au profit de l'idée qu'il existe des différences essentielles entre les races qui la constituent. Un tel basculement s'accompagne, dans les premières décennies du XIXe siècle, par la dissociation dans les esprits de deux phénomènes jusque-là étroitement liés: l'esclavage -aboli par l'Angleterre en 1838- et les colonies- que ce pays développe alors, au contraire, sur une grande échelle, en Afrique et surtout en Inde. Alors que chez les auteurs libéraux du XVIIIe siècle, britanniques comme français, ces deux phénomènes étaient l'objet, au nom de l'humanisme et de la morale, d'une même réprobation, désormais, au nom de ces mêmes notions, l'esclavage est condamné. La colonisation, quand à elle, est vantée et préconisée." -Gilles Manceron, préface à Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870), Paris, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières, 2008, p.9.

    "Tout comme la Grande-Bretagne, la France vit se développer à la fin du XVIIIe siècle une critique morale et politique toujours plus forte de l'impérialisme. Son artisan le plus énergétique fut probablement Diderot, mais nous retrouvons ce genre d'attitude critique à des degrés divers chez d'autres penseurs, comme ses coauteurs de l'Encyclopédie et de l'Histoire des deux Indes, Condorcet, ou encore Benjamin Constant." (p.19)
    -Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870), Paris, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières, 2008.



    _________________
    «You'll have to think harder than you've ever done before, because you will be on your own -relying on your own judgment and the logic of the arguments you hear or consider, rejecting all authorities and all bromides, and taking nothing on faith. »  
    -Ayn Rand.



      La date/heure actuelle est Jeu 19 Oct - 1:44