L'Hydre et l'Académie

    Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870)

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4213
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870)

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 22 Sep - 7:51

    https://books.google.fr/books?id=iIdHAZJvRd0C&pg=PA3&lpg=PA3&dq=naissance+de+la+bonne+conscience+coloniale&source=bl&ots=XcUBzllnOC&sig=C0oYpsKuy12I944Tum749cLc22Y&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwibnIzPpLjWAhXJiRoKHaUcCxoQ6AEIXDAM#v=onepage&q=naissance%20de%20la%20bonne%20conscience%20coloniale&f=false

    "John Stuart Mill (1806-1873) abandonne la conception de l'unité fondamentale de l'humanité au profit de l'idée qu'il existe des différences essentielles entre les races qui la constituent. Un tel basculement s'accompagne, dans les premières décennies du XIXe siècle, par la dissociation dans les esprits de deux phénomènes jusque-là étroitement liés: l'esclavage -aboli par l'Angleterre en 1838- et les colonies- que ce pays développe alors, au contraire, sur une grande échelle, en Afrique et surtout en Inde. Alors que chez les auteurs libéraux du XVIIIe siècle, britanniques comme français, ces deux phénomènes étaient l'objet, au nom de l'humanisme et de la morale, d'une même réprobation, désormais, au nom de ces mêmes notions, l'esclavage est condamné. La colonisation, quand à elle, est vantée et préconisée." -Gilles Manceron, préface à Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870), Paris, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières, 2008, p.9.

    "Tout comme la Grande-Bretagne, la France vit se développer à la fin du XVIIIe siècle une critique morale et politique toujours plus forte de l'impérialisme. Son artisan le plus énergétique fut probablement Diderot, mais nous retrouvons ce genre d'attitude critique à des degrés divers chez d'autres penseurs, comme ses coauteurs de l'Encyclopédie et de l'Histoire des deux Indes, Condorcet, ou encore Benjamin Constant." (p.19)
    -Jennifer Pitts, Naissance de la bonne conscience coloniale: les libéraux français et britanniques et la question impériale (1770-1870), Paris, Les Éditions de l'Atelier/Éditions ouvrières, 2008.



    _________________
    « Et comment peut-il être bon, lui qui n’a pas même de sévérité contre les méchants ! »  
    -Archélaos de Sparte.


    « Agir par vertu n’est autre chose en nous qu’agir et vivre, conduits par la raison, et conserver son être, et d’après ce fondement de la vertu qu’il faut rechercher sa propre utilité. »
    -Spinoza, Éthique, IV, 24, 1677.


      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 21:52