L'Hydre et l'Académie

    Jay Haley, Tacticiens du pouvoir : Jésus-Christ, le psychanalyste le schizophrène et quelques autres

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4529
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jay Haley, Tacticiens du pouvoir : Jésus-Christ, le psychanalyste le schizophrène et quelques autres

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 18 Sep - 15:15

    "Les capacités de Jésus en tant qu’organisateur se révèlent extraordinaire. Isolé, il a pu mettre au point la stratégie d'une organisation qui non seulement a vaincu l'Empire romain mais qui a finalement pris un pouvoir absolu sur les populations occidentales pendant de nombreux siècles et ne perd ce pouvoir que dans une lutte intense. Personne n'a jamais approché d'une telle réussite. On ne voit nul rival au moins jusqu'à l'apparition des mouvements de masse de ce siècle." (p.29)

    "Dans le choix de [son] élite, Jésus ne recrute guère parmi les gens du pouvoir en place, mais c'est dans les rangs inférieurs de la population qu'il cueille ses adeptes. Quand il recrute ces hommes Jésus leur demande ce que l'on demande toujours à tout membre d'un noyau contestataire. Ils doivent abandonner toute ambition dans la société présente, et tout lien avec autrui, y compris les liens familiaux, quand ils se joignent à lui. [...]

    Au jeune homme qui désirait remplir son devoir filial et enterrer son père, Jésus dit:
    "Laissez les morts enterrer leurs morts" (Luc 9 : 60) [...]

    Les leaders de mouvements de masse suive nettement l'exemple de Jésus et demandent à leurs adeptes de couper les liens de fidélité vis-à-vis d'autrui, leur famille comprise.
    " (p.36-37)
    -Jay Haley, "Les tactiques du pouvoir de Jésus-Christ", in Tacticiens du pouvoir : Jésus-Christ, le psychanalyste le schizophrène et quelques autres, Paris, Éditions ESF, 1987 (1984 pour la première édition française, 1969 pour la première édition américaine), 118 pages, p.29-54.



    _________________
    « Et comment peut-il être bon, lui qui n’a pas même de sévérité contre les méchants ! »  
    -Archélaos de Sparte.


    « Agir par vertu n’est autre chose en nous qu’agir et vivre, conduits par la raison, et conserver son être, et d’après ce fondement de la vertu qu’il faut rechercher sa propre utilité. »
    -Spinoza, Éthique, IV, 24, 1677.


      La date/heure actuelle est Dim 25 Fév - 7:55