L'Hydre et l'Académie

    Épicure et la tradition libérale + Le libéralisme de Spinoza + Le libéralisme épicurien du baron d'Holbach

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4498
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Épicure et la tradition libérale + Le libéralisme de Spinoza + Le libéralisme épicurien du baron d'Holbach

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 23 Aoû - 16:45

    http://hydra.forumactif.org/t627-paul-henri-dietrich-baron-d-holbach-systeme-de-la-nature-ou-des-loix-du-monde-physique-et-du-monde-moral-autres#1199

    Philosophie morale épicurienne:

    Philosophie politique:

    Annexe: Matérialisme et libéralisme: une analogie de structure ?

    « Anaximandre nie que dès la naissance du monde un élément de son ontologie ait pu produire et dominer tous les autres. L’univers ne vient ni de l’eau, ni d’aucune  des autres substances élémentaires; il naît d’une «autre nature, infinie [apeiron]», qui engendre en elle le ciel et la terre. Selon l’interprétation commune, les éléments constitutifs de l’univers qui se différencient au sein de l’infini sont des couples d’opposés, comme le chaud et le froid, le sec et l’humide. Même si ces éléments sont égaux, ils s’opposent et se repoussent les uns les autres, sans qu’aucun ne parvienne à prendre le dessus. Au lieu de cela, ils remédient à leurs injustes incursions mutuelles en produisant la réalité, bien que toutes les choses ainsi créées finissent, au bout d’un certain temps, par se résoudre et revenir à leurs éléments constituants. Dans « Isonomia », son important article sur le sujet, Gregory Vlastos souligne que la solution qu’Anaximandre apporte au problème de la justice cosmique, modelée sur la justice civile et politique, se démarque complètement de la conception aristocratique ou monarchique de la justice telle qu’on la trouvait chez Hésiode. [...] De plus, comme les spécialistes de l’Antiquité l’ont souvent remarqué, cette politique cosmique qui donne à la terre sa place dans l’univers rappelle l’ordre spatial de la polis démocratique, où, au centre des quartiers d’habitations se trouvait l’agora où les intérêts de chacun entraient en collision avant de s’harmoniser.
    Le microcosme fonctionne comme le macrocosme: à l’intérieur des corps sains des citoyens, c’est encore l’isonomie qui règne. » -Marshall Sahlins, La nature humaine : une illusion occidentale, Éditions de l'éclat, 2009, 112 pages.

    Le philosophe matérialiste peut dire de l’Être ce que Pierre-Paul Le Mercier de La Rivière disait du marché libre: "le monde va de lui-même".
    https://www.wikiberal.org/wiki/Pierre-Paul_Le_Mercier_de_La_Rivi%C3%A8re

    Opposition entre un chaos organisé par une force extérieure et surplombante, et un ordre auto-engendré à partir de forces atteignant d'elles-mêmes l'équilibre par un jeu d'essais-erreurs.

    Il est intéressant de noter qu'en français, le terme ordre signifie à la fois "commandement" (subordination d'une volonté à une autre) et relations harmonieuses entre des éléments. L'idée d'un ordre consensuel, échappant plus ou moins complètement à une subordination forcée, est écarté par une ambivalence linguistique.

    ***

    Ce n'est donc pas, contrairement à ce que l'on dit parfois, Benjamin Constant qui laïcise le premier le jusnaturalisme lockéen -ce processus de laïcisation de la philosophie politique libérale est déjà à l’œuvre chez Diderot et son ami d'Holbach, et chez Spinoza avant eux. Il précède la Révolution française et en influence les commencements [RX].



    _________________
    « Et comment peut-il être bon, lui qui n’a pas même de sévérité contre les méchants ! »  
    -Archélaos de Sparte.


    « Agir par vertu n’est autre chose en nous qu’agir et vivre, conduits par la raison, et conserver son être, et d’après ce fondement de la vertu qu’il faut rechercher sa propre utilité. »
    -Spinoza, Éthique, IV, 24, 1677.


      La date/heure actuelle est Dim 18 Fév - 0:59