L'Hydre et l'Académie

    Enzo Traverso, Mélancolie de gauche: La force d'une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle)

    Partagez
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5385
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Enzo Traverso, Mélancolie de gauche: La force d'une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle)

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 21 Mai - 20:28

    https://books.google.fr/books?id=btseDQAAQBAJ&pg=PT136&lpg=PT136&dq=gauche+objectiviste&source=bl&ots=dAo7X4Snkv&sig=S_dXlZxk4y6aKPe0i7PAkJHRyFY&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiGm4aH5IHUAhUB2BoKHaSzAuw4ChDoAQgiMAA#v=onepage&q=gauche%20objectiviste&f=false

    "[Sont de gauche] les mouvements qui, dans l'histoire, se sont battus pour changer la société en plaçant le principe d'égalité au centre de leurs projets et de leurs luttes."

    "A la différence du discours humanitaire dominant qui sacralise la mémoire des victimes tout en ignorant sinon en rejetant leurs engagements, la mélancolie révolutionnaire porte son regard sur les vaincus. Elle les tragédies liées aux batailles perdues du passé comme un fardeau et une dette qui contiennent aussi une promesse de rachat."
    -Enzo Traverso, Mélancolie de gauche: La force d'une tradition cachée (XIXe-XXIe siècle), Éditions La Découverte, Paris, 2016,


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Mer 23 Jan - 23:56