L'Hydre et l'Académie

    Comment, en 1995, les comptes de campagne de MM. Chirac et Balladur n'ont pas été invalidés (# coup d'Etat de Jacques Chirac)

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5026
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Comment, en 1995, les comptes de campagne de MM. Chirac et Balladur n'ont pas été invalidés (# coup d'Etat de Jacques Chirac)

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 6 Mai - 12:41

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/07/04/comment-en-1995-les-comptes-de-campagne-de-mm-chirac-et-balladur-n-ont-pas-ete-rejetes_3442653_823448.html

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Coup_d%27%C3%89tat

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Chirac#Carri.C3.A8re_politique

    « Le 12 avril 1986, la France, par la voix de François Mitterrand (Jacques Chirac étant en déplacement en Côte d'Ivoire), refuse la requête des États-Unis de faire traverser par des avions américains le territoire français dans le but d'aller bombarder les bases terroristes en Libye. »

    "Le Premier ministre Jacques Chirac, en 1975, défend contre son parti la loi Veil relative à l'interruption volontaire de grossesse ; et en 1981, il est l'un des rares députés RPR à voter l'abolition de la peine de mort."
    -Wikipédia, article « Jacques Chirac ».



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mer 19 Sep - 1:20