L'Hydre et l'Académie

    Alain Laurent, Du libéralisme en gauchisme culturel: histoire d’une dérive

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4213
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Alain Laurent, Du libéralisme en gauchisme culturel: histoire d’une dérive

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 2 Avr - 11:23

    http://www.causeur.fr/liberalisme-multiculturalisme-gauchisme-macron-43208.html

    "Il se pourrait que ceux qui ont le mieux compris ce qui est à l’œuvre dans nos sociétés libérales, ne soient ni les économistes ni les sociologues, mais des écrivains et parfois des philosophes, comme ceux qu’on a raillés comme les nouveaux réactionnaires : Houellebecq, Philippe Murray, Alain Finkelkraut… Leur diagnostic remet en question ce que nous pouvons penser ici. La festivisation généralisée, la rave party formerait l’idéal social nouveau. Il y a une volonté de s’éclater, de manière tout à fait insouciante, alliée à l’invasion d’un certain humanisme compassionnel, d’une tendance à recourir au maternage. Tout en voulant faire sans arrêt la fête, on ne parle que de travail interminable de deuil, de victimisme. Est-ce que cela ne sape pas le terrain moral qui est sans doute une condition indispensable à une prise de décision lucide quant au recours à une force armée ? Les libéraux, submergés par ces tendances au mollissement de nos sociétés, à la féminisation des valeurs de la société, peuvent-ils encore parvenir à un consensus, voire même à une volonté de recourir à l’usage de la force ?"
    -Alain Laurent, Intervention au colloque "Les idées libérales vont-elles transformer les doctrines militaires et les armées ?", organisé par La Fondation pour la Recherche Stratégique et Le Laboratoire d’Économie Publique (Université Panthéon-Assas), Le jeudi 30 janvier 2003 (amphi Suffren du CESM – Ecole militaire).


    _________________
    « Et comment peut-il être bon, lui qui n’a pas même de sévérité contre les méchants ! »  
    -Archélaos de Sparte.


    « Agir par vertu n’est autre chose en nous qu’agir et vivre, conduits par la raison, et conserver son être, et d’après ce fondement de la vertu qu’il faut rechercher sa propre utilité. »
    -Spinoza, Éthique, IV, 24, 1677.


      La date/heure actuelle est Mer 13 Déc - 5:37