L'Hydre et l'Académie

    Christian Harbulot : comment la France détruit sa puissance

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4718
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Christian Harbulot : comment la France détruit sa puissance

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 26 Mar - 21:57

    https://www.la-nrh.fr/2014/11/christian-harbulot-comment-la-france-detruit-sa-puissance/

    "Pendant des décennies, il a été impossible de poser la question clé de la puissance. Or, pour qu’un pays préserve son développement, sa culture, son identité, il se doit d’être puissant et de disposer des moyens de son autonomie, faute de quoi, il subira fatalement la loi des autres. Cette réflexion est totalement absente chez les « élites » censées nous gouverner. Considérer qu’aucun pays n’est actuellement en phase d’accroissement de puissance est une vue qui correspond à la vision volontairement apaisée d’une mondialisation, que la « main cachée » libérale doit fatalement rendre harmonieuse, sur fond de liberté du commerce et d’expansion universelle de l’idéologie des droits de l’homme.

    Le bilan de l’action conduite dans les années 1960 par le général De Gaulle apparaît mitigé. Il a fait de la France une puissance nucléaire autonome et lui a donné des institutions garantissant la solidité de l’État. En matière d’énergie, la politique pétrolière (malgré la perte des ressources sahariennes) et la politique nucléaire ont été des succès incontestables. Mais, en 1966, l’échec fut au rendez-vous avec le Plan Calcul et la Délégation générale informatique, qui visaient à garantir l’autonomie de la France en matière informatique.

    Pompidou a ensuite obtenu des bons résultats en matière d’industrialisation, au point de faire de la France la cinquième puissance économique du monde, devant l’Angleterre. Mais, après lui, la priorité donnée à la construction européenne a fait que le pays a renoncé pour une bonne part à sa liberté d’action et s’est intégrée à l’ensemble euratlantique
    ."



    _________________
    "Aucune grandeur n'est possible où l'on refuse d'être ce qu'on est et fût-on l'ombre de soi-même, il faut partir de là."
    -Albert Caraco, La France baroque, Edition L'Age d'Homme, 1975, 255 pages, p.64.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point."
    -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Sam 21 Avr - 11:42