L'Hydre et l'Académie

    Bernard Stiegler, Marx et Simondon

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4213
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Bernard Stiegler, Marx et Simondon

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 4 Oct - 15:13

    http://arsindustrialis.org/marx-et-simondon

    "Le dialogue entre Simondon et Marx est une question absolument capitale de l'avenir."

    "Simondon interprète la question de la prolétarisation en termes d'individuation ou plus exactement de dés-individuation."

    "Tragédie parce que [...] l'individuation concrète de l'objet technique c'est la dés-individuation des travailleurs humains, en tout cas des travailleurs manuels [...] ce qui explique ce qu'il appelle une désaffection du progrès, affection qui était partagé, au 18ème siècle, par tous le monde."

    "Simondon conteste, d'un point de vue politique, que la question centrale soit celle de l'opposition du capital et du travail."

    "Les réalités techniques sont les conditions du transindividuel."

    "On peut très bien être employé sans travailler. Parce que le travail, c'est un processus d'individuation."

    "C'est parce que Gramsci [ne considère pas comme synonyme prolétariat et classe ouvrière] qu'il renouvèle profondément la question posée par Marx."

    "Qu'est-ce qu'apprendre ? C'est intérioriser ce qui a été extérioriser."

    "Ce que décrit Hegel [dans la dialectique du maître et de l'esclave] c'est la transformation de l'artisan en bourgeois, et du bourgeois en entrepreneur. Comme ça été dit très souvent, Hegel, s'est avant tout un penseur bourgeois, un penseur de la bourgeoisie. [...] Ce qu'il décrit, c'est le savoir acquérant sa noblesse, ses lettres de noblesse, c'est le travail acquérant sa noblesse a travail la conquête d'un savoir."
    -Bernard Stiegler, Intervention sur Marx et Simondon dans le cadre du séminaire organisé par Jean Hugues Barthélémy le 20 mars 2012.


    _________________
    « Et comment peut-il être bon, lui qui n’a pas même de sévérité contre les méchants ! »  
    -Archélaos de Sparte.


    « Agir par vertu n’est autre chose en nous qu’agir et vivre, conduits par la raison, et conserver son être, et d’après ce fondement de la vertu qu’il faut rechercher sa propre utilité. »
    -Spinoza, Éthique, IV, 24, 1677.


      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 21:55