L'Hydre et l'Académie

    Pierre Lemieux, Du libéralisme à l’anarcho-capitalisme

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5028
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Pierre Lemieux, Du libéralisme à l’anarcho-capitalisme

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 10 Jan - 14:49

    http://classiques.uqac.ca/contemporains/lemieux_pierre/du_liberalisme_a_anarcho_capitalisme/du_liberalisme_anarcho.pdf

    "Le socialiste est naturellement amené à concevoir les libertés comme des obligations. La liberté du travail devient l'obligation de travailler pour ses concitoyens ou de faire partie du syndicat. La liberté de s'occuper de sa santé devient l'obligation d'en prendre soin pour ne pas imposer des coûts à la collectivité. La liberté de vivre devient l'obligation de ne pas s'adonner à des activités dangereuses, de boucler sa ceinture en voiture et autres impératifs du genre. Si la liberté doit signifier autre chose qu'une série de vœux pieux ou d'obligations, elle doit comprendre la liberté de faire des erreurs, la possibilité d'être malchanceux. La liberté de mourir de faim est inséparable de la liberté de vivre." (p.35)
    -Pierre Lemieux, Du libéralisme à l’anarcho-capitalisme, Presses Universitaires de France, coll. "Libre-échange", 1983, 171 pages.




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mer 19 Sep - 12:58