L'Hydre et l'Académie

    Bernd Horn, Qu’on les aime ou qu’on les déteste, il faut apprendre à vivre avec les élites

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4905
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Bernd Horn, Qu’on les aime ou qu’on les déteste, il faut apprendre à vivre avec les élites

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 9 Nov - 20:12

    http://www.journal.forces.gc.ca/vo8/no4/horn-fra.asp

    "Les malentendus à propos de ce qu’est une élite sont chose fréquente. Quoi qu’il en soit, les impressions devenant souvent la réalité, les unités que certains qualifient d’élite, à juste titre ou non, se transforment en élites de facto si elles sont dotées des ressources et des signes extérieurs caractéristiques de cette catégorie. À l’inverse, l’autoproclamation suffit rarement, puisque le statut d’élite suppose un processus de sélection rigoureux, un entraînement et un équipement particuliers ainsi que l’attribution de privilèges spéciaux (une solde plus élevée, des uniformes, des écussons et des insignes distinctifs). De plus, tous ces critères doivent être sanctionnés et proposés par une institution supérieure et, si cette hiérarchie refuse de reconnaître le statut ou de fournir le cadre nécessaire, il est peu probable qu’une unité ou une formation puisse évoluer par elle-même pour devenir une force d’élite."

    "Les commandants des forces traditionnelles sont plutôt d’avis que les élites font naître et nourrissent une mentalité dangereusement nombriliste."




    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Ven 22 Juin - 22:23