L'Hydre et l'Académie

    Matière Prométhéenne

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 4 Juil - 8:59

    « Quand les hommes et les dieux furent nés ensemble, d’abord les célestes habitants de l'Olympe créèrent l'âge d'or pour les mortels doués de la parole. Sous le règne de Saturne qui commandait dans le ciel, les mortels vivaient comme les dieux, ils étaient libres d'inquiétudes, de travaux et de souffrances ; la cruelle vieillesse ne les affligeait point ; leurs pieds et leurs mains conservaient sans cesse la même vigueur, et loin de tous les maux, ils se réjouissaient au milieu des festins, riches en fruits délicieux et chers aux bienheureux Immortels. Ils mouraient comme enchaînés par un doux sommeil. Tous les biens naissaient autour d'eux. La terre fertile produisait d'elle-même d'abondants trésors ; libres et paisibles, ils partageaient leurs richesses avec une foule de vertueux amis. Quand la terre eut renfermé dans son sein cette première génération, ces hommes, appelés les génies terrestres, devinrent les protecteurs et les gardiens tutélaires des mortels : ils observent leurs bonnes ou leurs mauvaises actions, et, enveloppés d'un nuage, parcourent toute la terre en répandant la richesse : telle est la royale prérogative qu'ils ont obtenue.»
    -Hésiode, Les travaux et les jours.

    « L’Âge d’or fut le premier. Sans magistrats, sans loi, il cultivait de lui-même la justice et la vertu. La crainte du châtiment était inconnue ; on ne lisait pas des paroles menaçantes gravées sur l’airain suspendu ; une foule suppliante ne redoutait pas les regards de son juge ; mais il n’y avait pas de juges, et l’on vivait en sûreté. Le pin, abattu sur les montagnes, n’était point encore descendu dans les ondes pour aller visiter un monde étranger, et les mortels ne connaissaient d’autres rivages que ceux qui les avaient vus naître. Les villes n’étaient pas encore entourées de fossés escarpés ; il n’y avait ni casques, ni épées ; et, sans soldats, les nations tranquilles goûtaient les douceurs de la paix. La terre elle-même, exempte de tribut, donnait tout volontairement, sans être ni remuée par le hoyau, ni jamais déchirée par le fer. Les hommes, satisfaits des aliments qu’elle leur présentait sans y être contrainte, cueillaient les fruits de l’arbousier, les fraises des montagnes, les baies du cornouiller, les mûres suspendues aux ronces épineuses, et les glands que laissait tomber le chêne aux larges rameaux. Le printemps était éternel, et les doux Zéphyrs caressaient de leurs tièdes haleines les fleurs écloses sans semence. En outre, la terre, sans être labourée, se couvrait bientôt de moissons, et les guérets n’avaient pas besoin de repos pour se dorer de lourds épis. On voyait aussi couler des fleuves de nectar, et des fleuves de lait ; la verte écorce de l’yeuse distillait un miel vermeil. »
    -Ovide, Les Métamorphoses.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Mar 29 Déc - 11:44, édité 1 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 4 Juil - 14:53

    "Les champs d’action de la politique et de la bureaucratie ont nécessairement des limites, et cela n’est pas agréable pour l’amour-propre ou pour l’égotisme de la classe providentielle – tous ceux qui pensent que, sans leur administration minutieuse et leur législation détaillée, la société est condamnée à errer perpétuellement dans les ténèbres de l’ignorance, de la maladie, du vice, et du désordre."
    -Théodore Dalrymple, Etre ou avoir ? (source: http://aristidebis.blogspot.fr/2014/07/obesite-et-responsabilite.html ).


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 4 Juil - 14:58

    "Que l’on traite chacun selon ses mérites, et qui échappera au fouet ?"
    -Shakespeare, Hamlet.

    "Trop ardent, on est moins délicat."
    -Vivant Denon, Point de lendemain (1777).

    "L'historien face aux intellectuels communistes ressemble souvent au Parisien ébahi des Lettres persanes. Il s'étonne d'en rencontrer tant en France et à ce point soumis à l' "esprit de parti". Il est vrai que l'engagement des intellectuels et des artistes y a été, au regard des autres démocraties occidentales, quantitativement important et que, contrairement aux pays du Bloc de l'Est, et a fortiori de l'URSS, il a reposé sur le "choix", et non sur la contrainte ou l'enrôlement obligatoire dans les organisations corporatistes. De même, dans les années 1950, période sur laquelle les ouvrages se sont focalisés, ces intellectuels se sont parfois montrés plus "orthodoxes" que leur homologues soviétiques et les artistes ont volontiers produit un "art de parti" ainsi que sa théorisation."

    "Peu sensibles aux différences entre intellectuels communistes comme à leur évolution historique, les analystes s'en tiennent souvent à la description d'un "intellectuel organique" et d'un "artiste de parti" qui, dépourvus de ressources légitimes et de reconnaissance dans leur univers professionnel, accepteraient de se soumettre à l'autorité partisane, en échange d'un ersatz de carrière."

    "Comme l'atteste la confession de J. Kanapa, les rapports entre les intellectuels et l'institution partisane dans les années 1950 n'offraient guère qu'une seule alternative: se soumettre ou se démettre. En revanche, la libéralisation du statut des intellectuels et des créateurs, "codifiée" au Comité central d'Argenteuil en 1966, ouvre la gamme des rapports à l'autorité qui vont de la soumission à la révolte, et passent désormais par la ruse, le double langage, l'avancée timide, la critique."

    "La publication d'un document ancien dans un contexte politique devenu radicalement différent peut à elle seule être considérée comme le rappel déplacé qu'une autre politique a été pratiquée puis délaissée."

    "Que les intellectuels ou les artistes soient obligés de ruser signifie bien qu'une autorité les y contraint. Mais cette autorité est, en l'occurrence, détenue par un parti qui ne contingente que la place de ses intellectuels et ne leur fait guère courir d'autres risques que symboliques, aussi douloureux soient-ils...
    Dans ces circonstances, accepter de s'en tenir aux "tempêtes dans un verre d'eau", ou plus généralement aux pratiques de cryptage, c'est simplement ruser avec la domination politique, c'est-à-dire au bout du compte, lui accorder crédit
    ."

    "Le rejet de la thèse du parti unique est adopté lors du XVIème congrès en 1961 et constamment réaffirmé dès lors."

    "Avec l'arrivée du général De Gaulle au pouvoir, le PCF, qui rassemblait régulièrement plus de 25% des suffrages depuis la Libération, connaît une première érosion: à partir des législatives de 1958 où il passe sous la barre des 20%, il oscille, pendant toute la période qui nous occupe, entre moins d'un quart et moins d'un cinquième des voix."

    "[La] modification des positions au sein du champ des revues et, au-delà, au sein des champs littéraire et intellectuel est inséparable du bouleversement du monde universitaire. En premier lieu, compte tenu de l'accroissement brutal du nombre des étudiants dans les années 1960, les enseignants, dont le nombre est aussi allé croissant, connaissent des carrières bien plus rapides que leurs ainés. L'autonomisation, par la création de licences, de disciplines autrefois auxiliaires -sociologie, psychologie-, oblige, faute de concours de recrutement propres, à nommer des personnels enseignants pourvus de titres universitaires moins prestigieux. Moins attachés aux normes universitaires, ces jeunes prétendants bouleversent les anciennes règles du jeu, produisent par exemple plus vite des thèses plus légères et moins académiques et, par conséquent, accélèrent parfois encore leur carrière. En second lieu, les années 1960 voient une consécration des "hérétiques", c'est-à-dire d'hommes des disciplines nouvelles, de recherche plus que d'enseignement, de colloques plus que de jurys d'agrégation, qui accèdent alors à une reconnaissance extérieure au strict monde universitaire. Ainsi, après un début de carrière de professeur de philosophie dans le secondaire, puis comme chargé de cours de sociologie à l'université de Sao Paulo, C. Lévi-Strauss n'a quasiment plus jamais enseigné: après son départ pour les États-Unis pendant la guerre, un début de carrière dans les institutions culturelles, il est recruté au Musée de l'Homme, puis élu à l'EPHE et finalement au Collège de France. R. Barthes, que la tuberculose a contraint à interrompre ses études, est licencié de lettres classiques et n'a, jusqu'à son élection au Collège de France en 1976, d'autre ancrage universitaire que sa fonction de directeur d'études à l'EPHE. M. Foucault, normalien, agrégé de philosophie et diplômé en psychopathologie, a enseigné à Lille, Clermont-Ferrand et après Mai 68 à Vincennes, universités peu prestigieuses, une discipline qui l'est encore moins, la psychologie. J. Lacan est à l'intersection de la pratique analytique et du champ intellectuel, notamment grâce à son séminaire à Sainte-Anne puis à l'ENS."

    "Parce que la théorie althussérienne est suspectée au sein du PCF de "déviationnisme", elle fragilise politiquement la NC."
    -Frédérique Matonti, Intellectuels communistes: Essai sur l'obéissance politique.

    "Les membres de l'assemblée municipale, sans cesse contrôlés, surveillés, discutés par l'opinion, sont révocables, comptables et responsables."
    -Le Comité Central de la Garde Nationale, appel aux électeurs, 22 mars 1871.

    "Ce n'est point pour ramper qu'on rêve aux solitudes.
    La foule et le songeur ont des rencontres rudes.

    [...] Certes, nous vénérons Sparte, Athènes, Paris,
    Et tous les grands forums d'où partent les grands cris ;
    Mais nous plaçons plus haut la conscience auguste.
    Un monde, s'il a tort, ne pèse pas un juste ;
    Tout un océan fou bat en vain un grand cœur.
    O multitude, obscure et facile au vainqueur,
    Dans l'instinct bestial trop souvent tu te vautres,
    Et nous te résistons ! Nous ne voulons, nous autres,
    Ayant Danton pour père et Hampden pour aïeul,
    Pas plus du tyran Tous que du despote Un Seul.

    Voici le peuple : il meurt, combattant magnifique,
    Pour le progrès ; voici la foule : elle en trafique ;
    Elle mange son droit d'aînesse en ce plat vil
    Que Rome essuie et lave avec Ainsi-soit-il !
    Voici le peuple : il prend la Bastille, il déplace
    Toute l'ombre en marchant ; voici la populace :
    Elle attend au passage Aristide, Jésus,
    Zénon, Bruno, Colomb, Jeanne, et crache dessus.
    Voici le peuple avec son épouse, l'idée ;
    Voici la populace avec son accordée,
    La guillotine. Eh bien, je choisis l'idéal.
    Voici le peuple : il change avril en Floréal,
    Il se fait république, il règne et délibère.
    Voilà la populace : elle accepte Tibère.
    Je veux la république et je chasse César
    ."

    "O caresse sublime et sainte du tombeau
    Au grand, au pur, au bon, à l'idéal, au beau !
    En présence de ceux qui disent : Rien n'est juste !
    Devant tout ce qui trouble et nuit, devant Locuste,
    Devant Pallas, devant Carrier, devant Sanchez,
    Devant les appétits sur le néant penchés,
    Les sophistes niant, les cœurs faux, les fronts vides,
    Quelle affirmation que ces grands suicides !
    Ah ! quand tout paraît mort dans le monde vivant,
    Quand on ne sait s'il faut avancer plus avant,
    Quand pas un cri du fond des masses ne s'élance,
    Quand l'univers n'est plus qu'un doute et qu'un silence,
    Celui qui dans l'enceinte où sont les noirs fossés
    Ira chercher quelqu'un de ces purs trépassés
    Et qui se collera l'oreille contre terre,
    Et qui demandera : Faut-il croire, ombre austère ?
    Faut-il marcher, héros sous la cendre enfoui ?
    Entendra ce tombeau dire à voix haute : Oui.
    "

    "J'entreprends de conter l'année épouvantable,
    Et voilà que j'hésite, accoudé sur ma table.
    Faut-il aller plus loin ? dois-je continuer ?
    France ! ô deuil ! voir un astre aux cieux diminuer !
    Je sens l'ascension lugubre de la honte.
    Morne angoisse ! un fléau descend, un autre monte.
    N'importe. Poursuivons. L'histoire en a besoin.
    Ce siècle est à la barre et je suis son témoin
    ."

    "Il advint que cet homme un jour songea : - Je règne.
    Oui. Mais on me méprise, il faut que l'on me craigne
    J'entends être à mon tour maître du monde, moi.
    Terre, je vaux mon oncle, et j'ai droit à l'effroi.
    Je n'ai pas d'Austerlitz, soit, mais j'ai mon Brumaire.
    Il a Machiavel tout en ayant Homère,
    Et les tient attentifs tous deux à ce qu'il fait ;
    Machiavel à moi me suffit. Galifet
    M'appartient, j'eus Morny, j'ai Rouher et Devienne.
    Je n'ai pas encor pris Madrid, Lisbonne, Vienne,
    Naples, Dantzick, Munich, Dresde, je les prendrai.
    J'humilierai sur mer la croix de Saint-André,
    Et j'aurai cette vieille Albion pour sujette.
    Un voleur qui n'est pas le roi des rois, végète.
    Je serai grand. J'aurai pour valets, moi forban,
    Mastaï sous sa mitre, Abdul sous son turban,
    Le czar sous sa peau d'ours et son bonnet de martre ;
    Puisque j'ai foudroyé le boulevard Montmartre,
    Je puis vaincre la Prusse ; il est aussi malin
    D'assiéger Tortoni que d'assiéger Berlin ;
    Quand on a pris la Banque on peut prendre Mayence.
    Pétersbourg et Stamboul sont deux chiens de fayence ;
    Pie et Galantuomo sont à couteaux tirés ;
    Comme deux boucs livrant bataille dans les prés,
    L'Angleterre et l'Irlande à grand bruit se querellent ;
    D'Espagne sur Cuba les coups de fusil grêlent ;
    Joseph, pseudo-César, Wilhelm, piètre Attila,
    S'empoignent aux cheveux ; je mettrai le holà ;
    Et moi, l'homme éculé d'autrefois, l'ancien pitre,
    Je serai, par-dessus tous les sceptres, l'arbitre ;
    Et j'aurai cette gloire, à peu près sans débats,
    D'être le Tout-Puissant et le Très-Haut d'en bas.
    De faux Napoléon passer vrai Charlemagne,
    C'est beau. Que faut-il donc pour cela ? prier Magne
    D'avancer quelque argent à Leboeuf, et choisir,
    Comme Haroun escorté le soir par son vizir,
    L'heure obscure où l'on dort, où la rue est déserte,
    Et brusquement tenter l'aventure ; on peut, certe,
    Passer le Rhin ayant passé le Rubicon.
    Piétri me jettera des fleurs de son balcon.
    Magnan est mort, Frossard le vaut ; Saint-Arnaud manque,
    J'ai Bazaine. Bismarck me semble un saltimbanque ;
    Je crois être aussi bon comédien que lui.
    Jusqu'ici j'ai dompté le hasard ébloui ;
    J'en ai fait mon complice, et la fraude est ma femme.
    J'ai vaincu, quoique lâche, et brillé, quoique infâme.
    En avant ! j'ai Paris, donc j'ai le genre humain.
    Tout me sourit, pourquoi m'arrêter en chemin ?
    Il ne me reste plus à gagner que le quine.
    Continuons, la chance étant une coquine.
    L'univers m'appartient, je le veux, il me plaît ;
    Ce noir globe étoffé tient sous mon gobelet.
    J'escamotai la France, escamotons l'Europe.
    Décembre est mon manteau, l'ombre est mon enveloppe ;
    Les aigles sont partis, je n'ai que les faucons ;
    Mais n'importe ! Il fait nuit. J'en profite. Attaquons
    ."
    -Victor Hugo, L'Année terrible (1871).

    "Au printemps de l’année 323, Alexandre était emporté tout à coup dans la force de la jeunesse et au comble de sa merveilleuse puissance. Aussitôt que la nouvelle en fut connue, une grande partie de la Grèce se souleva. Athènes donna le signal. Elle avait sagement résisté l’année précédente aux sollicitations d’Harpale, qui voulait l’engager dans une révolte inutile ; cette fois l’entreprise était beaucoup moins aventureuse. La Macédoine, épuisée par les besoins de l’armée d’Orient, ne pouvait fournir à son gouverneur Antipater que des forces insuffisantes, et les grands intérêts de succession et de partage qui s’agitaient en Asie y retenaient, au moins pour un temps, les secours qui lui seraient nécessaires. En Grèce au contraire, huit mille mercenaires exercés, congédiés sur l’ordre d’Alexandre par ses satrapes, étaient tout rassemblés au cap Ténare sous le commandement d’un chef habile, l’Athénien Léosthène. Une mesure récente avait d’ailleurs aigri contre la Macédoine plusieurs peuples qu’elle atteignait gravement dans leurs intérêts ou dans leur sécurité : le rappel des exilés, solennellement proclamé aux jeux olympiques, menaçait en particulier Athènes, qui avait envoyé ses colons dans les terres des Samiens expulsés, et la belliqueuse nation des Étoliens, que le retour de la puissante famille des Œniades allait livrer à la révolution. Presque partout on ne supportait la domination macédonienne que comme un joug. N’était-ce pas le moment de la secouer ? Athènes se précipita dans cette espérance. Vainement Phocion et la faction des riches essayèrent de la retenir ; la masse du peuple entraîna tout dans un mouvement irrésistible. Hypéride dans la ville, Démosthène, alors exilé, dans les cités grecques, enflammèrent les âmes pour la sainte guerre de l’indépendance. Les temps de l’enthousiasme et des sacrifices semblaient revenus. Athènes décréta que tous ses citoyens seraient soumis au service militaire jusqu’à quarante ans ; elle en fit partir 5,000 dans l’infanterie et 500 dans la cavalerie, avec 2,000 mercenaires, et, tandis que Léosthène soulevait l’Étolie, elle adressait au Péloponèse, à la Grèce du centre, à la Thessalie, même aux barbares de l’Illyrie et de la Thrace, un appel auquel répondit bientôt le plus grand nombre. Ainsi se forma une ligue redoutable malgré l’abstention de Sparte, réduite à l’impuissance par l’issue malheureuse de la tentative d’Agis, et l’hostilité de la Béotie, attachée à la cause macédonienne par le partage du territoire de Thèbes.

    Deux victoires inaugurèrent l’entreprise. Les Béotiens, soutenus par une partie de l’Eubée et par les garnisons macédoniennes, voulurent s’opposer à la jonction des Athéniens avec les troupes de Léosthène, déjà maîtresses des défilés de la Phocide : ils furent défaits. Antipater lui-même, complètement battu près des Thermopyles, fut réduit à se renfermer dans Lamia. Léosthène l’y gardait étroitement serré ; n’ayant pu réussir dans un assaut, il maintenait un blocus rigoureux, et la famine était sur le point de lui livrer son ennemi prisonnier. Le malheur de la Grèce voulut qu’en visitant une tranchée il fut atteint d’un coup de pierre, et au bout de deux jours il mourut de sa blessure. Aussitôt les efforts des Grecs se ralentirent, et l’indécision du commandement hâta les effets de leur mollesse. Déjà auparavant les Étoliens étaient retournés chez eux ; la rigueur du blocus se relâcha, et Antipater put attendre les secours qu’il avait demandés. Bientôt même il sortit de la ville, car la fatigue avait pris les confédérés, la ligue se fondait, et il ne restait pas assez de troupes pour continuer le siège et marcher en même temps à la rencontre des nouveaux ennemis. Ce furent les causes morales, le défaut de persévérance et d’énergie, qui perdirent la cause des Grecs. Le successeur de Léosthène, Antiphile, qui ne manquait pas de capacité militaire, remporta encore un avantage avec l’aide de l’excellente cavalerie thessalienne, commandée par Ménon. Il se défendit même honorablement contre les forces très supérieures d’Antipater, dont les troupes s’étaient augmentées de deux années, celles de Léonat et de Cratère. La victoire décisive de Cranon n’était en elle-même qu’un succès peu considérable ; mais les ressorts de la résistance étaient déjà usés en Grèce. Le vainqueur acheva de rompre l’union de ses adversaires, qui leur donnait encore une certaine force, en ne consentant à traiter avec eux qu’isolément. Il n’eut qu’à dicter ses conditions. Athènes lui livra ses orateurs, reçut une garnison macédonienne à Munychie, paya les frais de la guerre, chassa de ses murs 21,000 de ses citoyens, et n’en garda que 9,000, les plus riches et les plus sages, et tout fut dit pour toujours. Elle ne connut désormais que des vicissitudes dans la dépendance.

    Tous ces événements n’avaient pas duré une année entière. En ce peu de temps, Athènes passa d’un retour inattendu de puissance et de gloire à un abaissement complet et irrémédiable. Jamais elle n’avait paru plus près de reprendre son rang dans le monde grec, et ce fut précisément cet effort qui consomma sa perte. On suit avec un intérêt profond cette crise suprême. La rapidité et la grandeur des péripéties, le contraste des émotions, surtout cette fièvre d’enthousiasme et d’espérance qui dut saisir les patriotes en face de tels périls, notre connaissance du résultat final vers lequel conspirait avec l’ennemi extérieur l’ennemi du dedans, c’est-à-dire la décadence, déjà trop avancée, tout cela donne à ce dernier drame politique et militaire un degré de pathétique auquel n’atteignent pas les temps plus heureux. C’est du reste le meilleur de la civilisation antique, c’est l’élite de l’humanité qui dispute à une ruine fatale son honneur et sa vie. Si ce spectacle procure la triste satisfaction de discerner nettement les causes qui frappèrent de stérilité une tentative généreuse, il nous réserve aussi une consolation : nous voyons qu’une certaine gloire ne manque pas à cette résurrection des meilleurs sentiments, et à la défaite définitive survit un beau souvenir, consacré par l’histoire et par l’éloquence
    ."
    -Jules Girard, Le dernier discours du patriotisme athénien (1871).

    "[Les anarchistes individualistes ]dressent en effet un constat pessimiste de l’état d’aliénation dans lequel se trouvent plongées les masses, de leur faible combativité, de leur trop forte natalité, de leur consommation excessive d’alcool et de tabac.

    Leur critique de l’ouvriérisme est féroce. Ils accusent les révolutionnaires et les syndicalistes de rendre un culte au travailleur, un travailleur d’image d’Epinal, sain, vigoureux, et fier. À la classe ouvrière rédemptrice, sujet de l’histoire, ils opposent « le lamentable troupeau » dont la résignation confirme la thèse de la servitude volontaire développée par La Boétie. Persuadés que l’oppression ne se maintient que par la complicité des opprimés, ils considèrent que la lutte contre les tyrans intérieurs doit accompagner la lutte contre les tyrans extérieurs
    ."
    -Anne Steiner, Les militantes anarchistes individualistes : des femmes libres à la Belle Époque (source: http://amnis.revues.org/1057 ).

    "Seul l'exemple d'êtres grands et purs peut conduire à de nobles pensées et à de nobles actes."
    -Albert Einstein.

    "Des types qui s'intéressent vraiment aux livres, y en a très peu."

    "En ce moment si je vend c'est parce que j'ai été en prison. J'aurais pas été en prison, on me lirait plus du tout."

    "J'appartiens à personne."

    "Le goût profond de l'homme c'est la mise à mort douloureuse et la vivisection sous ses yeux."

    "Je suis l'ennemi de la violence, et par-là un monstre."
    -Louis-Ferdinand Céline, Entretien avec Francine BLOCH (1959).

    "Je les vois pas venir, les ascètes."
    -Louis Ferdinand Céline, Entretien avec Marc HANREZ (1959).

    "Les styles, y en a trois ou quatre par génération, faut dire la vérité parce que si j'la dit pas bah, personne la dira."

    "Au Commencement était l'émotion, le verbe est venu ensuite pour remplacer l'émotion."
    -Louis-Ferdinand Céline.

    « Cher Ricardo, J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le livre de votre ami Georges Laffly, les catholiques extrémistes sont les seuls qui me paraissent sympathiques, Léon Bloy notamment. Cest un livre comme on en rencontre très peu : il a un air de parfaite sincérité ».
    -Extrait d'une lettre de Guy Debord à Ricardo Paseyro, 12 avril 1994.

    "L'intelligentsia de gauche, c'est la bonne conscience plus la subvention". -Jean-François Revel.

    "Il n’y a encore jamais eu de littérature vraiment grande qui soit passée négligemment à côté des grandes questions de leur époque."
    -Georg Lukács, Traiter l'actualité ou la fuir (1941). Cf: http://fr.scribd.com/doc/217220714/Georg-Lukacs-Actualite-fuite

    "Tout concoure au bien, jusqu’au sombre plaisir d’un coeur mélancolique"
    -Jean de La Fontaine.

    « La vie est un sommeil, l’amour en est le rêve et tu auras vécu, si tu as aimé »
    -Alfred de Musset.

    « Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir. »
    -Anonyme.

    "Naître païen, sans raison, sans réflexion, sans carcan, tout naturellement.

    Puis grandir un peu et sourire au soleil, danser sous la pluie, se rouler dans l'herbe et parler aux fées !

    Décider un jour de prendre son sac à dos et de se lancer sur les routes de l'aventure, le cœur hardi et pur, là où tous les défis sont permis, là où il n'existe comme limites que soi-même. Découvrir ses limites, puis apprendre à les dépasser et sentir s'ouvrir le passage sur l'Autre-Monde...

    Marcher sans repos sous le ciel étoilé et sentir sur sa joue le souffle mystérieux de la nuit. Prier dans la forêt immense et se perdre sous les arcades feuillues à la  recherche de clairières secrètes. Crier, hurler sa colère sous l'orage et défier les éléments en furie.

    Partir à la conquête des sommets, crier sa joie et son ivresse, là, debout près des Dieux, sous la lumière dorée d'une aurore triomphante. Éclater de rire sous la froide cascade et capter sa jeunesse tonifiante.

    [...]

    Ne pas avoir peur du combat, car de l'effort et du dépassement naît et croît la lumière et la force intérieure. Rêver de gloire éternelle, vouloir aller au-delà de la mort sans jamais la craindre, car nous sentons bien que derrière elle la vie revient sans cesse comme le soleil triomphant de l'obscurité. Conserver la jeunesse de son âme et le regard clair de l'enfant afin que notre passage sur terre soit un enchantement. Vouloir renaître plus fort et plus sage à chaque épreuve, à l'image de la nature au sortir de l'hiver. Soumettre son corps à son âme à l'endurance et prendre conscience de la douceur d'un foyer et de la force d'un clan.
    "
    -Galadrie.

    "Faites confiance à quelques-uns et de tors à aucun."
    -William Shakespeare.

    "La Fanfiction est une manière pour la culture de réparer les dégâts commis dans un système où les mythes contemporains sont la propriété des entreprises au lieu d'être celle des gens."
    -Henry Jenkins.

    « Nous contemplons tous les mêmes astres, le ciel nous est commun à tous, le même univers nous entoure : qu'importe la philosophie par laquelle chacun cherche la vérité ? Un seul chemin ne suffit pas pour accéder à un si grand mystère. »
    -Quintus Aurelius Symmaque, aristocrate romain et défenseur du paganisme (cf: http://fr.wikipedia.org/wiki/Quintus_Aurelius_Symmaque#cite_note-3 ).

    « Du poignet jaillit l'immortel sang de la déesse,
    L'ichor, tel qu'on le voit couler chez les dieux bienheureux :
    Ne consommant ni pain ni vin aux reflets flamboyants,
    Ils n'ont pas notre sang et portent le nom d'Immortels
    . »
    -Homère, L’Iliade, chant V.

    "Je suis vivant parmi des hommes, qui le semblent, et dont je sais bien qu'ils sont morts, aussi morts que leurs dieux."
    -Albert Caraco, Ma confession (1975).

    "La solitude de l’homme s’accroît, le désert s’étend autour de nous, mais peut-être est-ce dans ce désert que les dieux viendront."
    -Ernst Jünger, Entretien avec Gilles Lapouge, La quinzaine littéraire, 16 février 1980.

    "Ils reviendront, ces Dieux que tu pleures toujours !"
    -Gérard de Nerval, Delfica.

    « Et de croire qu’il y est des dieux ou demi-dieux qui se délectent de meurtre et d’effusion de sang humain, à l’aventure est-ce une folie ? »
    -Jacques Amyot, Pélopidas.

    "Il y a des limites à la sagesse de l’être humain, arbrisseau fragile secoué par le vent.

    * * *

    Réprimander et corriger quelqu’un pour ses erreurs est important. Cet acte essentiellement charitable est la première obligation du Samouraï.

    Mais il faut s’efforcer de le faire de façon convenable
    . Il est, en effet, aisé de trouver des qualités et des imperfections dans la conduite d’un tiers. Il est également facile de le critiquer. La plupart des gens s’imaginent que c’est par gentillesse qu’ils disent aux autres ce qu’ils ne désirent pas entendre et si jamais leurs critiques sont mal accueillies, ils considèrent qu’ils sont incurables.

    Une telle façon de penser est déraisonnable. Elle donne d’aussi mauvais résultats que si on mettait délibérément quelqu’un dans l’embarras ou que si on l’insultait. Elle n’est souvent qu’une mauvaise manière de sortir ce que l’on a sur le cœur.

    La critique ne doit intervenir qu’après avoir discerné si oui ou non la personne l’acceptera, qu’après s’en être fait une amie, qu’après avoir partagé ses intérêts et s’être comporté de façon telle qu’elle nous accorde son entière confiance, afin qu’elle ait foi en toutes nos paroles. C’est ensuite qu’intervient le tact. Il faut sentir le bon moment et la bonne manière d’exercer sa critique — par missive ou au retour d’une réunion particulièrement agréable —. Il faut commencer par faire état de ses propres imperfections puis amener l’interlocuteur à comprendre, sans prononcer plus de mots qu’il n’est nécessaire.

    Il faut louer ses mérites ; s’efforcer de l’encourager, de préparer son humeur ; le rendre aussi réceptif aux observations que l’homme assoiffé l’est à l’eau. C’est alors qu’il faut corriger ses erreurs.

    La critique constructive est délicate
    ."

    "Seul un Samouraï négligent n’envisage pas toutes les éventualités avant le moment de l’action."

    "Exécrer le mal et conduire sa vie avec rectitude se révèle extrêmement difficile."

    "On s’enrichit toujours de l’expérience des Anciens."

    "Yagyu, le maître de la Voie du Sabre, auprès du Shogun Tokugawa disait : « je ne sais pas comment surpasser les autres. Tout ce que je sais, c’est comment me surpasser ».

    Il se disait : « Je suis aujourd’hui meilleur qu’hier, demain je serai encore supérieur ».

    Un vrai Samouraï consacre tout son temps au perfectionnement de lui-même. C’est pourquoi, l’entraînement est un processus sans fin
    ."

    "Éviter le déshonneur est un fait distinct de la victoire ou de la défaite."

    "Ai-je besoin d’ajouter qu’un Samouraï qui oublie ses obligations envers les autres est un minable, un lâche et un être indigne ?"

    "Quand on apprend à apprécier les points forts d’autrui, tout un chacun peut devenir le modèle de quelqu’un d’autre, tout le monde peut devenir un maître pour autrui."

    "Maltraiter quelqu’un est une conduite digne d’un laquais."

    "On dit : « Si vous désirez sonder le cœur d’un ami, tombez malade ».

    Une personne que vous considérez comme amie quand tout va bien et qui vous tourne le dos comme un étranger en cas de maladie ou d’infortune n’est qu’un lâche.

    Il est bien plus important, lorsqu’un ami doit faire face à l’infortune, de se tenir près de lui, de lui rendre visite et de le secourir.

    Un Samouraï ne doit jamais, aussi longtemps qu’il vit, se permettre de s’éloigner de ceux auxquels il est redevable spirituellement.

    Voilà donc un moyen pour mesurer les véritables sentiments d’un homme. La plupart du temps, nous nous tournons vers les autres pour les appeler à l’aide et nous les oublions dès que la crise est passée
    ."

    "Un homme qui ne cesse de calculer est un poltron. Je dis cela parce que les supputations ont toujours un lien avec les idées de profit et de perte ; l’individu qui les fait est tout le temps préoccupé par des notions de gain ou de perte."

    "Quand survient le malheur, le Samouraï doit s’en réjouir et saisir la chance qui lui est ainsi offerte de mettre à profit son énergie et son courage."

    "Ceux qui vantent leurs talents et s’estiment supérieurs à leurs contemporains seront inévitablement punis par quelque manifestation du Ciel."

    "Au temps du Seigneur Katsushige, les Samouraïs avaient une devise favorite : « Si vous n’avez pas été rônin sept fois, vous ne pourrez revendiquer le titre véritable de Samouraï. Trébuchez et tombez sept fois, mais relevez-vous à la huitième »."

    "[Les] remarques attentionnées sont d’une grande importance."

    "Les hommes qui recherchent les critiques des autres sont déjà supérieurs à la plupart."

    "Les dieux n’aiment guère la souillure du sang."

    "La vie humaine ne dure qu’un instant, il faut avoir la force de la vivre en faisant ce qui nous plait le plus.

    Dans ce monde fugace comme un rêve, vivre dans la souffrance en ne faisant que des choses déplaisantes est pure folie
    ."

    "Fondamentalement, un homme qui est sorti du rang n’a pu le faire que parce qu’il possédait plus d’habileté et de mérite que tous ceux qui sont initialement placés à un échelon élevé.

    C’est la raison pour laquelle nous devons toujours lui témoigner un plus grand respect
    ."
    -Tsunetomo Yamamoto, L'Hagakure (1716).

    "On ne trébuche pas sur une montagne, mais sur une pierre."
    -Confucius.

    "Le procès d’une malheureuse qui n’a ni crédit, ni protection, est promptement fait dans un pays où l’on croit la vertu incompatible avec la misère, où l’infortune est une preuve complète contre l’accusé ; là, une injuste prévention fait croire que celui qui a dû commettre le crime l’a commis ; les sentiments se mesurent à l’état où l’on trouve le coupable ; et sitôt que de l’or ou des titres n’établissent pas son innocence, l’impossibilité qu’il puisse être innocent devient alors démontrée."
    -Le Marquis de Sade, Justine ou les Malheurs de la vertu (1791).

    "Toutes les religions se valent dans l'égarement."
    -Abu-l-Ala al-Maari, poète syrien (source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Abu-l-Ala_al-Maari ).

    "La politique est l'art d'obtenir de l'argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres."
    -Gustave Vapereau.

    « La tolérance n'est point l'indifférence, elle n'est point de s'abstenir d'exprimer sa pensée pour éviter de contredire autrui, elle est le scrupule moral qui se refuse à l'usage de toute autre arme que l'expression de la pensée. »
    -Jean-François Revel.

    « Si un prince légitime gouverne tyranniquement, et qu’il n’existe aucun autre moyen de se préserver que l’expulsion et la déposition du roi, alors le peuple, agissant comme un tout, peut le déposer. »
    -Francisco Suárez.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Ven 20 Nov - 14:11, édité 21 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 12 Juil - 22:19

    "Jünger doit supporter l’opprobre d’avoir été contemporain des nazis et de les avoir physiquement côtoyés, plutôt que de choisir un exil pour lui dépourvu de sens."
    -F. Poncet (source: http://www.franceculture.fr/oeuvre-fascisme-et-litterature-pure-la-fabrique-d-ernst-juenger-de-michel-vanoosthuyse ).

    "Bien des hommes et bien des femmes ont accompli une grande œuvre, sans avoir vécu une grande vie. Bien des gens sont intéressants, bien que leur vie puisse avoir été tout à fait insignifiante et banale. La vie de Kropotkine est à la fois grande et intéressante.

    [...] Il a vécu la vie de l’aristocrate et celle de l’ouvrier ; il a été page de l’empereur et il a été un écrivain bien pauvre ; il a vécu la vie de l’étudiant, de l’officier, de l’homme de science, de l’explorateur de pays inconnus, de l’administrateur et du révolutionnaire banni. En exil il a dû parfois vivre de pain et de thé comme un paysan russe ; et il a été exposé à l’espionnage et aux tentatives d’assassinat comme un empereur de Russie.

    [...] C’est un révolutionnaire sans emphase et sans emblème. Il rit des serments et des cérémonies par lesquels se lient les conspirateurs dans les drames et les opéras. Cet homme est la simplicité en personne. Sous le rapport du caractère il peut soutenir la comparaison avec tous ceux qui ont lutté pour la liberté. Aucun n’a été plus que lui désintéressé, aucun n’a aimé l’humanité plus que lui.

    Mais il ne permettrait point d’inscrire au frontispice de son livre tout le bien que je pense de lui, et si je lui faisais, je dépasserais les limites d’une préface raisonnable
    ."
    -Georges Brandès, préface aux Mémoires d'un révolutionnaire de Pierre Kropotkine.

    "Nul homme n’est une île, un tout en soi; chaque homme est partie du continent, partie du large; si une parcelle de terre est emportée par les flots, pour l’Europe c’est une perte égale à celle d’un promontoire, autant qu’à celle d’un manoir de tes amis ou du tien. La mort de tout homme me diminue parce que je suis membre du genre humain. Aussi n'envoie jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour toi."
    -John Donne, chef de file des poètes métaphysiques, in Devotions upon Emergent Occasions, 1624.

    « Quand nous prendrons conscience de notre rôle, même le plus effacé, alors seulement nous serons heureux. Alors seulement nous pourrons vivre en paix et mourir en paix, car ce qui donne un sens à la vie donne un sens à la mort. »
    -Antoine de Saint-Exupéry, Terre des hommes.

    « Ô fils sublime de la sage Thémis ! contre mon gré, malgré toi, par d’indissolubles chaînes, je te lierai à cette roche inaccessible aux hommes, là où tu n’entendras la voix, où tu ne verras la face d’aucun mortel, où, lentement consumé par l’ardente flamme de Hèlios, tu perdras la fleur de ta peau ! Tu seras heureux quand la Nuit, de sa robe enrichie d’étoiles, cachera l’éclat du jour, et quand Hèlios dissipera de nouveau les gelées matinales. Elle te hantera à jamais, l’horrible angoisse de ta misère présente, et voici qu’il n’est pas encore né, Celui qui te délivrera ! C’est le fruit de ton amour pour les hommes. Étant un Dieu, tu n’as pas craint la colère des Dieux. Tu as fait aux Vivants des dons trop grands. Pour cela, sur cette roche lugubre, debout, sans fléchir le genou, sans dormir, tu te consumeras en lamentations infinies, en gémissements inutiles. »
    -Eschyle, poète grec, Prométhée enchaîné.

    « Pour être un héros, il faut avoir au moins une fois en sa vie senti l'inutilité de l'héroïsme et de quel poids infime pèse l'acte héroïque dans l'immense déroulement des effets et des causes, réconcilié son âme avec l'idée de la lâcheté, bravé par avance la faible, l'impuissante, l'oublieuse réprobation des gens de bien, senti monter jusqu'à son front la chaleur du plus sûr et du plus profond repaire, l'universelle complicité des lâches, toujours béante, avec l'odeur des troupeaux d'hommes. Qui n'a pas une fois désespéré de l'honneur ne sera jamais un héros. »
    -Georges Bernanos, Scandale de la vérité.

    "L’idée du surhomme est une idée raisonnable et nous ne devons désormais prétendre à moins."
    -Albert Caraco, Ma Confession (1975).

    "Au-dessus de la vertu, il y a la vie."
    -Laconique, L'ivresse de la vertu (cf: http://www.legoutdeslettres.com/2013/01/livresse-de-la-vertu.html ).

    "Peut-être le temps est-il venu de contester cette prétention qu’a le réel à régenter nos vies."
    -Laconique, Le réel et l'idéal (cf: http://www.legoutdeslettres.com/2013/01/le-reel-et-lideal.html ).

    "On remarque dans tout l’ouvrage un esprit juste, élevé, nerveux, pathétique, également capable de réflexion et de sentiment, et doué avec avantage de cette invention qui distingue la main des maîtres et qui caractérise le génie."
    -Vauvenargues.

    « Mais comme la réflexion et la pensée ont supplanté les beaux-arts, l’action et l’intervention sociale supplanteront désormais la véritable philosophie. Aussi la conscience, à cet instant précis, se hâte-t-elle de pénétrer partout et à peine parvenue à elle-même, cherche maintenant à précipiter l’action. »
    -August von Cieszkowski, Prolégomènes à l'historiosophie.

    « Toute philosophie qui croit qu’un événement politique est susceptible de différer, ou qui plus est de résoudre le problème de l’existence est une philosophie pour rire, une pseudo-philosophie. »
    -Nietzsche.

    "Rechercher et de créer, à partir de la négation, les valeurs positives qui permettront de concilier une pensée pessimiste et une action optimiste. C’est là le travail des philosophes."
    -Albert Camus, La crise de l'homme.

    "Nous devons le respect aux femmes, nous leur devons infiniment de politesse, ceux qui les blâment tombent sous leur coupe et ceux qui les déchirent ne manquent de se traîner à leurs pieds: nous les honorerons pour mieux les éviter, nous les encenserons pour mieux les repousser et nous les diviniserons pour mieux les écraser sous leur symbole."

    "Il est bien rare qu’une femme se rende auteur d'une œuvre remarquable, mais il est fréquent – avouons-le – qu'elle la suscite, l'ombre où la femme se dérobe est une source de grandeur et plus que la lumière où trop de femmes cherchent à paraître."

    "L'école du consentement prélude à la grandeur et la vie éternelle est celle dont nous participons ici-bas, jamais ailleurs, ailleurs n'est plus quand nous ne sommes. Voilà ce qu'il faut enseigner, voilà ce que nous méritons d'apprendre et voilà pourtant ce qu'on nous refuse et qu'on nous punirait même de croire !"
    -Albert Caraco, Post Mortem (1968).

    "Mon Père est en relation avec des gens, qui gagnent magnifiquement leur vie, entrepreneurs, industriels, négociants, banquiers, épiciers et bouchers. Toutes ces brutes se déclarent satisfaites, cela ne lit presque jamais ou seulement un mauvais livre, cela calcule en évitant de réfléchir, cela travaille et jouit durement, ce sont les forces vives de la nation, le monde est plein de pareils hommes et beaucoup les envient, en souhaitant de prendre un jour leur ressemblance. Les voilà, pourtant, ceux qui poussent à la catastrophe, plus que les Nihilistes, qui s’en vantent !"

    "Nous demandons une métaphysique, qui fasse droit à la Nature au lieu de s’opposer à la Nature et de la réputer la fille du péché : cette doctrine est une insulte au genre humain, une menace à son intégrité charnelle."

    "Nous voulons que les dieux aient, comme nous, un sexe et qu’ils en usent, l’idée de les avoir privés de cet organe est une insulte au genre humain."
    -Albert Caraco, Ma Confession (1975).

    "Une fête implique la fierté, l’exubérance, la gaieté, la raillerie à l'égard de tout ce qui est grave, bourgeois, une divine affirmation de soi née d'un sentiment de plénitude et de perfection animales, autant d'état que le chrétien ne peut approuver sincèrement. Toute fête est païenne par essence !"
    -Nietzsche.

    "Qu'est-ce que des hiéroglyphes ? Ce sont des signes plus forts que le texte qu'ils représentent: ils entaillent en profondeur, par-delà la surface, par-delà les époques et les conjonctures, ils décrivent, sous les vêtements, ce qui s'y drape et s'y transmue."
    -Ernst Jünger, Philémon et Baucis (1972).

    "Quels sont les sentiments qui ont gouverné et animé la chevalerie moderne ? D’abord la générosité, d’où naît le respect et la protection de la faiblesse, la libéralité naît aussi de la générosité qui lui a donné son nom. Un autre sentiment domine la chevalerie, c’est le culte de la femme, de la femme envisagée comme le principe de tout bien, de toute élévation morale, excitant l’homme à la vaillance, adoucissant et purifiant ses mœurs, exaltant ses facultés morales. Dès à présent, on peut en revoir plusieurs conséquences de ces sentiments fondamentaux : l’une d’elles est le combat désintéresse pour acquérir non pas des terres ou des richesses, mais seulement de l’honneur, sans mélange de passion égoïste ou haineuse. Deux chevaliers se rencontrent et combattent pour la beauté du fait, pour le plaisir et la gloire du combat, et pour honorer, pour glorifier leurs dames. Les tournois, les joutes sont des luttes sans inimitié entre hommes qui s’estiment, qui s’aiment quelquefois, et qui ne croisent leurs lances que pour accomplir de belles emprises d’armes, comme dit Froissart, ce dilettante de la chevalerie. Rien ne peint d’une manière plus vive et plus piquante cette générosité chevaleresque que ces deux paladins de l’Arioste qui, encore tout meurtris des grands coups qu’ils se sont portés, l’un païen et l’autre chrétien, enfourchent le même cheval et le piquent de quatre éperons."
    -Jean-Jacques Ampère, La Chevalerie (1838). Source: http://fr.wikisource.org/wiki/La_Chevalerie.

    "Nous croyons toujours que tout est nouveau, alors que nous refaisons les expériences que les hommes des autres siècles ont faites et que nous repassons par les mêmes chemins qu’eux."
    -Jacques Bainville, Les Dictateurs (1935). Source: http://fr.wikisource.org/wiki/Les_Dictateurs

    "Qui donc aussi plaça jamais la musique si haut et si bas ! Qui lui reconnut jamais tant de pouvoir, que de la déclarer maîtresse toute-puissante, pour le bien et même pour le mal, non seulement de notre âme, mais de notre esprit, et de nos idées autant que de nos sentiments !"
    -Camille Bellaigue, L’Évolution musicale de Nietzsche (1905).

    "Machiavel marque imperturbablement la séparation entre la politique et la morale. Il sous-entend partout : la morale fait un, et la politique fait deux. Nulle part il ne dit qu’il est bien qu’il en soit ainsi, mais il constate qu’il en est ainsi ; puis, l’ayant constaté, il n’essaye pas de se duper et de nous duper, il s’en garde, au contraire, et il nous en garde. Il déclare d’une voix tranquille : « Cela veut du sang, cela veut du fer, » comme le chimiste, pour pousser la comparaison, déclare, sans s’en réjouir ni s’en affliger : « Ceci est du vitriol, » ou : « Ceci est du sucre. » En Machiavel, aucune hypocrisie ; il n’a de scandaleux, et de presque effrayant parfois, que sa sincérité."
    -Charles Benoist, Machiavel et le Machiavélisme (1906).

    "Tandis que le Naturalisme essaye vainement de casser les ailes à la fantaisie et de mettre l’imagination sous clef, la fantaisie s’enfonce dans le pays des rêves d’un vol fou et l’imagination vagabonde dans les plus étranges sentiers. Jamais on n’aura mieux vu combien l’esprit humain est incompressible, et combien il est chimérique de prétendre l’enfermer dans les règles étroites d’un système qu’à notre époque, où à côté d’une brillante école de romanciers uniquement épris de réalités, s’est formée une école de poètes réfugiés, comme le savant de Hawthorne en sa serre, dans un monde absolument artificiel. Point d’antithèse plus tranchée.

    Bien qu’ils n’aient, comme jadis les Parnassiens, ni éditeur commun, ni recueil à eux, où leur groupe apparaisse nettement délimité, ceux qui s’occupent de vers savent qui l’on désigne par ce nom ironique de décadents. Baudelaire est leur père direct, et toute l’école danse et voltige sur le rayon macabre qu’il a ajouté au ciel de l’art, suivant l’expression de Victor Hugo
    ."
    -Chronique de Paul Bourde sur les Poètes décadents, Le Temps, 6 aout 1885.

    "C’est toujours le fait des esprits bas de ne pas croire ceux qui valent mieux qu’eux."

    "Et il y avait parmi eux un homme d’un rare savoir, versé au plus haut point en toute espèce d’œuvres sages, un homme qui avait acquis la plus grande richesse en connaissances ; car lorsqu’il tendait les forces de son esprit, il voyait facilement chacune des choses qui sont en dix, en vingt vies d’hommes."

    "Jeûnez de la méchanceté !"

    "Enfin, ils apparaissent parmi les hommes mortels comme prophètes, poètes, médecins et princes ; et ensuite ils s’élèvent au rang de dieux comblés d’honneurs, participant au foyer des autres dieux et à la même table, libres des misères humaines, assurés contre la destinée et à l’abri des offenses."
    -Empédocle, Fragments.

    "En Égypte chaque dynastie mettait en lumière le dieu du pays d'où elle venait et le faisait prévaloir. Ce dieu, avec ceux de son cycle, entrait alors dans la religion commune, soit pour y partager le rôle de ceux qui s’y trouvaient déjà, soit pour les supplanter. Le panthéon égyptien alla grossissant et finit, sous le nouvel Empire, par admettre même des dieux étrangers."
    -Émile-Louis Burnouf, La Science des religions (1885).

    « Est-ce ici la région, le sol, le climat, dit alors l’archange perdu, est-ce ici le séjour que nous devons changer contre le Ciel, cette morne obscurité contre cette lumière céleste ? Soit ! Puisque celui qui maintenant est souverain peut disposer et décider de ce qui sera justice. Le plus loin de lui est le mieux, de lui qui, égalé en raison, s’est élevé au-dessus de ses égaux par la force. Adieu, champs fortunés où la joie habite pour toujours ! Salut, horreurs ! Salut, monde infernal ! Et toi, profond Enfer, reçois ton nouveau possesseur. Il t’apporte un esprit que ne changeront ni le temps ni le lieu. L’esprit est à soi-même sa propre demeure ; il peut faire en soi un Ciel de l’Enfer, un Enfer du Ciel. Qu’importe où je serai, si je suis toujours le même et ce que je dois être, tout, quoique moindre que celui que le tonnerre a fait plus grand ? Ici du moins nous serons libres. Le Tout-Puissant n’a pas bâti ce lieu pour nous l’envier ; il ne voudra pas nous en chasser. Ici nous pourrons régner en sûreté ; et, à mon avis, régner est digne d’ambition, même en Enfer ; mieux vaut régner dans l’Enfer que servir dans le Ciel. »
    -John Milton, Le Paradis perdu (1667).

    "Je ne connais rien de plus odieux que d’empêcher de sortir de son pays un homme qui y est assez mal pour désirer de le quitter malgré tous les sentiments de la nature et toutes les forces de l’habitude qui l’y retiennent."

    "L'échange est une transaction admirable dans laquelle les deux contractants gagnent toujours."
    -Destutt de Tracy, Traité d'économie politique.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Lun 26 Nov - 15:27, édité 16 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 23 Juil - 15:35

    "Mais avant de passer outre, j’ajouterai ici un document curieux, négligé par M. Rossetti, et qui est de nature cependant à jeter du jour sur l’état des esprits, en Italie, à l’époque où les guerres des partis gibelin et guelfe étaient dans toute leur force ; où la littérature en langue vulgaire prévalait, et où tous les hommes mécontens, et exprimant la haine que leur inspirait la cour de Rome, appelaient de tous leurs vœux l’arrivée de l’empereur, comme celle d’un messie. D’après les promesses de l’empereur Henri VII, ce grand évènement devait avoir lieu en 1314. Or, sept ans avant, on brûla vif un certain Dulcinus, hérétique patarin, qui fut pris avec toute sa secte, auprès de Verceil en Piémont, après un combat long et opiniâtre. Muratori, parmi les écrits du moyen-âge qu’il a fait connaître, donne une relation latine, écrite par un contemporain, de l’histoire et des opinions de la secte dont ce Dulcinus était alors le chef. Voici les principaux points de la profession de foi que firent ce sectaire et ses disciples, lorsqu’ils furent condamnés au supplice : ils prenaient le titre d’apôtres, disant que leur ordre ou communauté avait été ainsi institué et nommé par Gérard Seguerelli de Parme, lequel avait été brûlé quelques années auparavant ; que Seguerelli était le fondateur de leur secte ; qu’ils ne reconnaissaient ni l’église romaine, ni les cardinaux, ni le pape ; qu’eux seuls Patarins, avaient la véritable tradition des vertus évangéliques ; que les dîmes ne devaient pas être payées au clergé romain qui avait abandonné cette perfection morale et cette véritable pauvreté dans lesquelles vivaient les premiers apôtres ; que l’homme et la femme avaient le droit de vivre ensemble et de satisfaire leurs désirs mutuels, sans commettre un péché ; que la vie est plus parfaite sans vœux qu’avec des vœux ; outre cela, ils croyaient que pour aucune cause, dans aucun cas, on ne devait jamais jurer, si ce n’est à l’occasion des articles de foi et des commandemens de Dieu ; que quant à tout le reste, on pouvait cacher ce que l’on savait, en jurant même de dire la vérité aux cardinaux et aux inquisiteurs ; que l’on n’était nullement tenu par ce serment de révéler ses opinions et sa doctrine, et qu’on n’était point obligé de se défendre par ses paroles, mais dans son cœur. Il leur était recommandé de dogmatiser toutefois, quand et où ils pourraient, en cachette ; qu’en tous cas si on les forçait de jurer en les menaçant de la mort, ils pouvaient mentir, sans crainte de commettre un péché ; qu’enfin s’ils ne pouvaient échapper au supplice, alors ils devaient avouer et défendre ouvertement leur doctrine et mourir avec courage sans trahir leurs co-sectaires.

    Ce Dulcinus déclara qu’il avait reçu le don de prophétie, et que Dieu lui avait révélé, vers l’année 1305, que Frédéric, roi de Sicile, fils de Pierre d’Aragon, deviendrait empereur, instituerait dix rois en Italie, mettrait à mort le pape, les cardinaux, les prélats de l’église romaine et tous les religieux, excepté ceux d’entre eux qui viendraient se joindre à sa secte ; et qu’enfin lui, Dulcinus, serait placé sur le siège du bienheureux saint Pierre, d’où il ferait connaître la vérité.

    D’après les statuts de la secte, Dulcinus avait une femme qui vivait avec lui. Elle se nommait Marguerite. Tous les sectaires étaient à peu près dans le même cas, et ils donnaient à la femme qui leur était attachée, le nom de sœur en Jésus-Christ[2].

    Je dois à la vérité de dire que dans cette curieuse chronique je n’ai rien trouvé qui indiquât que, parmi ces hérétiques, on eût l’usage d’une langue figurée, d’un argot et de signes convenus. L’histoire des Albigeois et Vaudois en France, écrite par Pierre de Vaucernay, moine de Citeaux et contemporain, ne donne non plus aucun renseignement sur ce fait.

    Quoi qu’il en soit, M. Rossetti croit reconnaître qu’à la secte anti-papiste des Patarini a succédé ou s’est mêlée celle des Gibelins ; que les signes conventionnels, par le geste, la parole et l’écriture, ont été transmis par les premiers aux seconds ; et qu’enfin le fond de cette langue figurée, de cet argot, qui était employé également par les chevaliers du Temple, tire son origine du livre de l’Apocalypse. Faute de pouvoir rapporter ici des citations trop longues et trop nombreuses, on ne donnera qu’un échantillon du vocabulaire commun au visionnaire de Pathmos et au grand poète gibelin Dante. Ainsi, l’enfer des vivans veut dire le monde corrompu par la direction des papes ; Béatrice, Laure, Fiametta et tant d’autres femmes imaginaires sont la personnification de la puissance impériale, de la monarchie environnée de toutes les vertus et de tous les bienfaits. La Rome des papes est tour à tour la louve, Babylone, la grande prostituée ; le loup, le guelfe, mot qui vient du saxon wolf, Satan, Lucifer, etc., sont les noms donnés au pape, et par lesquels il est désigné. L’empereur est ordinairement indiqué par la figure d’un levrier. La mort et la vie, deux expressions que l’on rencontre sans cesse dans tous les écrits des poètes éroto-platoniques, et dont on a ordinairement beaucoup de peine à saisir l’acception dans leurs vers, indiquent, en argot gibelin, le premier, le papisme, et le second, la puissance impériale. Ainsi, lorsque Dante dit que le levrier, héritier de l’aigle, viendra au secours de l’Italie et punira la louve, selon M. Rossetti, qu’il est assez difficile de contredire en cette occasion, cela signifie : L’empereur viendra au secours de l’Italie, et punira la Rome papale
    ."
    -Étienne-Jean Delécluze, Dante était-il hérétique ? (1834).

    "Marx y a maintes fois insisté: ce n'est pas l'observation empirique des prolétaires qui permet de connaître leur mission de classe. C'est, au contraire, la connaissance de leur mission de classe qui permet de discerner l'être des prolétaires dans sa vérité. Peu importe, par conséquence, le degré de conscience que les prolétaires ont de leur être ; et peu importe ce qu'ils croient faire ou vouloir: seul importe ce qu'ils sont. Même si, présentement, leurs conduites sont mystifiés et les fins qu'ils croient poursuivre contraires à leur mission historique, tôt ou tard l'être triomphera des apparences et la Raison des mystifications. Autrement dit, l'être du prolétariat est transcendant aux prolétaires ; il constitue une garantie transcendantale de l'adoption par les prolétaires de la juste ligne de classe.

    Une question se pose aussitôt: qui est capable de connaître et de dire ce que le prolétariat est quand les prolétaires eux-mêmes n'ont de cet être qu'une conscience brouillée ou mystifiée ? Historiquement, la réponse à cette question est : seul Marx a été capable de connaître et de dire ce que le prolétariat et sa mission historique sont en vérité. Leur vérité est inscrite dans l'œuvre de Marx. Celui-ci est l'alpha et l'oméga ; il est le fondateur.

    Cette réponse n'est évidemment pas satisfaisante. En effet: pourquoi et comment l'être transcendant du prolétariat a-t-il été accessible à la conscience de Marx [et de lui seul]
    ?"
    -André Gorz, Adieux du prolétariat.

    "Nul ne peut pénétrer le mal qui me détruit, pas plus les hommes que les anges ou les génies, car il ne leur a pas été donné de pouvoir le comprendre."
    -Abd al Qadir al-Jilani, soufiste.

    « Il n'est point de conjoncture où l'on puisse se dispenser d'être juste. »
    -Cicéron.

    « Nous avons besoin d'une éthique ou d'une foi, ce qui fait rire les idiots ; ce n'est pas un besoin de croire à autre chose, mais un besoin de croire à ce monde ci, dont les idiots font partie. »
    -Gilles Deleuze.

    "Délire des grandeurs, trafics et basses manœuvres, enjeux de pouvoir et pratiques de l’exclusion, le Maître nous dit-on était vil, on a des anecdotes à foison pour en fournir la preuve, on a des dossiers là-dessus, on a des fiches et des témoins, il avait tout de même bien mérité, lui aussi, son Livre Noir – diront tous les valets."
    -Frédéric Neyrat, Le cinéma de Guy Debord (source: http://www.debordements.fr/spip.php?article171 ).



    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Dim 22 Mar - 22:07, édité 3 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 10 Aoû - 19:44

    "La vie de Baudelaire méritait d’être écrite, parce qu’elle est le commentaire et le complément de son œuvre."

    "Baudelaire eût dit volontiers :« Tout poète qui ne sait pas être à volonté brillant, sublime, ou terrible, ou grotesque, ne mérite pas le nom de poète. » Il s’est vanté plus d’une fois de tenir école de poésie & de rendre en vingt leçons le premier venu capable de faire convenablement des vers épiques ou lyriques. Il prétendait d’ailleurs qu’il existe des méthodes pour devenir original, & que le génie est affaire d’apprentissage."

    "Une question saugrenue, une affirmation paradoxale lui servaient à juger l’homme à qui il avait affaire ; & si au ton de la réponse & à la contenance il reconnaissait un pair, un initié, il redevenait aussitôt ce qu’il était naturellement, le meilleur & le plus franc des camarades."

    "Ni l’argent ni les« positions » n’étaient pour rien dans les rêves d’avenir."4

    "Vers ce temps-là (1840) une évolution se fit dans l’esprit public. Les luttes littéraires étaient closes ; Victor Hugo, déformais incontesté, consacrait son triomphe par les Burgraves & les Rayons & les Ombres. L’intérêt, qui toujours déserte les causes gagnées, se tourna d’un autre côté : la Peinture détrôna la Poésie.

    Delacroix, dont le génie commençait à s’imposer, ralliait autour de lui les braves qui n’attendent pas les décrets du suffrage universel pour reconnaître & défendre ce que leur jugement approuve. La bataille était là : Baudelaire y courut. Tout l’y invitait : son goût, sa nature d’artiste, son amour du combat, son mépris des majorités qui lui faisait prendre plaisir à se faire injurier par les myopes & les routiniers
    ."

    "Nul doute que ces apologies raisonnées, la seconde surtout, plus complète & plus travaillée, n’aient conduis parmi les contemporains de vives sympathies à Eugène Delacroix, qui s’en montra reconnaissant, en témoignant jusqu’à la fin de sa vie, à leur auteur, la plus bienveillante amitié."

    "Baudelaire, malgré son amour de l’éclat & de la violence, malgré sa curiosité déjà notée des procédés & des raffinements, a toujours été dans sa critique de l’école philosophique. Il a écrit un jour cet axiome :« Pas de grande peinture sans de grandes pensées. »"

    "Toute génération, toute famille d’écrivains que groupe une communauté d’idées & de goûts, trouve ou crée un endroit, journal ou revue, pour poser son programme.  Ce journal fut, après 1840, le Corsaire-Satan, dirigé par Lepoittevin Saint-Alme, un vieillard solennel, à mine de vieux troupier, qui découvrait majestueusement ses cheveux blancs devant quiconque s’avisait de venir se plaindre des vivacités de la rédaction. Là débutèrent Champfleury, Murger, Th.. de Banville, Antoine Fauchery, Marc Fournier, A. Vitu, Henri Nicolle, A. Busquet, Édouard Plouvier, Charles de la Ronnat, Alexandre Weill, préludant de concert à des destinées bien diverses. Baudelaire s’y trouva porté tout naturellement ; & l’on vit alors apparaître sur le boulevard son fantastique habit noir, dont la coupe imposée au tailleur contredisait insolemment la mode, long & boutonné, évasé par en haut comme un cornet et terminé par deux pans étroits et pointus."

    "La révolution de 1848 arrêta l’essor de ces jeunes talents & rompit le faisceau des camaraderies littéraires. La passion politique, le besoin subit d’action, la curiosité, l’esprit d’utopie créèrent, de ci, de là, des diversions & même des divergences. S’il ne prit pas activement part aux événements, Baudelaire en ressentit le contrecoup, & devait le ressentir. Il était loin de la sécurité olympienne qui fait rimer le Divan pendant la guerre, & peindre la Naissance de Vénus au bruit de l’émeute. Le poète qui a plongé si résolument dans les misères des infimes, qui a compati à leur perversité comme à leur détresse (Le Vin de l’assassin, Les deux Crépuscules), & tiré de leurs douleurs & de leurs joies, de leurs désespoirs, des chants si éloquents de pitié mélancolique, celui là, certes, était un poète humain."

    "Le but pour Baudelaire, c’était le Beau ; sa seule ambition était la gloire littéraire. On échappe ainsi aux préjugés &. aux illusions imposées par la solidarité : on voit les torts des uns & des autres ; on n’est dupe d’aucun côté. Et c’est ainsi que l’on peut dire que pour les esprits élevés la sagesse est faite de contradictions."

    "Vers ce temps-là aussi, une curiosité nouvelle s’empara de l’esprit de Baudelaire & remplit sa vie. On devine que je veux parler d’Edgar Poë, qui lui fut révélé par les traductions de Mme Adèle Meunier, publiées en feuilletons dans les journaux. Dès les premières lectures il s’enflamma d’admiration pour ce génie inconnu qui affinait au sien par tant de rapports. J’ai peu vu de possessions aussi complètes, aussi rapides, aussi absolues. À tout venant, où qu’il se trouvât, dans la rue, au café, dans une imprimerie, le matin, le soir, il allait demandant : — Connaissez-vous Edgar Poë ?"

    "Je sens encore son regard chargé de mépris et de fureur, & qui voulait dire : Vous ne comprenez donc pas que toute chose que j’écris doit être irréprochable ?"

    "Baudelaire travaillait en dandy. Nul ne fut moins besogneur que lui. S’il aimait le travail, comme art, il avait en horreur le travail-fonction. J’ai entendu des gens qui l’avaient mal connu, ou qui l’avaient connu trop tard, s’étonner que,« avec un si grand talent » Baudelaire ne gagnât pas beaucoup d’argent. C’était le méconnaître absolument. Quoiqu’il ait longtemps manifesté la prétention & même la conviction de s’enrichir par son travail, Baudelaire était trop délicat & trop respectueux de lui-même pour devenir jamais un money-making author."

    "Les Fleurs du mal ont gagné leur procès en appel au tribunal de la littérature & de l’opinion publique. Les magnifiques plaidoyers de Théophile Gautier, les approbations, tant publiques que particulières, des maîtres de la poésie contemporaine, de Victor Hugo, de Sainte-Beuve, d’Émile Deschamps, &c., &c., ont effacé jusqu’au souvenir de ce« malentendu, » dont notre ami avait été si vivement choqué. Reste le livre, désormais serein & inattaquable, & dont les blessures ont été richement réparées par de nouvelles pousses."

    "Charles Baudelaire, ne craignons pas de le dire, est, après les grands maîtres de 1830, le seul écrivain de ce temps, à propos duquel on ait pu prononcer sans ridicule le mot de génie."

    "Quand il sentait que ce qu’il faisait cessait d’être du Baudelaire, il s’arrêtait ; & nulle considération, nul avantage, ni d’argent, ni de faveur, ni de publicité ne lui aurait fait faire un pas plus loin. Aussi est-il resté intègre & intact."

    "Quiconque l’avait connu l’aimait.

    Cet homme, que de certains esprits obtus & malveillants ont voulu faire passer pour insociable, était la bonté & la cordialité mêmes. Il avait la qualité des forts, la gaîté, au point d’aimer à divertir à ses dépens
    ."

    "II reste à ses amis son œuvre, son souvenir & le bonheur d’avoir vécu dans la confidence d’un esprit rare, d’une âme élevée, forte & sympathique, d’un de ces génies d’exception, sans pairs ni sans analogues, qui poussent en ce monde comme des fleurs magiques, dont la couleur, dont la feuille & le parfum ne sont qu’à elles, & qui disparaissent comme elles sont nées, mystérieusement ; de l’un des hommes, en un mot, les plus complets, les plus exquis & les mieux organisés qui aient été donnés à ce siècle."
    -Charles Asselineau, Charles Baudelaire, sa vie et son œuvre (1869)

    "Février 1848. Le Quartier Latin est en folie. Partout dans Paris, des barricades et des hommes exaltés annoncent la République et ses lendemains qui chantent. Carrefour de Buci, quelques insurgés viennent de mettre à sac la boutique d'un armurier. L'un d'entre eux se détache de ce groupe révolté. Pour lui, la révolution n'est qu'un prétexte pour crier sa fureur. Il porte "un beau fusil à deux coups et une superbe cartouchière de cuir jaune". Il cri à tue-tête: "Il faut aller fusiller le général Aupick !". Ce pilleur de magasins, cet homme qui vuet exécuter son beau-père, le second mari de sa mère, c'est Charles Baudelaire, le poète, le dandy, le solitaire, le dégoûté de la politique et des politiciens ! L'ivresse de la révolution l'emporte ce jour-là, un court mais spectaculaire moment, sur les autres ivresses, celles du vin, de la poésie, des paradis artificiels, de l'amour ou du sexe...Baudelaire, qui a vingt-sept ans, ne tuera pas le général Aupick qu'il hait pourtant au plus profond de son être. Mais, peu à peu, armé de sa plume et d'un sombre talent, il va fusiller pour de bon quelque chose de plus solide encore: la vieille poésie."

    "[Baudelaire] ne croit pas à l'amour mais croit encore à la tendresse ; il ignore le progrès et la philanthropie, mais il croit à la charité et au courage ; il connaît le vice mais ne désespère pas de la vertu -la vraie, celle qui n'est pas simple hypocrisie ; il se souvient des heures d'extase et de rêverie mais se rappelle mieux encore les jours de solitude et d'angoisse ; il chante l'oubli du temps dans l'instant, mais montre aussi la marche intraitable des heures et le poids accablant des souvenirs ; il a conscience du mal qui est le propre de l'homme, mais proclame aussi que cette conscience dans le mal fait la gloire de l'homme...C'est ce mélange radical qui donne aux Fleurs du Mal leur inquiétante unité. Baudelaire accepte de vivre dans un monde absurde et cruel ; son œuvre est la saisie de ce monde ; la quintessence qu'il en a extraite après l'avoir serré dans sa main et d'être aussi laissé broyer par lui : double mouvement de connaissance du monde et de naissance de la poésie."
    -Gilbert Maurin, Les grands écrivains.

    "Tout livre qui ne s’adresse pas à la majorité [...] est un sot livre."

    "Il faut mettre de l’importance à tout ce qu’on fait. C’est le seul moyen de ne jamais s’ennuyer."
    -Charles Baudelaire.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Dim 10 Aoû - 21:24, édité 4 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 10 Aoû - 20:24

    « Craignez de mal juger, — mais non pas de punir.»
    -Xavier Forneret.



    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Sam 3 Juin - 10:20, édité 39 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 10 Aoû - 23:42

    "Courte est la vie ; consumons donc ce peu d'années, dociles aux désirs qui nous emportent."
    -Machiavel, La Mandragore.

    "Ceux qui prétendent tout savoir et tout régler finissent par tout tuer."

    "Tout vie dirigée vers l'argent est une mort."

    "Il n'y a pas d'amour de vivre sans désespoir de vivre."
    -Albert Camus.

    "Je vois tomber en silence les étoiles des mondes détruits...De qui vous souvenez-vous, hommes de la terre, au milieu de ces mondes sans fins, qui tombent ainsi dans les nuits éternelles, sans se souvenir les uns des autres ?"

    "Qui de nous, qui de nous va devenir un dieu ?"
    -Alfred de Musset.

    "2 juillet 1789. Le plus intraitable, le plus orgueilleux, le plus violent des prisonniers de la Bastille entend de sa cellule monter le grondement de la foule en colère. La Révolution est en marche. Enfermé sur lettre de cachet depuis douze ans, non seulement pour ses écrits et sn libertinage mais aussi grâce à l'influence de sa belle-mère, son implacable ennemie, le marquis de Sade rumine sa vengeance et trouve ce jour-là une bonne occasion de crier sa haine. Il prend un long tuyau de fer blanc au bout duquel est fixé une sorte d'entonnoir et de sa fenêtre hurle qu'on est en train d'égorger les prisonniers de la Bastille et qu'il faut les délivrer ! Inquiet, le gouverneur, désireux de se débarrasser de cet encombrant locataire, rebelle et fauteur de troubles, le fait transférer à Charenton, à l'hospice des déments. Mais le mal est fait, la foule a entendu ce cri terrible et la clameur se fait plus menaçante encore. De tous côtés on vocifère: "A bas la Bastille ! A bas la Bastille !". Douze jours plus tard, la prison -presque vide- sera envahie, son gouverneur massacré et l'histoire du monde sera bientôt bouleversée..."

    "Rarement persécution aura été si minutieuse et têtue que celle dont a pâti le marquis de Sade..."
    -Gilbert Maurin, Les grands écrivains.

    "Vous avez imaginé faire merveille, je le parierais, en me réduisant à une abstinence atroce sur le péché de la chair. Eh bien vous vous êtes trompés: vous avez échauffé ma tête, vous m'avez fait former des fantômes qu'il faudra que je réalise."
    -Sade.

    « Ce mot de Bohème vous dit tout. La Bohème n’a rien et vit de tout ce qu’elle a. L’espérance est sa religion, la foi en soi-même est son code, la charité passe pour être son budget. Tous ces jeunes gens sont plus grands que leur malheur, au-dessous de la fortune mais au-dessus du destin. »
    -Balzac, Un prince de la bohème.

    "[Shakespeare] va maintenir presque toute sa vie un équilibre entre un pessimisme profond et instinctif et un amour de la vie qui, non moins enraciné que lui, le ramène malgré tout vers le riant visage du monde.
    D'où ce mélange, essentiel, entre le drame et la gaieté, le comique et le tragique.
    Si ce mélange est tel, c'est d'abord que la vie n'a pas de vraie signification, et en tout pas de signification surnaturelle: le royaume de Shakespeare est un royaume sans Dieu
    ."
    -Gilbert Maurin, Les grands écrivains.

    "Pour conquérir, on ne combat jamais avec autant d'ardeur que pour se défendre."

    "Écoutez-moi un moment, et jugez si mes conjectures sont bien ou mal fondées."

    "La bienveillance peut-elle jamais s'établir entre les membres d'une oligarchie et un peuple souverain, entre la passion de dominer et l'égalité civique ?"

    "Persuadés qu'Athènes seule est capable de ramener la liberté, ils voudront détruire Athènes, comme une ennemie dont ils craindront les coups."

    "Il faut, dans la prospérité, montrer toujours une grande bienveillance aux malheureux, puisque l'avenir est voilé pour tous les hommes."

    "Il sied mal de venir vous faire la leçon sur l'équité, quand on ne la pratique pas soi-même."

    "Je crois juste de rétablir la démocratie rhodienne."

    "J'opine donc pour que vous preniez avec énergie la défense des Rhodiens, pour que vous agissiez d'une manière digne d'Athènes."
    -Démosthène, DISCOURS SUR LA LIBERTE DES RHODIENS (source: http://remacle.org/bloodwolf/orateurs/demosthene/liberterhodiens.htm ).


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Dim 23 Avr - 13:03, édité 5 fois


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 19:55

    « Les gueulements dictatoriaux vont partout à présent à la rencontre des hantés alimentaires innombrables, de la monotonie des tâches quotidiennes, de l'alcool, des myriades refoulées, tout cela plâtre dans un immense narcissisme sadico-masochiste toute issue de recherches, d'expériences et de sincérité sociale. On me parle beaucoup de jeunesse, le mal est plus profond que la jeunesse ! Je ne vois en fait de jeunesse qu'une mobilisation d'ardeurs apéritives, sportives, automobiles, spectaculaires, mais rien de neuf. Les jeunes, pour les idées au moins, demeurent en grande majorité à la traîne des R A.T. bavards, filoneux, homicides. A ce propos, pour demeurer équitables, notons que la jeunesse n'existe pas au sens romantique que nous prêtons encore à ce mot. Dès l'âge de dix ans, le destin de l'homme me semble à peu près fixé, dans ses ressorts émotifs tout au moins, après ce temps nous n'existons plus que par d'insipides redites, de moins en moins sincères de plus en plus théâtrales. Peut-être, après tout, les "civilisations" subissent-elles le même sort ? La nôtre semble bien coincée dans une incurable psychose guerrière. Nous ne vivons plus que pour ce genre de redites destructrices. Quand nous observons de quels préjugés rancis, de quelles fariboles pourries peut se repaître le fanatisme absolu de millions d'individus prétendus évolués, instruits dans les meilleures écoles d'Europe, nous sommes autorisés, certes, à nous demander si l'instinct de mort chez l'Homme, dans ces sociétés, ne domine pas déjà définitivement l'instinct de vie. Allemands, Français, Chinois, Valaques... Dictatures ou pas ! Rien que des prétextes à jouer à la mort.

    Je veux bien qu'on peut tout expliquer par les réactions malignes de défense du capitalisme ou l'extrême misère. Mais les choses ne sont pas si simples ni aussi pondérables. Ni la misère profonde, ni l'accablement policier ne justifient ces ruées en masse vers les nationalismes extrêmes, agressifs, extatiques de pays entiers. On peut expliquer certes ainsi les choses aux fidèles, tout convaincus d'avance, les mêmes auxquels on expliquait il y a douze mois encore l'avènement imminent, infaillible, du communisme en Allemagne. Mais le goût des guerres et des massacres ne saurait avoir pour origine essentielle l'appétit de conquête, de pouvoir et de bénéfices des classes dirigeantes. On a tout dit, exposé, dans ce dossier, sans dégoûter personne. Le sadisme unanime actuel procède avant tout d'un désir de néant profondément installé dans l'Homme et surtout dans la masse des hommes, une sorte d'impatience amoureuse, à peu près irrésistible, unanime, pour la mort. Avec des coquetteries, bien sûr, mille dénégations, mais le tropisme est là, et d'autant plus puissant qu'il est parfaitement secret et silencieux.

    Or, les gouvernements ont pris la longue habitude de leurs peuples sinistres, ils leur sont bien adaptés. Ils redoutent, dans leur psychologie, tout changement. Ils ne veulent connaître que le pantin, l'assassin sur commande, la victime sur mesure. Libéraux, marxistes, fascistes ne sont d'accord que sur un seul point : des soldats !... Et rien de plus et rien de moins. Ils ne sauraient que faire en vérité de peuples absolument pacifiques
    . »
    -Louis-Ferdinand Céline, Hommage à Zola (1933).


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 19:58

    « Tout ce que l’écrivain peut et doit faire, c’est offrir à chacun de ceux entraînés par le mouvement tectonique des foules des raisons de le contester et de s’en détacher, s’ils le peuvent. »
    -Virgil Tanase, Saint-Exupéry.

    « Rien de ce qui fait l’excellence de Saint-Exupéry ne passe dans le cinéma, qui n’a les moyens de retenir d’une œuvre littéraire que ce Saint-Exupéry a toujours raté, l’intrigue et le personnage. »
    -Virgil Tanase, Saint-Exupéry.

    « Il n’est pas très original d’accompagner le Babbitt’ d’aujourd’hui, de le voir acheter son journal matinal, digéré cette pensée toute faite, choisir entre trois opinions parce que trois lui sont proposées, puis visser d’un septième de tour, onze fois par minute, l’écrou que lui affecte son travail à la chaîne, puis déjeuner à son drugstore où un esclavage de fer interdit toute réalisation du moindre souhait individuel. Puis à la séance de cinéma où Mr. Zanuck l’écrase lui-même de sa bêtise dictatoriale, puis à sa séance de base-ball, les jours de congé. Mais nul ne s’épouvante de cette effroyable liberté qui n’est que liberté de n’être point. […] Est caricature de la liberté celle dont je crois user quand je décide entre les quatre types de voiture de la General Motors ou encore entre les trois films de Mr. Zanuck ou entre les onze plats du drugstore. La liberté n’est plus que le choix d’un article standard, dans l’ordre d’une similitude universelle. Il donne le choix au condamné d’être empalé ou pendu, et j’admire qu’il soit libre. »

    « Une civilisation est à sauver en permanence. »

    « Nous ne sommes pas un cheptel à l’engrais. »
    -Antoine de Saint-Exupéry.

    « La colonisation ruine une race d’hommes qui va disparaître ; que ceux qui leur succèdent ou eux-mêmes soient repus en engraissent n’enlèvent rien au tragique de ce deuil. »
    -Antoine de Saint-Exupéry, Carnet I.

    « Il faut changer l’homme et la seule méthode consiste à lui assurer d’abord le loisir. »
    -Antoine de Saint-Exupéry, Carnet V.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 19:59

    « De même que dans la vie privée, on distingue entre ce qu'un homme dit ou pense de lui et ce qu'il est et fait réellement, il faut distinguer, encore davantage dans les luttes historiques, entre la phraséologie et les prétentions des partis et leur constitution et leurs intérêts véritables, entre ce qu'ils s'imaginent être et ce qu'ils sont en réalité».
    -Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte.

    « Si tu veux marcher vers le futur retourne toujours à tes racines. »
    -Machiavel.

    « Ma poésie ne consistera qu’à attaquer, par tous les moyens. »
    -Lautréamont, Les Chants de Maldoror.

    « Nous cependant, nous voulons être les poètes de notre vie, et cela avant tout dans les plus petites choses quotidiennes
    -Nietzsche.

    « Tant la religion peut enfanter de maux ! »
    -Lucrèce.

    « Il n’y a rien dans l’intelligence qui n’ait été auparavant dans le sens. »
    -Aristote.

    « [L’Art] diminue le respect qu’il a de lui-même lorsqu’il se prosterne devant la réalité extérieure. »
    -Baudelaire, critiquant le réalisme esthétique.

    « La plus grand-chose du monde, c’est de savoir être à soi. »
    -Montaigne.

    « L’homme est un animal métaphysique. »
    -Schopenhauer.

    « Nous crevons de la Nostalgie de l’Etre. »
    -Léon Bloy, Belluaires et porchers.

    « Quand l’homme a reconnu et organise ses propres forces en forces sociales et donc ne sépare plus de soi la force sociale sous la forme de la force politique, c’est alors seulement que s’achève l’émancipation humaine. »
    -Karl Marx, La question juive.

    « Parler, c’est engager les intérêts des hommes. La responsabilité serait l’essence du langage. »
    -Emmanuel Levinas, Quatre lectures talmudiques.

    « Celui-là seul est digne de la liberté, qui sait la conquérir. »
    -Baudelaire.

    « Quand les citoyens se rebellent contre l’État, ils sont la multitude contre le peuple. »
    -Thomas Hobbes.

    « L’adolescence est une catégorie récente créée par les exigences de la consommation de masse, où elle figure précisément comme la « période de la vie définie par un rapport de pure consommation à la société civile ». »
    -Stuart Ewen, Consciences sous influence.

    « C’est le fait que les choses « continuent à aller ainsi » qui est la catastrophe. »
    -Walter Benjamin.

    « C’est à coup de fouet qu’on mène le bétail au pâturage. »
    -Héraclite.

    « Un seul homme suffit à attester que la liberté n’est pas encore disparue. »

    « Aujourd’hui comme de tout temps, ceux qui ne craignent pas la mort sont infiniment supérieur aux plus grands des pouvoirs temporels. »
    -Ernst Jünger, Passage de la ligne.

    « Au genre et aux proportions de la panique à laquelle se laisse aller un esprit, on reconnait son rang. »
    - Ernst Jünger, Le mur du Temps.

    « La vérité et la justice exigent le calme, mais n’appartiennent qu’aux violents. »
    -Georges Bataille, La littérature et le mal.

    « La philosophie ne se lassera pas de jeter à ses adversaires le cri d’Épicure : « L’impie n’est pas celui qui méprise les dieux de la foule, mais celui qui adhère à l’idée que la foule se fait des dieux ». »
    -Karl Marx, Différence de la philosophie de la nature de Démocrite et d’Épicure.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 22:16, édité 2 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 20:28

    « On ne peut déterminer quelles lois observe la civilisation dans son développement, sans remonter à son origine. »

    « Nous y tirons des ténèbres profondes où ils étaient restés ensevelis, des hommes et des faits remarquables, qui ont puissamment influé sur le cours des choses humaines. »

    « On regarde généralement les Chaldéens comme les premiers sages du paganisme, en plaçant Zoroastre à leur tête. »

    « Le déluge universel est notre point de départ. La confusion des langues qui suivit… »

    « L’époque de Thucydide est celle où Socrate fondait la morale, où Platon cultivait avec tant de gloire la métaphysique ; c’est pour Athènes l’âge de la civilisation la plus raffinée. »

    « Tous les savants […] n’ont pas manqué de juger d’après leur temps, des premiers âges de l’humanité, qui naturellement ne devaient être que grossièreté, faiblesse, obscurité. »

    « Trois point capitaux : existence d’une Providence divine, nécessité de modérer les passions humaines et d’en faire des vertus humaines, immortalité de l’âme. »

    « Les philosophes grecs […] parurent dans la Grèce lorsqu’elle était encore toute barbare, et la firent passer immédiatement à la civilisation la plus raffinée. »

    « Dieu défendit la divination aux Hébreux ; cette défense est la base de leur religion ; la divination au contraire est le principe de la société chez toutes les nations païennes. »

    « L’histoire grecque […] prend son commencement du déluge et de l’existence des géants. »

    « Pourtant la société a commencé par la religion. C’est le premier des trois principes de la science nouvelle. »

    « Hobbes ne pouvait voir la société commencer ainsi parmi les hommes violents et farouches de son système, lui qui, pour en trouver l’origine, s’adresse au hasard d’Épicure. Il entreprit de remplir la grande lacune laissée par la philosophie grecque, qui n’avait point considéré l’homme dans l’ensemble de la société du genre humain. Effort magnanime auquel le succès n’a pas répondu ! »

    « Les premiers sages parmi les Grecs furent les poètes théologiens. […] Qu’on y réfléchisse, on trouvera que le vrai poétique est vrai métaphysiquement. […] La poésie fonda la civilisation païenne. »

    « L’histoire sainte [du christianisme] ne présente aucun récit dont il ait à rougir. »

    « Autre passage remarquable de la Politique d’Aristote : Les anciennes républiques n’avaient point de lois pour punir les offenses et redresser les tors particuliers ; ce défaut de lois est commun à tous les peuples barbares. En effet les peuples ne sont barbares dans leur origine que parce qu’ils ne sont pas encore adoucis par les lois. –De là la nécessité des duels et des représailles personnelles dans les temps barbares, où l’on manque de lois judiciaires. […]
    Troisième passage non moins précieux du même livre : Dans les anciennes républiques, les nobles juraient aux plébéiens une éternelle inimité. Voilà ce qui explique l’orgueil, l’avarice, et la barbarie des nobles à l’égard des plébéiens, dans les premiers siècles de l’histoire romaine. Au milieu de cette prétendue liberté populaire que l’imagination des historiens nous montre dans Rome, ils pressaient les plébéiens, et les forçaient de les servir à la guerre à leurs propres dépens ; ils les enfonçaient, pour ainsi dire, dans un abîme d’usure ; et lorsque ces malheureux n’y pouvaient satisfaire, ils les tenaient enfermés toute leur vie dans leurs prisons particulières, afin de se payer eux-mêmes par leurs travaux et leurs sueurs ; là, ces tyrans les déchiraient à coup de verges comme les plus vils esclaves
    . »

    « Les faibles veulent les lois ; les puissants les repoussent ; les ambitieux en présentent de nouvelles pour se faire un parti. »

    « Pour que les hommes se décident à abandonner pour toujours la terre où ils sont nés, et qui naturellement leur est chère, il faut les plus extrêmes nécessités. »

    « La grâce suppose le libre-arbitre. »

    « Le monde social est certainement l’ouvrage des hommes. »

    « L’homme déchu, n’espérant aucun secours de la nature, appelle de ses désirs quelque chose de surnaturel qui puisse le sauver ; or cette chose surnaturelle n’est autre que Dieu. »

    « La science nouvelle sera donc sous l’un de ses principaux aspects une théologie civile de la Providence divine. […] Cette Providence a gouverné, à l’insu des hommes, et souvent malgré eux, la grande cité du genre humain. »

    « Des mondes infinis  [naissant] pendant l’éternité ; hypothèse indubitablement fausse. »

    « La sagesse poétique, la première sagesse du paganisme, dut commencer par une métaphysique, non point de raisonnement et d’abstraction, comme celle des esprits cultivés de nos jours, mais de sentiment et d’imagination. »

    « L’ironie ne peut prendre naissance que dans les temps où l’on réfléchit. »

    « Homère est indubitablement le premier auteur de la langue grecque ; et puisque nous tenons des Grecs tout ce que nous connaissons de l’antiquité païenne, il se trouve aussi le premier auteur que puisse citer le paganisme. »

    « Il est naturel de connaître d’abord les choses, et ensuite de les juger. »

    « La vertu commença par l’effort. »

    « Ils devinrent héros par la vertu. »

    « La souveraineté des lois est une dépendance de la souveraineté des armes. »

    « Les peuples civilisés eux-mêmes n’admettent d’étrangers que ceux qui ont obtenus une permission expresse d’habiter parmi eux. »

    « Lorsque les citoyens des démocraties ne considèrent plus que leurs intérêts particuliers, et que, pour atteindre ce but, ils tournent les forces nationales à la ruine de leur patrie, alors il s’élève un seul homme. »

    « La monarchie est le gouvernement le plus conforme à la nature humaine. »
    -Giambattista Vico, Principes de la Philosophie de l’Histoire (titre d’origine : Cinq Livres sur les principes d’une Science nouvelle, relative à la nature commune des nations, 1744.)
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 14 Aoû - 22:38

    « Tous les hommes aujourd’hui s’écartent de la vérité et de la justice, tout entiers à l’ambition et à la gloire, les misérables insensés ! Pour moi qui ignore complétement le mal, qui n’ai rien tant à cœur que d’éviter l’envie importune et d’échapper à l’orgueil de la puissance, je ne mettrai pas le pied sur la terre des Perses. Je me contente de peu et je vis à ma fantaisie. »
    -Héraclite, au roi Darius.

    « Je vous le dis : il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. »
    -Nietzsche.

    « Quand un génie véritable apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »
    -Jonathan Swift.

    « Le refus abstentionniste de l’écriture, et de n’importe quelle forme de manifestation […] constitue une démission malhonnête et réactionnaire. »
    -Guy Debord, Potlatch n°25 (25 janvier 1956).

    « Et voilà que sur les grisailles de tous les doutes ceci apparaît en l’éclat d’une couleur vigoureuse.
    La Volonté de Vivre
    . »
    -Zo d’Axa, En-Dehors ! (1895).

    « Nous trouvons monstrueux qu’on ait essayé de contester à l’homme son droit à ne rien faire. »
    -Le Second Manifeste du Surréalisme (1929).

    « Ceux qui auront lu, beaucoup lu pour eux-mêmes, avec la conscience qu'il leur faut se délester des écritures, - eux se seront libérés. Sans cette libération, la littérature n'a pas de sens. Partir en corps libre & en esprit libre, en vitaliste, sur les routes sans éclairage -, contre la grande Paix de la Mort. »
    -Donoso Vanhove, Sang-Azur, 26 mai 2013.

    « Amis, c'est un des plus beaux jours de ma vie. Voici les joies de pareils moments que je vis : regardez combien de gens on a pu sortir du ghetto ! Je ne peux rien vous promettre. Nous essayons de survivre, mais nous pouvons mourir. Et nous tenterons de conserver la vie le plus longtemps possible. Nous acceptons tout le monde et ne rejetons personne, ni les vieillards, ni les enfants, ni les femmes. Nous sommes à l'affut de tous les dangers, mais si notre sort est de mourir, nous voulons au moins mourir comme des hommes. »
    - Tuvia Bielski.

    « Héraclite est le premier à déclarer […] que l’essence est un processus. L’origine de la philosophie remonte à Héraclite. »
    -Hegel.

    « J’étais content d’avoir, en 1967, et tout au contraire de ce sombre dément d’Althusser, tenté une sorte de «sauvetage par transfert» de la méthode marxiste en y remettant une grande dose de Hegel, en même temps qu’une reprise de la critique de l’économie politique qui veuille aussi tenir compte de ses développements constatables dans notre pauvre siècle, comme ils ont été prévisibles dès le précédent. Et j’admire beaucoup comme, cette fois, vous avez très légitimement ramené en plus Héraclite, à propos de l’expropriation effectivement totale du langage, qui précédemment avait été le «commun» ! C’est assurément la bonne direction pour reprendre la vraie tâche ; qui auparavant avait pu être appelée «remettre sur ses pieds» le monde, ou «philosopher à coups de marteau». »
    -Lettre de Guy Debord à Giorgio Agamben.

    « Loin d'imiter les autres, nous donnons l'exemple à suivre. »
    -Périclès.

    « Je sers les intérêts d'hommes innombrables en vivant comme je vis et en m'efforçant de vivre plus intensément, plus librement. »
    -Raoul Vaneigem, La Révolution de la vie quotidienne (1967).

    « Fondre la lutte pour une nouvelle culture, c'est-à-dire pour un nouvel humanisme, la critique des murs, des sentiments et des conceptions du monde, avec la critique esthétique ou purement artistique, dans une ferveur passionnée, même sous la forme du sarcasme. »
    -Antonio Gramsci, Problèmes de civilisation et de culture (1930-1935).

    « Le chef d’œuvre de la politique est de modifier par l’éducation, par l’exemple, par le raisonnement, par l’opinion et par l’attrait du plaisir, le cœur humain. »
    -Source Perditae.

    « S’il y a quelque chose de dérisoire à parler de révolution, c’est évidemment parce que le mouvement révolutionnaire organisé a disparu depuis longtemps des pays modernes, où sont précisément concentrées les possibilités d’une transformation décisive de la société. Mais tout le reste est bien plus dérisoire encore, puisqu’il s’agit de l’existant, et des diverses formes de son acceptation. »
    -Guy Debord.

    « Les gens sont prêts à se battre et à mourir pour des mots, plus que pour n’importe quoi d’autre. Les mots façonnent la pensée, suscitent des émotions, et incitent à l’action ; ils tuent et ils ressuscitent, ils corrompent et ils corrigent. »
    -Graham McNeil, Les Faux Dieux.

    « [Machiavel] a toujours été pour la liberté et a donné sur les moyens de la défendre des conseils très-salutaires. »
    -Spinoza, Traité politique.

    « Je viens offrir de grandes idées : on les écoutera, elles seront réfléchies ; si toutes ne plaisent pas, au moins en restera-t-il quelques-unes ; j'aurai contribué en quelque chose au progrès des lumières, et j'en serai content. »
    -Le Marquis de Sade, La philosophie dans le boudoir (1795).

    « Je considère la vie comme une expérience, à vrai dire comme une série d'expériences, qu'il s'agit de rendre les plus riches, les plus abondantes, les plus variées possible. […]

    Je ne pense pas d'ailleurs que l'homme puisse être rendu " bon ", c'est-à-dire à même de comprendre les situations diverses de ses semblables […] s'il n'a pas passé par le creuset de l'expérience
    . »
    -Émile Armand, La vie comme Expérience, 1916.

    « Même de petits opuscules ordinaires peuvent être aussi l'expression de mouvements extrêmement importants et pleins de vie. »
    -Antonio Gramsci, Religion, philosophie, politique (1935).

    « Il y a mille sentiers qui n’ont jamais été parcourus, mille santés et mille terres cachées de la vie. L’homme et la terre des hommes n’ont pas encore été découverts et épuisés. »
    -Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra.

    « Il faut savoir que la guerre est liaison, union, que la justice est lutte, que toutes choses se produisent conformément à la lutte. »
    -Héraclite.

    « Un être qui n’aurait pas la libre disposition de soi et qui manquerait de loisirs, — à nos yeux, ce ne serait là nullement quelque chose de méprisable ; car ce genre de servilité adhère encore trop à chacun de nous, selon les conditions de notre ordre et de notre activité sociales, qui sont foncièrement différentes de celles des anciens. — Le philosophe grec traversait la vie avec le sentiment intime qu’il y avait beaucoup plus d’esclaves qu’on se le figurait — c’est-à-dire que chacun était esclave pour peu qu’il ne fût point philosophe ; son orgueil débordait lorsqu’il considérait que, même les plus puissants de la terre, se trouvaient parmi ses esclaves. Cette fierté, elle aussi, est devenue, pour nous, étrangère et impossible ; pas même en symbole le mot « esclave » ne possède pour nous toute son intensité. »
    -Nietzsche, Le Gai Savoir.

    « La duplicité hypocrite à l’égard de la prostitution est caractéristique de la bourgeoisie et met en relief le fait que là aussi, dans cette question qui semble concerner l’humanité tout entière, elle a une position de classe. En effet, la prostitution, cet appendice obligatoire de la société de classes contemporaine, ce correctif à la forme coercitive désuète de la famille actuelle, pèse de tout son poids sur les classes non possédantes. C’est ici, dans les bas-fonds obscurs et nauséabonds, que poussent ses germes funestes; c’est dans le corps du prolétariat qu’elle plante le plus souvent ses griffes empoisonnées, et bien que son haleine fétide pourrisse toute l’atmosphère sociale, c’est d’abord pour la classe ouvrière qu’elle est un fléau. […]
    Il est clair que le problème de l’abolition de la prostitution, le problème de l’assainissement des rapports entre les sexes, c’est le problème de la classe prolétarienne, problème lié de la façon la plus étroite et la plus indissoluble aux conditions du travail et de la production
    . »
    -Alexandra Kollontaï, Les problèmes de la prostitution (1909).

    « Absorbez les enseignements et les idées de vos prédécesseurs, car cela ne peut que vous améliorez en tant qu’homme. »
    - Dan Abnett, L’Ascension d’Horus.

    « Que le passé nous instruise. »
    -Saint-Just.

    « L’écriture est de plus en plus aseptisée, les plumes se trempent de plus en plus dans la poussière et de moins en moins dans le vitriol. »
    -Victor Hugo.

    « Savoir bien rapprocher les choses, voilà l’esprit juste. »
    -Vauvenargues, Réflexions et maximes.

    « Chaque citoyen ou sujet a d’autant moins de droit que l’État tout entier a plus de puissance que lui. »
    -Spinoza, Traité politique.

    « La Commune ne fut pas une révolution contre une forme quelconque de pouvoir d’État, légitimiste, constitutionnelle, républicaine ou impériale. Elle fut une révolution contre l’État comme tel, contre cet avorton monstrueux de la société (…) Elle ne fut pas une révolution ayant pour but de transférer le pouvoir d’État d’une fraction des classes dominantes à une autre mais une révolution tendant à détruire cette machine abjecte de la domination de classe
    -Karl Marx, Lettre à Louis Kugelmann, 17 avril 1871.

    « Qu’est-ce qui définit le pouvoir des Conseils ? La dissolution de tout pouvoir extérieur ; la démocratie directe et totale ; l’unification pratique de la décision et de l’exécution ; le délégué révocable à tout instant par ses mandants ; l’abolition de la hiérarchie et des spécialisations indépendantes ; la gestion et la transformation conscientes de toutes les conditions de la vie libérée ; la participation créative permanente des masses ; l’extension et la coordination internationalistes. »
    -Adresse à tous les Travailleurs, par le Conseil pour le maintien des occupations, 30 mai 1968.

    « La vie du prolétariat commence quand cesse son travail. »
    -Karl Marx, Le Capital.

    « Il faut permettre aux hommes de faire de grandes fautes contre eux-mêmes, pour éviter un plus grand mal : la servitude. »
    -Vauvenargues, Réflexions et maximes.

    "Nous serons peut-être tous mort demain matin. Mais en quoi serait-ce différent de n'importe quel autre jour ?"
    -Matrix Reloaded.

    « Il est temps de réagir enfin contre ce qui nous choque et nous courbe si souverainement. »
    -Lautréamont, Poésie I.

    « Ce qui arrive ne se produit pas tant parce que quelques-uns le veulent, que parce que la masse des hommes abdique toute volonté, laisse faire, laisse assembler les nœuds que seule l'épée pourra trancher ensuite, laisse promulguer les lois que seule la révolte fera ensuite abroger, laisse s'élever au pouvoir les hommes que seule une révolte pourra renverser par la suite. »
    -Antonio Gramsci, Les indifférents.

    « Tolstoï […] s’attaque à l’art contemporain et constate, vu qu’il ne s’accorde à la réalité dans aucun domaine ni à aucun point de vue, que l’art existant dans son ensemble - mis à part quelques petites exceptions - est incompréhensible à la grande masse de la société, à savoir le peuple laborieux. Au lieu d’en conclure suivant l’opinion commune à la barbarie spirituelle de la grande masse et à la nécessité de son « élévation » à la compréhension de l’art actuel, Tolstoï en tire la conclusion inverse. Il déclare l’ensemble de l’art existant comme « faux art ».

    […] Depuis que la société s’est divisée entre une grande masse exploitée et une petite minorité dominante, l’art ne sert plus qu’à exprimer les sentiments de la minorité riche et oisive, mais comme celle-ci a aujourd’hui perdu toute vision du monde, c’est pourquoi nous avons la dégénérescence et le déclin qui caractérisent l’art moderne.

    […] Il y a une grandeur véritablement classique dans la réflexion de Tolstoï sur l’avenir de l’art qu’il voit à la fois comme l’union de l’art, en tant que moyen d’expression, aux sentiments sociaux de l’humanité laborieuse et à la pratique de celui-ci ; c’est-à-dire la fusion de la carrière d’artiste avec la vie normale de tout membre laborieux de la société.
    »
    -Rosa Luxembourg, Tolstoï comme penseur social (1908).

    « Le style de Machiavel n'est pas celui d'un écrivain qui écrit un traité en forme de système, comme en connaissaient le Moyen Age et l'Humanisme, bien au contraire. C'est le style d'un homme d'action, de quelqu'un qui veut pousser à l'action, c'est le style propre au « manifeste » d'un parti. […] On peut donc penser que Machiavel a en vue ceux « qui ne savent pas », qu'il entend faire l'éducation politique de ceux « qui ne savent pas », non pas l'éducation politique négative des hommes qui haïssent les tyrans, comme semblerait l'entendre Foscolo, mais l'éducation positive de ceux qui doivent reconnaître comme nécessaire l'emploi de moyens déterminés, même s'ils appartiennent aux tyrans, parce qu'ils veulent des fins déterminées.

    […] Qui est-ce donc « qui ne sait pas ? » La classe révolutionnaire du temps, le « peuple » et la « nation » italienne, la démocratie des villes. […]Le machiavélisme a servi à améliorer la technique politique traditionnelle des groupes dirigeants conservateurs, aussi bien que la politique de la philosophie de la praxis ; cela ne doit pas dissimuler son caractère essentiellement révolutionnaire, qui est senti aujourd'hui encore, et qui explique tout l'anti-machiavélisme
    »
    -Antonio Gramsci, Carnets de Prison.

    « Ils étaient là comme dans une cage dont la porte eût été grande ouverte, sans qu'ils puissent s'en évader. Rien n'avait plus d'importance en dehors de cette cage, parce qu'il n'existait plus rien d'autre. Ils demeuraient dans cette cage, étrangers à tout ce qui n'était pas elle, sans même l'ombre d'un désir de tout ce qui était au-delà des barreaux. »
    -Raoul Vaneigem, La Révolution de la vie quotidienne (1967).

    « Que signifie vivre. — Vivre — cela signifie : repousser sans cesse quelque chose qui veut mourir. »
    -Nietzsche, Le Gai Savoir.
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 15 Aoû - 19:39

    "Lorsqu’il s’agit de le défendre, cet argument de l’efficacité est éclipsé par un autre argument de type stratégique: l’État-providence ne devrait son existence qu’à la seule obligation d’apaiser des classes laborieuses qui furent tentées par le socialisme et la révolution.

    Même si les tensions sociales des XIXe et XXe siècles ont joué un rôle important dans la genèse de l’État-providence, il faut se rendre compte que ce dernier (en partie au travers de l’assurance publique) a assis sa légitimité par sa capacité à se poser en acteur incontournable du développement économique des nations industrialisées. En Allemagne, aux États-Unis, en France ou encore au Japon, il a été la «main visible» de l’industrialisation. Mais la peur qu’inspirait le communisme n’étant plus qu’un lointain souvenir, la tentation devient de plus en plus forte de démanteler ce qui apparaît désormais aux yeux de beaucoup au mieux comme un archaïsme, au pire comme un des multiples errements des Trente Glorieuses
    ."
    -Xavier Landes, Mettons fin aux fantasmes sur l’Etat-providence (source: http://www.slate.fr/tribune/81955/demantelement-etat-providence ).
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 15 Aoû - 19:43

    "Les hommes politiques [...] se caractérisent par leur passion du pouvoir et adorent régler la vie des gens selon leur propre goût, considérant les citoyens comme des mineurs."
    -Un internaute francophone.

    "John Locke est perçu comme le penseur qui initia le libéralisme, mais sa vision du travail est commune aussi bien au capitalisme qu’au communisme : la récompense est matérielle. Descartes et Locke façonnent une nouvelle conception du travail. Ce dernier n’est plus conçu comme une réparation du péché originel, mais comme un moyen de participer à l’élaboration du paradis sur Terre (bien commun), en particulier du nôtre."
    -Joaquim Defghi, Comment le travail devint l’instrument du salut terrestre.

    "Depuis 1989, l’économie spéculative du capitalisme néolibéral engloutit des sommes d’argent énormes dans le marché de l’art. La conséquence pour l’art aujourd’hui est qu’il se trouve étroitement lié à la circulation transnationale du capital. En même temps, les gouvernements nationaux, les régions et les villes utilisent l’art comme un instrument marchand dans la compétition fébrile pour avoir de la main d’œuvre, des investissements et des touristes. Ce développement de liens toujours plus étroits entre l’art et le capital, et entre l’art et l’ordre dominant, est incontestablement la tendance prédominante dès qu’on aborde l’art contemporain."
    -Mikkel Bolt Rasmussen, Remarques éparses (en style marxiste occidental) sur l’art contemporain, ses problèmes et ses contradictions.
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 15 Aoû - 23:12

    "Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux."
    -Le Coran [Sourate 41 34-35].

    "Appointé par l'État en vue de fins politiques, (le philosophe) trouvera bon de faire l'apothéose de celui-ci, de le regarder comme le sommet de tout effort humain et de toutes choses. Il transformera ainsi non seulement le cours de philosophie en une école du plus plat philistinisme, mais finira par aboutir, comme Hegel, par exemple, à la doctrine révoltante que la destination de l'homme trouve sa plénitude dans l'État, à peu près comme celle de l'abeille dans la ruche : ce qui a pour effet de dérober complètement aux yeux le but élevé de notre existence."
    -Arthur Schopenhauer.

    « La faute de tout incombe à tous. »
    -Dostoïevski.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Sam 16 Aoû - 13:09, édité 1 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 17 Aoû - 15:31

    « Rien de vivant n'est une unité, c'est toujours une pluralité. »
    -Goethe.

    "La nature protège son œuvre. Un Archimède, un Newton, sont indispensables à la culture du monde ; aussi les préserve-t-elle par une certaine sécheresse. S’ils avaient été de bons vivants, aimant la danse, le Porto et les clubs, nous n’aurions ni la « Théorie de la Sphère », ni les « Principes » . Ils avaient ce besoin d’isolement qu’éprouve le génie."

    "Les amis les plus chers sont séparés par d’infranchissables abîmes."

    "Il n’est point de métaphysique qui puisse légitimer ou rendre tolérable cet exil parmi les rochers et les échos."

    "Le monde ne peut se passer d’hommes cultivés. Dès que les premiers besoins sont satisfaits, les besoins supérieurs se font sentir impérieusement."

    "Les bienfaits de l’affection sont immenses ; et l’événement qui ne perd jamais son charme, c’est la rencontre d’êtres supérieurs en des conditions qui permettent les plus heureux rapports."

    "Le défaut capital des natures froides et arides, c’est le manque d’énergie vitale. [...] L’énergie vitale constitue le pouvoir du présent, et ses hauts faits sont comme la structure d’une pyramide."

    "Les gens doivent être pris à très petites doses. Si la solitude est orgueilleuse, la société est vulgaire. Dans le monde, les capacités supérieures de l’individu sont considérées comme choses qui disqualifient. La sympathie nous abaisse aussi facilement qu’elle nous élève. Je connais tant d’hommes que la sympathie a dégradés, des hommes ayant des vues natives assez hautes, mais liés par des rapports trop affectueux aux personnes grossières qui les entouraient ! Les hommes n’arrivent pas à s’unir par leurs mérites, mais s’ajustent les uns aux autres par leurs infériorités — par leur amour du bavardage, ou par simple tolérance ou bonté animale. Ils troublent et font fuir l’être qui a de hautes aspirations"

    "Assortissez vos hôtes, ou n’invitez personne."

    "Une civilisation plus haute restaurera dans nos mœurs un certain respect que nous avons perdu."

    "Beaucoup d’hommes sont intimidés dans la société, et vous disent des choses justes en particulier, mais ne s’y tiennent pas en public."
    -Ralph Waldo Emerson, Société et solitude.

    "L'encre rouge
    a tatoué
    sur ma peau
    les signes du désordre
    "
    -Rose Ausländer, poétesse allemande.

    « Qui veut décrire la guerre, le sang versé et les pilonnages, n'est qu'un insensé ».
    -Ernst Wiechert, écrivain allemand.

    « La littérature n'est pas convaincante lorsqu'elle est fidèle à la réalité, mais lorsqu'elle correspond à une vérité supérieure. C'est cette vérité qui est morale. »
    -Heinrich Böll, écrivain allemand.

    « Parier contre l’or revient à parier sur les gouvernements. Celui qui parie sur les gouvernements et leur papier monnaie parie contre 6 000 années d’histoire de l’humanité. »
    -Charles de Gaulle.

    « L’État enrichit des fainéants de la dépouille des hommes utiles. »
    -Jean-Jacques Rousseau.

    « Un gouvernement assez fort pour vous donner tout ce que vous voulez l'est assez pour vous enlever tout ce que vous avez. »
    -Thomas Jefferson.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Mer 1 Avr - 16:10, édité 3 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 19 Aoû - 14:39

    « L’essence de l’économie, ce pseudonyme transparent sous lequel la modernité marchande essaie régulièrement de se faire passer pour une éternité d’évidence, n’est rien d’économique ; et de fait, son fondement, qui lui tient lieu de programme, s’énonce en ces termes abrupts : NÉGATION DE LA MÉTAPHYISIQUE. »

    « La négation réalisée de la métaphysique n’et en fin de compte que la réalisation d’une métaphysique de la négation. »

    « Parce que le projet de la modernité marchande n’est rien, sa réalisation n’est que l’extension du désert à la totalité de l’existant. C’est ce désert que nous venons ravager. »

    « Il fait peu de doute, pour nous, que « le tourmenteur et le tourmenté ne font qu’un, que l’un se trompe en croyant qu’il ne participe pas au tourment, l’autre en croyant qu’il ne participe pas à la faute » -à la niche, Bourdieu ! »

    « Si l’on se divertit, il faut bien que ce soit de quelque chose et que ce quelque chose soit devenu une bien obsédante présence. »

    « Il n’est pas superflu d’être sabbatéen. »

    « La consommation ne parvient plus à éponger l’excès des larmes contenues. Aussi faut-il mettre en œuvre des dispositifs de sélection toujours plus ruineux et plus drastiques pour exclure des rouages de la domination ceux qui n’ont pu ravager en eux-mêmes toute propension à l’humanité. »

    « L’absence de conscience n’est que le refoulement continu de celle-ci. »

    « Le geste de reconnaître l’oubli de l’Etre, et par là de sortir du nihilisme, n’est rein qui aille de soi, rien qui soit susceptible d’un fondement rationnel, il s’agit d’une décision morale. Non pas abstraitement, mais concrètement morale : car dans le monde de la marchandise autoritaire, où le renoncement à la pensée est première condition d’«intégration sociale », la conscience est immédiatement un acte, et un acte pour lequel il est courant que l’on juge bon de vous affamer, soit directement, soit indirectement, par le gracieux office de ceux dont vous dépendez. »  

    « On combat soi pour le Spectacle, soi pour le Parti Imaginaire ; entre les deux, il n’y a rien. »

    « Tous ceux qui peuvent s’accommoder d’une société qui s’accommode si bien de l’inhumain, tous ceux qui se trouvent déjà bien bons de faire à leur propre souffrance comme à celle de leurs semblables l’aumône de leur indifférence, tous ceux qui parlent du désastre comme s’il s’agissait d’un nouveau marché aux débouchés prometteurs –ne sont pas nos frères. »

    « Une fois pour toute, il n’y a pas de monde marchand, il n’y a qu’un point de vue marchand sur le monde. »

    « L’excellent est plus réel, plus général que le médiocre, car il réalise plus pleinement son essence : le concept unifie bien une variété, mais il l’unifie en l’aristocratisant. »

    « La liquidation systématique de tout ce qui, dans l’immédiateté, recelait une transcendance (communautés, ethos, valeurs, langage, histoire) ayant dangereusement placé les hommes face à la l’exigence de la liberté, on décida de produire industriellement des transcendances de pacotille, et de la trafiquer à prix d’or. »

    « La Figure ne se laisse pas déduire simplement de ses manifestations, étant elle-même ce qui les fonde. »

    « Toute la pensée révolutionnaire « moderne » se résout devant nos yeux dans la rencontre de l’idéalisme allemand et du concept de Tiqqun, qui désigne, dans la Kabbale lurianique, le processus de la rédemption, de la restauration de l’unité du sens et de la vie, de la réparation de toutes choses par l’action des hommes eux-mêmes. »

    « La Métaphysique Critique est la négation déterminée de la domination marchande. »

    « La critique n’a plus d’autre choix que de saisir les choses à la racine ; or, la racine, pour l’homme, c’est son essence métaphysique. »

    « Faire éclater l’aura de familiarité de ce qui passe encore pour la « réalité », en la dévoilant comme construction. »

    « La Métaphysique Critique est elle-même cette inquiétude qui ne se laisse plus concevoir comme faiblesse, ou comme vulnérabilité, mais comme ce dont toute force émane. Elle n’est pas faite pour apporter la sécurité aux faibles qui ont besoin d’appui, mais pour les amener au combat. »
    -Le Tiqqun, Qu’est-ce que la Métaphysique Critique ? (1999)

    « Et ces hommes-là crucifient plus volontiers ceux qui viennent dissiper l’illusion de leur sécurité, que ceux qui la menacent véritablement. Il ne leur suffit pas d’être indifférents à la vérité. Ils la veulent morte. »

    « Quoi de plus ridicule, en effet, que cette abstraction statistique de l’impuissance que l’on persiste à nommer « citoyen » ? »

    « Le Bloom a désappris la joie comme il a désappris la souffrance. Tout est usé, chez lui, même le malheur. Il ne croit pas que la vie soit digne d’être vécue, mais que se suicider n’en vaut pas la peine. Il n’a ni l’appui du doute ni de la certitude. »

    « La naissance du Bloom suppose la naissance d’un monde, le monde du Spectacle, où la métaphysique qui anéantit toute différence qualitative dans l’identité de la valeur, qui abstrait chaque manifestation de la vie de l’ensemble dont elle tient son rang et son sens, et qui ne voit finalement en chaque homme qu’une répétition du type générique, passe dans l’effectivité. »

    « Le Bloom apparaît inséparablement comme produit et cause de la liquidation de tout ethos substantiel, sous l’effet de l’irruption de la marchandise dans l’ensemble des rapports humains. […] Le Bloom [est] l’homme sans racine, l’homme qui a pris le sentiment d’être chez soi dans l’exil, qui s’est enraciné dans l’absence de lieu, et pour lequel le déracinement n’évoque plus le bannissement, mais au contraire la mère-patrie. »

    « [Au sein du Spectacle], ce qui est représenté n’est jamais vécu, tandis que ce qui est vécu n’est jamais représenté. »

    « [Le Bloom] présente une atrophie de la mémoire qui le confine à un éternel présent ; et c’est pourquoi il est si exclusivement sensible à la musique, qui seule peut lui offrir des sensations abstraites. »

    « Il importe uniquement d’amener les circonstances historiques dans lesquelles le Bloom pourra être en tant que tel dépassé. »

    « La palme de la cécité revient aux sociologues qui, tels Castoriadis, parlent de « repli sur la sphère privée » sans préciser que cette sphère a elle-même été entièrement socialisée. »

    « Le Bloom est bien cet être qui vit « dans l’intérieur le plus général », en qui toute différence substantielle d’avec d’autres hommes a été effectivement abolie, qui est quelconque jusque dans le désir de se singulariser, mais qui ne le sait pas. »

    « [Pour le Spectacle] Il est de toute première instance que les hommes s’apparaissent à eux-mêmes et les uns aux autres comme quelque chose d’opaque et d’effrayant. »

    « Le Bloom se voit dorénavant régulièrement exhorté à être « fier » de ceci ou cela, d’être homo ou techno, beur, black ou caillera. Quoi qu’il arrive, il faut que le Bloom soit quelque chose, et n’importe quoi plutôt que rien. »

    « Le Spectacle appelle « violence » tout ce qui le contredit. »

    « Partout où l’ordre semble fermement établi, la négativité préfère se retourner contre soi, en maladie, en souffrance ou en servitude forcenée. Il est pourtant des cas inestimables où des êtres isolés prennent l’initiative sans espoir ni stratégie de faire brèche dans le cours réglé du désastre. »

    « L’homme du nihilisme accompli […] a bien tort de se croire vierge de toute faute au motif qu’il n’a rien fait. »

    « Il va de soi que le houellebecq, le bouddhiste ou le jeune-cool désabusé ne restent que formellement auprès d’eux-mêmes, et ne peuvent se dépasser en tant que Bloom. Or le Bloom est quelque chose qui doit être dépassé. Il est un néant qui doit s’autoanéantir. Précisément parce qu’il est l’homme du nihilisme accompli, la destination du Bloom est d’opérer la sorte du nihilisme, ou périr. »

    « La désignation du front participe du passage de la ligne mais ne l’accomplit pas. Cela, seul le combat le peut. […] Parce qu’il est l’expérience de la communauté la plus profonde, celle qui côtoie en permanence l’anéantissement et ne se mesure qu’à l’extrême proximité du risque. Vivre ensemble au cœur du désert dans la même résolution à ne pas se réconcilier avec lui, telle est l’épreuve, telle est la lumière.

    […] Tout comme les hommes ont besoin d’elle pour se tenir à hauteur de mort, dansant avec le temps qui les tue, la communauté a besoin de la mort, qui constitue seule un dissolvant assez puissant de toutes les réifications pour rendre possible quelque chose comme l’amour ou l’amitié. Elle est donc par essence le
    lieu de la souveraineté, où les hommes défient leur finitude au jeu de la gloire. La certitude que le dernier acte sera sanglant, et que tout sera perdu quelque belle que soit la partie en tout le reste, n’est pas faite pour éloigner les joueurs ; au contraire, elle exerce sur eux la plus impérieuse fascination. Notre vie n’est qu’une tâche intemporelle à accomplir dans le temps, et dont la valeur ne dépend que du contact que nous aurons su y établir avec une tradition, au sens où Benjamin entend ce mot, c’est-à-dire comme « discontiuum du passé » opposé au "continuum des événements de l’histoire universelle". Mais la splendeur de notre tragédie serait peu de choses si nous n’éprouvions avec une si parfaite acuité le sentiment de sa vanité. »
    -Le Tiqqun, Théorie du Bloom (1999).

    « C’est à tort que l’on réduit la guerre à l’événement brut de l’affrontement, mais pour des raisons qui s’expliquent sans mal. Certainement, il serait tout à fait dommageable à l’ordre public que celle-ci soit appréhendée pour ce qu’elle est réellement : l’éventualité suprême dont la préparation et l’ajournement travaillent intérieurement, en un mouvement continuel, tout groupement humain, et dont la paix n’est au fond qu’un moment. Il en va identiquement de la guerre sociale dont les batailles peuvent demeurer, à leur paroxysme, parfaitement silencieuses et, pour ainsi dire, blanches. A peine les devine-t-on à un soudain regain de l’aberration dominante. Renseignement pris, il faut reconnaître que les affrontements sont exagérément rares, comparés aux pertes. »

    « La société marchande n’a depuis sa naissance jamais renoncé à sa haine absolue du politique, et c’est bien en ceci que réside sa plus grande contrariété que le projet de l’éradiquer soi lui-même encore politique. »

    « C’est à présent toute manifestation de la transcendance, dont la politique est une forme fracassante, toute velléité de liberté, toute expression de l’essence métaphysique et de la négativité des hommes qui est traitée comme une maladie qu’il importe, pour le bonheur général, de supprimer. »

    « La politique est […] plus que jamais l’élément total, existentiel, métaphysique dans lequel se meut la liberté humaine. »

    « Déjà, des masses d’hommes silencieux et solitaires apparaissent, qui choisissent de vivre dans les interstices du monde marchand et refusent de participer à quoi que ce soit qui est rapport avec lui. »

    « La période historique dans laquelle nous entrons doit être un temps d’extrême violence et de grands désordres. »

    « Il s’agit de répandre l’inquiétude qui fait les hommes métaphysiciens. »

    « A aucun moment, [la rébellion qui vient] ne prétend tirer sa légitimité du Peuple, de l’Opinion, de l’Église, de la Nation, ou de la Classe Ouvrière, même sous une forme atténuée. Elle fonde sa cause sur rien. »

    « Le  Bloom est partout, mais la sociologie ne le voit nulle part. […] Avec la mort de la sociologie, c’est tout un pan de la critique sociale classique fondée sur la sociologie et comme sociologie qui, en s’effondrant, révèle son essence fourbe et servile. Cette critique-là n’est plus au niveau de l’époque, elle n’est plus apte ni à la décrire, ni à la contester. Cette tâche revient désormais à la Métaphysique Critique. »

    « Tous ceux qui, aimant la vérité mais certainement pas la même vérité, s’entendent pour ravager le despotisme de la dérisoire métaphysique marchande, se rallient au Parti Imaginaire. »

    « La guerre à outrance que le Spectacle livre au Parti imaginaire et à la liberté dévaste d’ores et déjà des régions entières de l’espace social. »

    « Les esprits les plus faibles se rendent à de si folles rumeurs qu’il n’est personne qui soit en mesure ni de les confirmer, ni de les démentir. »

    « Que le Parti imaginaire vienne à bout de la société marchande et que cette victoire soit irréversible, cela dépendra de sa faculté à donner intensité, grandeur et substance à une vie affranchie de toute domination. »
    - Le Tiqqun, Thèses sur le Parti Imaginaire (1999).

    « Un certain ton impérieux est de mise quand il s’agit de jeter bas un ordre qui repose sur la souffrance des hommes, et la perpétue. »

    « Nous n’apprécions, chez les êtres que nous rencontrons, rien tant que cette froide résolution à ruiner ce monde. »

    « Qu’ils daignent se placer dans notre optique, tous ceux qui ont cru pouvoir changer le monde sans aller jusqu’à l’interpréter, tous ceux qui n’ont pas voulu voir qu’ils opéraient dans des conditions radicalement nouvelles, et ils verront qu’au bout du compte ils n’ont fait que servir celui qu’ils pensaient défier. »

    « Nous ne pouvons dépasser le nihilisme sans le réaliser, ni le réaliser sans le dépasser. »

    « Le moment de la destruction générale des choses à reçu, dans la tradition sabbatéenne, le nom de Tiqqun. »
    - Le Tiqqun, Le silence et son au-delà (1999).

    « C’est cette nature finalement métaphysique et ontologique du concept de Spectacle qui fait que Debord donne autant de définitions différentes du Spectacle, dont on voit mal, sinon, comment elles pourraient s’accorder, s’unir en un tout organique. Debord, comme la plupart des théoriciens révolutionnaires jusqu’à maintenant, n’a pas voulu ou n’a pas su reconnaître qu’il se plaçait sur le terrain de la métaphysique, pour critiquer la métaphysique marchande. C’est pourtant ce fait et sa nécessité que révèle la Métaphysique Critique. […] La critique du Spectacle est métaphysique ou n’est pas. »
    - Le Tiqqun, De l’économie considérée comme magie noire (1999).

    « Hors des espaces toujours plus nombreux où elle doit visiblement mener la guerre, la domination, dans ses formes les plus avancées, répugne assez à la force brute. »

    « La Jeune-Fille est la figure contemporaine de l’autorité. La critique véritable, celle dont les ravages sont à la fois les plus définitifs et les plus immédiats, doit commencer par établir la cartographie de l’oppression élémentaire. »

    « Tout le caractère révolutionnaire de la critique est contenu dans sa capacité à donner à l’expérience la formes de Figures. […] La Figure ne tient pas dans l’immanence de l’histoire et n’est pas engendrée par elle. Elle est antérieure et postérieure au temps. « La Figure est, et aucune évolution ne l’accroît ni ne la diminue » (Jünger). Chaque époque se clarifie en quelques Figures […] La Figure est l’ens realissimum. Elle est la véritable puissance métaphysique. »

    « Au sein de la Publicité marchande, c’est-à-dire au sein d’un état d’explicitation des Désirs totalement aliéné, tout ce en quoi le Bloom diffère de la Jeune-Fille constitue objectivement un manque, une difformité. »

    « Au regard de la figure de la Jeune-Fille, les différences d’âge comme de sexe sont insignifiantes. […] Il n’y a pas d’affranchissement individuel de la Figure de la Jeune-Fille. […] C’est de façon collective que la théorie de la Jeune-Fille doit être ressaisie. »

    « En tant que réalité quotidienne, la Jeune-Fille paraît au premier coup d’œil comme quelque chose de trivial et qui se comprend de soi-même. Il n’en est rien. »

    « Le mensonge cardinal des théoriciens réside dans le fait de présenter le résultat de leur élaboration de telle façon que le processus de l’élaboration n’y apparaisse pas. »

    « La vérité est un ravage. »

    « Ainsi que l’a remarquablement montré Stuart Ewen dans Consciences sous influence, la société marchande élabora et imposa délibérément, à partir des années 20, la Jeunesse et la Féminité comme idéaux industriels au service d’une diffusion massive de la morale des consommateurs et du constant renouvellement des modes de vie qui s’associait à la modernisation du capitalisme. La Jeunesse donnait le modèle de toute docilité et de toute passivité, en même temps que d’un rapport à la société fondé exclusivement sur la consommation, par laquelle le Spectacle prétendait justement la sortir de la subordination à laquelle elle était traditionnellement condamnée. Quant à la Féminité, elle se trouvait brutalement sortie de la minorité où on l’avait depuis si longtemps tenue, et investie des deux savoirs ésotériques propres à la nouvelle organisation sociale : celui de la consommation et celui de la séduction. Le Spectacle a donc bien affranchi les esclaves du passé, mais il les a affranchis en tant qu’esclaves. »

    « L’amour de la Jeune-Fille n’est qu’un autisme à deux. »

    « Toute l’incompressible agitation de la Jeune-Fille est, à l’image de cette société en chacun de ses points, gouvernée par le défi caché de rendre effective une métaphysique fausse et dérisoire dont la substance la plus immédiate est la négation du passage du temps, comme aussi bien l’occultation de l’être pour-pour-la-mort. »

    « La Jeune-Fille n’apprend jamais rien. Elle n’est pas là pour ça. »

    « Le triomphe de la Jeune-Fille tire son origine de l’échec du féminisme. »

    « La Jeune-Fille ne parle pas, au contraire : elle est parlée par le Spectacle. »

    « Avec elle-même, la Jeune-Fille est seule. »

    « La Jeune-Fille voudrait que le simple mot d’ « amour » n’impliquât pas le projet de détruire cette société. »

    « La Jeune-Fille aime ses illusions comme elle aime sa réification : en le proclamant. La Jeune-Fille connaît tout comme dénué de conséquences, même sa souffrance. Tout est drôle, rien n’est grave. Tout est cool, rien n’est sérieux. »

    « La Jeune-Fille est toute la réalité des codes abstraits du Spectacle. »

    « La Jeune-Fille est le ressentiment qui sourit. »

    « Il n’y a nulle part eu de « libération des mœurs », mais seulement la pulvérisation de tout ce qui faisait obstacle à une mobilisation totale du désir en vue de la production marchande. »

    « L’éducation de la Jeune-Fille suit le cours inverse de toutes les autres formes d’éducation, la perfection immédiate, spontanée de la jeunesse d’abord, puis les efforts pour se maintenir à la hauteur de cette nullité première et finalement la débâcle, devant l’impossibilité de revenir en-deçà du temps. »

    « La Jeune-Fille conçoit sa propre existence comme un problème de gestion qui attend d’elle sa résolution. »

    « A rebours de ce qui a cours dans les sociétés traditionnelles, qui reconnaissent l’existence des choses abjectes et les exposent en tant que telles, la Jeune-Fille nie leur existence et les dissimule. »

    « La Jeune-Fille n’aime pas les rides ; les rides ne sont pas conformes ; les rides sont l’écriture de la vie ; la vie n’est pas conforme. […] La Jeune-Fille vit séquestrée dans sa propre « beauté ». »

    « De la musculation aux crèmes antirides en passant par la liposuccion, c’est partout chez la Jeune-Fille le même acharnement à faire abstraction de son corps, et à faire de son corps une abstraction. »

    « La Jeune-Fille est le rapport social dominant. »

    « Dans les yeux de la Jeune-Fille, c’est le Spectacle qui vous regarde. »

    « Tous les comportements de la Jeune-Fille trahissent l’obsession du calcul. »

    « La Jeune-Fille est le point maximal de la socialisation aliénée, où le plus socialisé est aussi le plus asocial. »

    « La Jeune-Fille est celui qui a préféré devenir lui-même une marchandise, plutôt que de subir la tyrannie de celle-ci. »

    « La honte pour la Jeune-Fille ne tire constitue pas dans le fait d’être achetée, mais au contraire dans celui de n’être pas achetée. »

    « La Jeune-Fille vend sa « force de séduction » comme jadis on vendait sa « force de travail ». »

    « Au sein du nihilisme, toute notion de grandeur ou de prestige aurait depuis longtemps disparu, s’ils n’avaient été immédiatement convertibles en Jeunes-Filles. »

    « De même que l’organisation de la misère sociale a été rendue nécessaire après 68 pour rendre à la marchandise son honneur perdu, de même la misère sexuelle est nécessaire au maintien de la tyrannie de la Jeune-Fille, de la monnaie vivante. »

    « Le caractère fantomatique de la Jeune-Fille répète le caractère fantomatique de la participation à cette société, dont la Jeune-Fille est aussi la rémunération. »

    « Le temps libéré par le perfectionnement et l’efficacité accrue des instruments de production ne s’est pas soldé par une quelconque diminution du temps de « travail », mais par l’extension de la sphère du « travail » à la totalité de la vie. »

    « La Jeune-Fille constitue un dispositif politique. »

    « Par tous les moyens, la Jeune-Fille se défend contre la liberté. »

    « La séduction est le nouvel opium des masses. Elle est la liberté d’un monde sans liberté, la joie d’un monde sans joie. »

    « L’exemple terrible, dans le passé, de quelques femmes libres a suffi à convaincre la domination de l’opportunité de conjurer toute liberté féminine. »

    « La Jeune-Fille est le collaborateur idéal. Assurément, elle n’appartient pas au Parti Imaginaire. »

    « Dans le monde de la marchandise autoritaire, tous les éloges du désir sont immédiatement des éloges de la servitude. »

    « La Jeune-Fille vit dans l’illusion que la liberté se trouve au bout d’une soumission totale à la « Publicité » marchande. Mais au bout de cette servitude, il n’y a que la vieillesse et la mort. »

    « Les Jeunes-Filles forment l’infanterie des troupes d’occupation de la visibilité, la piétaille de l’actuelle dictature de l’apparence […] Un certain type de social-démocratie totalitaire lui convient à merveille. »

    « La Jeune-Fille est un instrument au service d’une politique générale d’extermination des êtres capables d’amour. »

    « Lorsque la Jeune-Fille « fait tomber le masque », c’est la domination qui vous parle en direct. »

    « La Jeune-Fille est une réponse offensive de la domination marchande à la crise dont le Bloom est la figure. »

    « L’essence de la Jeune-Fille est militaire. […] La Jeune-Fille a déclaré la guerre au hasard. […] La Jeune-Fille a déclaré la guerre à l’Esprit. […] La Jeune-Fille a déclaré la guerre à l’inquiétude […] à la politique […] au silence. Et pour finir, la Jeune-Fille a déclaré la guerre à la guerre. »

    « La Jeune-Fille est un article de consommation, un dispositif de maintien de l’ordre, un producteur de marchandises sophistiquées, un propagateur inédit des codes spectaculaires, une avant-garde de l’aliénation. »

    « Contre le transcendant, la Jeune-Fille n’a pas seulement une dent, mais une bouche entière de canines enragées. Sa haine envers tout ce qui est grand, envers tout ce qui n’est pas à portée de consommateur est sans mesure. »

    « La Jeune-Fille signifie la rage impatiente d’abolir la matière et le temps. Elle est un corps sans âme qui se rêve âme sans corps. »

    « La domination spectaculaire commande au désir, sa contestation doit commander au dégoût. »

    « La Jeune-Fille mortifie son corps pour se venger du Biopouvoir et des violences symboliques auxquelles le Spectacle le soumet. »

    « La théorie de la Jeune-Fille participe de la formation d’un regard qui sache haïr le Spectacle partout où il se cache, c’est-à-dire partout où il s’expose. »

    « La fin du Spectacle sera la fin de la Jeune-Fille. »
    - Le Tiqqun, Premiers Matériaux pour une Théorie de la Jeune-Fille (1999).

    « Ce baroque, à la différence du nôtre, était un spectacle qui rendait la mort partout présente, qui l’exorcisait par son exhibition même, au lieu de la reléguer dans l’impensé.
    C’est au sein de ce perpétuel memento mori que naît Don Juan, sous la plume d’un moine espagnol attaché à démontrer que le désir mécanique, éternellement inquiet, indifférent, n’est pas un péché contre la communauté des vivants, mais contre celle des morts, contre la transcendance. […] Sans transcendance, il n’y a pas de séduction. Don Juan n’est pas libre, mais esclave de l’unimensionalité d’un temps qui est déjà oublieux de la mort, donc de l’amour.
    »

    « [La disparition muette de la mort], sa ritualisation manquée, ouvrent la voie au désir indifférent, indifférent à la vie, donc à la mort. »

    « Le désir (cupiditas), écrit Spinoza, est l’essence même de l’homme, en tant qu’elle est conçue comme déterminée, par une quelconque affection d’elle-même, à faire quelque chose. » (Éthique, III), et c’est de son « essence », si nous voulons le dire en termes spinoriens, que l’homme se trouve exilé quand il habite l’indifférence du désir. »

    « La scientia sexualis qui, à partir du XVIIIème siècle, se substitue à l’ars erotica, est un savoir construit et produit pour désamorcer le potentiel inquiétant que le sexe, en tant que manifestation physique du métaphysique, porte en soi. »
    - Le Tiqqun, La théologie en 1999 (1999).

    « Il n’est rien que le Spectacle nomme et qui ait quelque chance d’en porter la contestation. »

    « Dépasser le Bloom, telle est la tâche. Toute la Métaphysique Critique tend vers ce but exclusif. »

    « L’histoire de nos méfaits commence à peine. »

    « Le travail se présente désormais comme un simple procédé de maintien de l’ordre par occupation du plus grand nombre possible de personnes. »

    « C’est en rendant le mouvement même du bouleversement passionnant que l’on rend son but désirable. Au point de dévastation et de désertification sociales où nous a amené la société marchande, ce n’est plus seulement l’amour qui est à réinventer mais l’ensemble des rapports humains. Notre succès dépendra largement de notre faculté à donner un exemple vivant d’une socialité libre et authentique. La « vrai vie » n’est pas un vain, ni une chimère de poète ; elle l’est si peu que de l’avoir connue une seule fois dans une de nos journées d’émeute suffit à rendre la mort préférable à la quotidienneté aliénée. »

    « Quand bien même cette entreprise devrait se solder par un désastre, elle aura réussi à briser provisoirement la séparation des hommes de bonne volonté. »

    « S’il n’y a rien à attendre de l’institution, qui doit être détruite, il n’en va pas de même de ceux qui la composent : eux sont susceptibles de conscience. Ils peuvent reconnaître la fonction sociale qu’on leur fait remplir, qui fait d’eux les tristes valets de l’oppression. »
    - Le Tiqqun, Les métaphysiciens-critiques sous le « mouvement des chômeurs » (1999).

    « Vous les Grelottants, les Agenouillés, les Cavernicoles, les Lâches, les Esclaves Apeurés. Il est temps que vous sortiez de vos terriers. Vous êtes sinistres. […] Les plus fins d’entre vous incrimineront la domination et la tyrannie d’une poignée de dirigeants corrompus, et ils cligneront de l’œil. Mais bien entendu, votre soumission est toute la réalité du monde de la domination. Il n’y a pas vous et le « système », sa dictature, ses pauvres et ses suicidés. Il n’y a que vous dans le système, soumis, aveugles et coupables.  »

    « Il n’est pas rare de trouver chez Negri lui-même des exemples de ce galimatias touffu et pédant d’universitaire logorrhéique dont Deleuze et Gualtari ont d’entre tous laissé les plus impérissables exemples. »

    « Nous convenons sans peine que tant qu’il y aura des intellectuels, c’est-à-dire tant que le questionnement, la pensée et la connaissance seront conçus comme des activités spécialisées et non génériques de l’homme, il n’y aura nulle part d’intelligence. »

    « La critique n’a que faire des docteurs en sociologie, et dans un camp comme dans l’autre, tout le monde s’accorde pour les laisser mourir de faim entre les mamelles creuses de leur Science. Car c’est de poètes et de théologiens qu’elle a désormais besoin, et non de fonctionnaires consciencieux de l’intelligence sociale. […] La sociologie est morte. Elle ne nous laissera pas un bon souvenir. »

    « Il est dans l’ordre que le petit milieu littéraire décomposé ait choisi le moment précis où la production de marchandises culturelles se révèle comme le modèle de la production « idéologico-politique » pour se mettre à pousser des cris d’orfraie, et en appeler au droit imprescriptible de la littérature à l’insignifiance. »
    - Le Tiqqun, Quelques actions d’éclat du Parti Imaginaire (1999).

    "Après tout, la sociologie était bien née tandis qu'apparaissait au cœur du social le conflit le plus irréconciliable qui ait jamais été, et là même où ce conflit irréconciliable, la lutte des classes, se manifestait le plus violemment, en France, dans la seconde moitié du XIXème siècle ; et autant dire: en réponse à cela."

    "L'ami est celui à qui me lie une élection, une entente, une décision telle que l'accroissement de sa puissance comporte aussi l'accroissement de la mienne. L'ennemi est, de manière symétrique, celui à qui me lie une élection, une mésentente telle que l'accroissement de ma puissance exige que je l'affronte, que j'entame ses forces. [...] Ce qui est en jeu dans l'affrontement de l'ennemi n'est jamais son existence, mais sa puissance."

    "Avec la Réforme puis les guerres de religion se perd, en Occident, l'unité du monde traditionnel. L'État moderne surgit alors comme porteur du projet de recomposer cette unité, séculièrement cette fois, non plus comme unité organique mais comme unité mécanique, comme machine, comme artificialité consciente. [...] Ce qui, dans la Réforme, devait ruiner toute l'organicité des médiations coutumières, c'est la brèche ouverte par une doctrine qui professe séparation de la foi et des œuvres, du royaume de Dieu et du royaume du monde, de l'homme intérieur et de l'homme extérieur."

    "L'Etat moderne, qui prétend mettre fin à la guerre civile, en est plutôt la continuation par d'autres moyens."

    "On s'étonnera bien peu, après cela, que la critique [comme le remarque Tocqueville dans l'Ancien Régime et la Révolution] ait donné ses chefs d'œuvre les plus aboutis précisément là où "les citoyens" avaient été le plus parfaitement dépossédés de tout accès à la "sphère politique", en fait à toute pratique ; où toute existence collective avait été placée sous la coupe de l'État, je veux dire : sous les absolutismes français et prussien du XVIIIème siècle. [...] La critique se voudra donc d'autant plus pure et radicale qu'elle sera plus étrangère à toute positivité à laquelle elle pourrait lier ses affabulations."
    -Le Tiqqun, Introduction à la guerre civile.

    "Dans chaque naissance tumultueuse à l'amour, renaît le désir fondamental de se transformer en transformant le monde. Le haine et la suspicion que les amants suscitent autour d'eux sont la réponse automatique et défensive à la guerre qu'ils font, du seul fait de s'aimer, à un monde où toute passion doit se méconnaître et mourir." (p.80)
    -Le Tiqqun, L'hypothèse cybernétique.

    "Une foule d'hommes qui fuient est une foule d'hommes seuls."

    "Le privé des dominants est toujours le plus misérable."
    -Le Tiqqun, Thèses sur la communauté terrible.

    "La circularité immanente du causalisme marxien, qui veut que les conditions d'existence déterminent la conscience des hommes et que les hommes fassent eux-mêmes, quoiqu'inconsciemment, leurs conditions d'existence, ne laissait au Parti, pour justifier sa prétention démiurgique à une reconstruction totale de la réalité, que le point de vue du Créateur souverain, du sujet esthétique absolu."

    "Tout ce qui demeure dans un musée résulte de l'arrachement d'un fragment, d'un détail à un milieu organique. Il devrait le suggérer, mais à lui seul il n'y parvient plus -ce en quoi Heidegger s'est lourdement trompé dans L'origine de l'œuvre d'art à l'origine d'elle-même."
    -Le Tiqqun, Le problème de la tête.

    "Imaginons [...] une civilisation dont la grammaire porterait en son centre, notamment dans l'emploi du verbe le plus courant de son vocabulaire, une sorte de vice, de défaut tel que tout serait perçu selon une perspective non seulement faussée, mais dans la plupart des cas morbide. Imaginons ce qu'il en serait alors de la physiologie commune de ses usagers, des pathologies mentales et relationnelles, de l'amoindrissement vital à quoi ceux-ci seraient exposés. Une telle civilisation serait certainement invivable, et ne produirait partout où elle s'étend que désastre et désolation. Cette civilisation, c'est la civilisation occidentale, ce verbe c'est tout bonnement le verbe être. Le verbe être non dans ses emplois d'auxiliaire ou d'existence -cela est- qui sont relativement inoffensifs, mais dans ses emplois d'attribution -cette rose est rouge- et d'identité -la rose est une fleur- qui autorisent les plus pures falsifications. Dans l'énoncé "cette rose est rouge", par exemple, je prête au sujet "rose" un prédicat qui n'est pas le sien, qui est plutôt un prédicat de ma perception: c'est moi, qui ne suis pas daltonien, qui suis "normal", qui perçoit cette longueur d'onde comme "rouge". Dire, "je perçois la rose comme rouge" serait déjà moins captieux. Quant à l'énoncé "la rose est une fleur", il me permet de m'effacer opportunément derrière l'opération de classification que je fais. Il conviendrait plutôt de dire "je classe la rose parmi les fleurs" -ce qui est la formulation commune dans les langues slaves."
    -Le Tiqqun, Une métaphysique critique pourrait naître comme science des dispositifs.

    "Nos actes de destruction, de sabotage, nous n'avons pas besoin de les faire suivre d'une explication dûment visée par la Raison humaine. Nous n'agissons pas en vertu d'un monde meilleur, alternatif, à venir."

    "Rien n'est pire qu'une victoire dont on ne sait que faire."

    "Contrairement à ce qu'ON nous a dit, le guerrier n'est pas une figure de la plénitude, et surtout pas de la plénitude virile. Le guerrier est une figure de l'amputation. Le guerrier est cet être qui n'accède au sentiment d'exister que dans le combat, dans l'affrontement avec l'Autre ; cet être qui ne parvient pas à se procurer par lui-même le sentiment d'exister. Rien n'est plus triste, au fond, que le spectacle de cette forme-de-vie qui, dans chaque situation, attendra du corps-à-corps le remède à son absence à soi. Mais rien n'est plus émouvant, aussi bien ; parce que cette absence à soi n'est pas un simple manque, un défaut d'intimité avec soi-même, mais au contraire une positivité. Le guerrier est bel et bien animé par un désir, et même par un désir exclusif: celui de disparaître. Le guerrier veut n'être plus, mais que cette disparition ait un certain style. Il veut humaniser sa vocation à la mort. C'est pourquoi il ne parvient jamais à se mêler vraiment au reste des humains, parce que ceux-ci se gardent spontanément de son mouvement vers le néant. Dans l'admiration qu'ils lui vouent se mesure la distance qu'ils mettent entre eux et lui. Le guerrier s'est ainsi condamné à la solitude. Une grande insatisfaction se rattache en lui à cela, à ce qu'il ne parvient à n'être d'aucune communauté, sinon de la fausse communauté, de la communauté terrible des guerriers, qui n'ont en partage que cette solitude. Le prestige, la reconnaissance, la gloire sont moins l'apanage du guerrier que la seule forme de rapport qui soit compatible avec cette solitude. Son salut et sa damnation y sont également contenus.

    Le guerrier est une figure de l'inquiétude et du ravage. A force de n'être pas là, de n'être que pour-la-mort, son immanence est devenue misérable, et il le sait. C'est qu'il ne s'est jamais fait au monde. Pour cette raison, il n'y est pas attaché ; il en attend la fin. Mais il y a aussi une tendresse, une délicatesse même du guerrier, et qui est ce silence, cette demi-présence. S'il n'est pas là, bien souvent, c'est qu'il ne pourrait, en cas contraire, qu'entraîner ceux qui l'entourent dans sa course à l'abîme. C'est ainsi qu'aime le guerrier : en préservant les autres de la mort qu'il a au cœur. A la compagnie des hommes, le guerrier préférera donc souvent la solitude. Et cela par bienveillance plus que par dégoût. Ou bien, il ira rejoindre la meute endeuillée des guerriers, qui se regardent glisser un à un vers la mort. Puisque tel est leur penchant
    ."

    "L'essence de toute communauté n'est pas discursive mais élective."
    -Le Tiqqun.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Lun 16 Mar - 12:16, édité 15 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 19 Aoû - 18:53

    « Comme tous les esprits adolescents, ils ressentaient en même temps le doute et le besoin de croire. Leur solution
    personnelle consiste à donner à leur négation l'intransigeance, la passion de la foi. Quoi d'étonnant, au demeurant ?
    »
    -Albert Camus, L'Homme révolté (sur les jeunes nihilistes russes).

    "[Au yeux de Nietzsche] le dépassement d'un monde conjointement ordonné à l'ancienne métaphysique, au divin et au nihilisme passif qui le
    sanctionne, ne peut plus reposer sur aucune
    transcendance religieuse ou métaphysique."

    "S'il reste en effet au Bloom, avant sa perte définitive, la possibilité d'un réveil de la conscience pour parvenir entre autre chose au politbureau du Parti Imaginaire (c'est à dire rejoindre le noyau dur des conscients), il demeure, comme ses chefs, simple agent d'un destin historico-religieux tracé en dehors de sa seule bonne volonté. On aura alors beau jeu de dénoncer la transcendance historique développée par la philosophie hégéliano-marxiste, puisque, en désespoir de cause, on rehausse le cadavre divin."
    -D. Caboret et P. Garrone, La Tiqouennerie.

    "Il faut en finir avec les métaphysiciens dans l'I.S."
    -Guy Debord, Lettre à Gianfraco Sanguinetti.

    "C’est le seul vœu du Peuple qui doit approuver ou non les lois faites pour le captiver ; il faut donc [dans les assemblées populaires] qu’il s’y trouve en masse , sans élection."
    -Le Marquis de Sade, Idée sur le mode de la sanction des lois (1792).

    "Dans les relations d'hommes à homme, le pis qui puisse arriver à l'un est de se trouver à la discrétion d'un autre."
    -Rousseau.

    "Nul ne sait jamais exactement ce qui motive un autre être humain, d’autant que nul ne sait clairement ce qui le motive lui-même."
    -Stéphane Zagdanski.

    "Les antisémites -autre nom des "pauvres d'esprit"."
    -Nietzsche, La volonté de puissance.

    « Le courage dans le désordre infini de la vie qui nous sollicite de toutes parts, c’est de choisir un métier et de le bien faire, quel qu’il soit ; c’est de ne pas se rebuter du détail minutieux ou monotone ; c’est de devenir, autant que l’on peut, un technicien accompli ; c’est d’accepter et de comprendre cette loi de la spécialisation du travail qui est la condition de l’action utile, et cependant de ménager à son regard, à son esprit, quelques échappées vers le vaste monde et des perspectives plus étendues. »

    "Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques."
    -Jean Jaurès, Discours à la Jeunesse (Albi).


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Dim 22 Mar - 22:50, édité 5 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 20 Aoû - 11:19

    « La concentration excessive de la richesse grippe la machine économique jusqu’à provoquer son arrêt par deux effets combinés : d’une part, la baisse du pouvoir d’achat pour la grande masse de la population force à un développement du crédit qui fragilise, à terme, le secteur financier en raison du risque croissant de défaut de l’emprunteur ; d’autre part, les capitaux disponibles au sommet de la pyramide sociale iront, faute de débouchés suffisants dans la production, se placer dans des activités spéculatives, déréglant entièrement le mécanisme de la formation des prix ».
    -Paul Jorion, Misère de la pensée économique.

    « Keynes ne regarde pas les crises et des dépressions comme étant des aspects nécessaires de la formation du capital ; elles ne sont telles que dans les conditions du laisser-faire et que dans le sens de l’équilibre économique qui n’inclut pas le plein emploi. Pour Marx, cependant, une accumulation continue du capital présuppose des périodes de crises et de dépression, car la crise n’est que « le mécanisme d’équilibre » qui agit dans le capitalisme à l’égard de son développement. C’est dans la période de dépression que la structure du capital subit les changements nécessaires qui rétablissent la rentabilité perdue et qui permettent l’expansion nouvelle du capital. »
    -Paul Mattick, Marx et Keynes (1955).
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Jeu 21 Aoû - 7:44

    "Jusqu'à ce que la douleur le lui enseigne, l'homme ne sait pas quel trésor est l'eau."
    -Lord Byron.

    "Les grandes personnes aiment les chiffres. Quand vous leur parlez d’un nouvel ami, elles ne vous questionnent jamais sur l’essentiel. Elles ne vous disent jamais: «Quel est le son de sa voix? Quels sont les jeux qu’il préfère? Est-ce qu’il collectionne les papillons?» Elles vous demandent: «Quel âge a-t-il? Combien a-t-il de frères? Combien pèse-t-il? Combien gagne son père?» Alors seulement elles croient le connaître."
    -Antoine de Saint-Exupéry, Le petit prince.

    "Sans doute avons-nous besoin aujourd’hui de la poésie, plus que jamais. Afin de recouvrer notre sensibilité et notre conscience de notre humanité menacée et de notre capacité à poursuivre l’un des plus beaux rêves de l’humanité, celui de la liberté, celui de la prise du réel à bras le corps, de l’ouverture au monde partagé et de la quête de l’essence."

    "Nous souffrons d'un mal incurable qui s'appelle l'espoir. Espoir de libération et d'indépendance. Espoir d'une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l'école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom original : terre d'amour et de paix. Merci pour porter avec nous le fardeau de cet espoir."

    "Aux vivants de pleurer l'accalmie du vent."

    "La terre se transmet comme la langue."
    -Mahmoud Darwich, poète palestinien.

    "Créer, voilà le grand rachat de la souffrance et ce qui rend la vie légère."
    -Mahmoud Darwich, Éloge de l'ombre.
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 22 Aoû - 22:35

    "Et l’on nous parle d’individus ? Et cette société serait individualiste ?

    Allons-donc ! L’individualisme est-il la marche forcée et mimétique, la course bouffonne pour attraper l’os que brandit le maître arrogant ?
    L’individualisme est-il cet effort grotesque afin de ressembler au modèle, le pitoyable sacrifice de soi devant l’idole autoritaire ?
    Est-il l’ambition de devenir soi-même un de ces modèles établissant sa norme, que d’autres suivront aveuglément ?
    L’individualisme est-il l’uniformité dans la tristesse et le désespoir ?
    L’individualisme est-il autre chose qu’un mensonge que cette société de masse et de désolation nous vend au prix fort ?
    Est-il le retrait hors de toute lutte, le repli à la campagne en attendant que le ciel continue à nous tomber sur la tête, la négation des relations
    humaines, de l’affinité et de l’amitié ?
    Nous voyons au contraire brimades, sanctions, répression, punitions, menaces, corruption, rackets en tout genre et chantages exercés sur les millions de personnes humaines devenues indésirables.
    Nous voyons mil barrières sociales érigées par des siècles de civilisation et de domestication, faire obstacle à toute possibilité de développement réel de l’individualité.

    L’individu ?
    C’est notre recherche, notre effort propre, la tension qui nous anime, qui tendent à la réalisation de nos rêves anormaux de liberté. La recherche d’une plus grande cohérence possible entre nos idées et nos pratiques. C’est notre volonté d’agir le plus possible selon l’éthique que nous nous
    donnons à nous-mêmes.
    "
    -Guerre au Paradis, n°1 (2010).
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Sam 23 Aoû - 14:29

    "Cécile Laborde est en effet très sensible à la question des préférences adaptatives : à savoir le fait que les relations de domination ont souvent pour résultat de se rendre invisibles en modifiant les attentes de ceux (celles) qui en sont victimes. On parlera de « préférences adaptatives » lorsque des personnes sont satisfaites de leur situation seulement parce qu’elles n’ont pas conscience que d’autres options seraient possibles. C’est évidemment un concept à manipuler avec prudence, mais qui est essentiel du point de vue de la non-domination : on peut dominer les plus faibles en leur ôtant la possibilité même d’imaginer un autre sort."

    "Pas d’émancipation sans la possibilité d’exprimer soi-même ses griefs et ses revendications. Le premier et fondamental pouvoir dont doivent bénéficier les plus faibles, c’est le droit à la parole."
    -Marc Jacquemain, Cécile Laborde ou le républicanisme critique.
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Lun 25 Aoû - 12:33

    "Je ne croirais point que cette espèce humaine qui est à la tête de la création visible soit devenue ce troupeau abâtardi que vous nous dites et qu’il n’y ait plus qu’à la livrer sans avenir et sans ressource à un petit nombre de bergers qui, après tout, ne sont pas de meilleurs animaux que nous et souvent en sont de pires."
    -Alexis de Tocqueville, Lettre à Arthur de Gobineau (24 janvier 1857).

    "Je la regarde [la religion musulmane] relativement au paganisme lui-même comme une décadence plutôt que comme un progrès."
    -Alexis de Tocqueville, Lettre à Arthur Gobineau (22 octobre 1843).

    "Bien des livres et des articles savants, certains de la plus haute qualité, ont été écrits pour élucider la conception noble mais énigmatique qu’avait Tocqueville de la liberté et de la dignité humaine. Nous avons déjà vu que celle-ci n’a presque rien en commun avec le libéralisme contractualiste de Hobbes ou de Locke – en fait, elle en contient même une critique radicale – qui posent l’hypothèse de la liberté et de l’égalité originelle des êtres humains dans un « état de nature » pré-politique. Les êtres humains échappent aux « inconvénients » de l’état de nature (les menaces qui pèsent sur la vie, l’intégrité physique, ainsi que sur la possibilité de « vivre dans l’aisance », et qui résultent de l’absence d’autorité politique dominante) afin de se procurer la sécurité et ce que le philosophe politique Léo Strauss a appelé une « préservation confortable. » Tocqueville appartient à un univers moral et politique entièrement différent. Dans un célèbre passage du troisième chapitre du livre III de L’Ancien Régime et la Révolution (« Comment les Français ont voulu des réformes avant de vouloir des libertés ») Tocqueville avertit que quiconque « cherche dans la liberté autre chose qu’elle-même est fait pour servir. » Ailleurs, Tocqueville reconnaît que la doctrine de « l’intérêt bien entendu » est un instrument (ou un concept) utile pour faire sortir d’eux-mêmes les hommes démocratiques, pour leur rappeler qu’ils vivent en société et qu’ils ont des obligations envers d’autres êtres humains. Mais elle est dépourvue de grandeur et elle risque de transformer la liberté en simple instrument, comme si celle-ci n’avait d’utilité que pour les biens matériels qu’elle tend à produire sur le long terme. Tocqueville défendait et, pourrait-on dire, a même incarné personnellement une conception de la liberté qui met en avant le charme propre de celle-ci, « indépendant de ses bienfaits. »."
    -Daniel Mahoney, Les fondements conservateurs de l’ordre libéral (2011).


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Mar 26 Aoû - 8:52, édité 1 fois
    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5629
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 26 Aoû - 12:21

    "N'est-ce pas là le coeur du socialisme...Si j'aide les gens, alors j'ai le droit de m'accorder des petits privilèges."
    -Pierre (Source: http://aristidebis.blogspot.fr/2012/12/quitter-lunion-europeenne-12.html#comment-form ).

    « Les braves gens ne savent pas ce qu'il en coûte de temps et de peine pour apprendre à lire. J'ai travaillé à cela quatre-vingts ans, et je ne peux pas dire encore que j'y sois arrivé. »
    -Goethe.

    "La qualification [...] est le facteur le plus explicatif des disparités salariales."
    -Laurent Vassille, Les écarts de salaires à l'intérieur de huit pays de la Communauté européenne. Des pratiques nationales divergentes, 1989 (cf: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/estat_0336-1454_1989_num_219_1_5304 ).

    "La part des salaires est passée sous son niveau du début des années 1970 depuis le début des années 1990."
    -Nicolas Canry, La part salariale dans le PIB en France (cf: http://www.insee.fr/fr/ppp/sommaire/IM118f.pdf ).

    "Ce vocable [d'élite(s)], catégorie du discours politique dans les sociétés occidentales (p. ex. comme registre de dénonciation de l'action des gouvernants), a eu du mal pour être reconnu comme une catégorie d'analyse opératoire dans les sciences sociales."

    "Les premières théories élitistes voient le jour au tournant du XXème siècle au moment où les masses et le peuple des citoyens font leur entrée sur la scène politique et, en réaction à la pensée marxiste, elles annoncent l'inévitable venue d'élites détentrices du pouvoir. Il s'agit pour les auteurs qui s'en prévalent, comme Gaetano Mosca ou Vilfredo Pareto, de trouver une alternative à la lutte des classes comme clef de l'histoire en affirmant la nécessité et la légitimité des minorités dirigeantes. Dans une perspective "désenchantée du politique", ces penseurs, à l'instar de Machiavel, insistent sur le caractère incontournable du pouvoir politique [...]. C'est sous l'appellation de machiavéliens que ces auteurs, dont les points de vue ont parfois été trop hâtivement confondus [...] vont ériger un paradigme selon lequel, quelle que soit la forme du régime, c'est toujours une minorité qui gouverne. Dès lors, on comprend mieux pourquoi en opposant les élites qui gouvernent par la ruse ("les renards") à celles qui ont recours à l'usage de la force ("les lions"), Pareto a pu se montrer indulgent devant la montée du fascisme italien. La concordance des temporalités entre l'émergence des régimes totalitaires et autoritaires et la formulation des théories élitistes fut perçue par la critique comme un facteur de contingence voire une relation de cause à effet. Or, rien ne prouve que ces théories se soient retrouvées dans l'idéologie de ces régimes. Bien au contraire, on sait que l'autoritarisme comme le totalitarisme se sont construits contre l'action des élites libérales et démocratiques."

    "Qui fait les élites ? C'est le pouvoir qu'on leur attribue ou qu'on leur associe aujourd'hui, ce qui veut dire qu'il est nécessaire qu'elles soient perçues par les acteurs sociaux comme celles qui le possèdent et qui occupent une place en haut d'une hiérarchie sociale quelconque."

    "La prise en compte de l'historicité du mot élite permet de rappeler que lorsqu'il fut introduit il était porteur d'une charge sémantique positive."

    "En France, la domination quasi-hégémonique du structuralo-marxisme dans les sciences sociales a empêché l'essor d'une sociologie de l'autonomie des acteurs politiques malgré les efforts répétés de Raymond Aron."

    "Si l'existence dans chaque société d'élites dirigeantes ou gouvernantes est une donnée de fait, un tel fait ne peut être ni démocratique ni antidémocratique, car ce qui va à l'encontre de la démocratie c'est de poursuivre des fins antidémocratiques et non de rechercher la vérité expérimentale."
    -William Genieys, Sociologie des élites.


    Dernière édition par Johnathan R. Razorback le Lun 11 Mai - 15:05, édité 3 fois

    Contenu sponsorisé

    Matière Prométhéenne  - Page 2 Empty Re: Matière Prométhéenne

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 26 Mai - 17:39