L'Hydre et l'Académie

    Jérôme Perrier, Le libéralisme peut-il être de gauche ?

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 4923
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Jérôme Perrier, Le libéralisme peut-il être de gauche ?

    Message par Johnathan R. Razorback le Mer 14 Oct - 10:21

    http://www.contrepoints.org/2015/10/14/225323-le-liberalisme-peut-il-etre-de-gauche

    "Contrairement à un discours répandu dans les milieux universitaires de gauche, le tournant « néo-libéral » des années 1980 est un pur mythe. L’État français n’a cessé de croître dans toutes ses dimensions : entre 1974, date d’élection d’un Président qualifié alors de « libéral », et 2012, fin du mandat d’un autre Président qualifié lui aussi de « libéral », les prélèvements obligatoires sont passés de 33,6% à 44% du PIB ; les dépenses publiques de 38 à 56% du PIB ; tandis qu’un actif sur cinq est aujourd’hui fonctionnaire ! C’est à se demander comment l’extrême gauche peut encore entretenir le mythe de l’ultralibéralisme français sans susciter autre chose que l’hilarité… Durant la même période, la Sécurité sociale est entrée en quasi-faillite, tandis que le nombre de pauvres n’a cessé d’augmenter, sans même parler du chômage de masse qui gangrène notre pays depuis quarante ans. Le modèle d’État-Providence mis en place au lendemain de la guerre est aujourd’hui à bout de souffle car parfaitement inefficace."


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "Il y a, de nos jours, beaucoup de gens qui s'accommodent très aisément de cette espèce de compromis entre le despotisme administratif et la souveraineté du peuple, et qui pensent avoir assez garanti la liberté des individus, quand c'est au pouvoir national qu'ils la livrent. Cela ne me suffit point." -Alexis de Tocqueville, De la Démocratie en Amérique, vol II, Quatrième Partie : Chapitre VI, 1840.


      La date/heure actuelle est Mer 18 Juil - 17:58