L'Hydre et l'Académie

    Louis Rouanet, L’État et la reconstruction des logements après la seconde guerre mondiale

    Partagez
    avatar
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 3751
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Louis Rouanet, L’État et la reconstruction des logements après la seconde guerre mondiale

    Message par Johnathan R. Razorback le Dim 19 Juil - 11:50

    http://www.contrepoints.org/2015/07/19/214646-letat-et-la-reconstruction-des-logements-apres-la-seconde-guerre-mondiale

    Si les entrepreneurs sont les historiens du futur, ceux qui spéculent sur la meilleure façon de servir les consommateurs, les politiciens et les intellectuels, eux, conçoivent le futur en regardant dans le rétroviseur. Ils exploitent sans fin la nostalgie des généreuses 30 glorieuses, supposées représenter le succès de l’État-providence et du contrôle étatique de l’économie. Mais l’histoire de l’occident après-guerre n’est pas celle du triomphe du planisme, bien au contraire[1]. Rien n’est plus apparent en cela que la politique de reconstruction des logements après-guerre.

    L’encadrement des loyers en France

    À partir de la première guerre mondiale, l’État français commença à encadrer les loyers. La spirale de l’interventionnisme s’accéléra alors si bien qu’en 1947, 119 lois ou quasi-lois sur le contrôle des loyers avaient été actées. Dès 1943, tous les loyers étaient gelés, y compris ceux des nouveaux bâtiments jusque-là épargnés.

    Certains verront dans ces diktats des mesures dites « sociales ». En 1948, un salarié, avec 300 Francs, c’est-à-dire l’équivalent de 1$ de l’époque, pouvait payer son loyer. Celui-ci représentait en moyenne 1,4% du revenu d’un salarié et 1,7% du revenu d’un col blanc. Un mois de loyer ne coûtait que le prix de onze paquets de cigarettes. La rhétorique des défenseurs du contrôle des prix était la suivante : tout le monde devrait pouvoir se loger à un « prix décent »[2]. Un prix dit décent mais pas de logement à louer, voici ce que fut la réalité du contrôle des prix. L’encadrement des loyers fut un échec apparent.

    L’une des explications de la popularité du contrôle des prix réside dans le fait qu’en général, une partie de ses coûts sont cachés ou, tout du moins, ne sont pas visibles initialement quand la loi est adoptée. Le contrôle des prix est donc particulièrement attirant pour ceux qui ne pensent pas au long terme, un trait de caractère omniprésent chez les politiciens. Les prix diminués artificiellement par décret gouvernemental plutôt que par l’offre et la demande encouragent à consommer, en même temps qu’ils découragent la production de ces mêmes biens et services. Une consommation plus élevée et une production réduite signifient qu’il y a pénurie. Les conséquences du contrôle des prix sont donc à la fois quantitatives et qualitatives.

    Après la seconde guerre mondiale, ceux qui avaient déjà un appartement le payaient un prix extraordinairement bas, mais il n’y avait aucun logement disponible à la location pour les nouveaux candidats voulant entrer sur le marché. Le contrôle des prix des loyers avait remplacé l’alternative « payer ou dormir sous un pont » par « être déjà locataire ou dormir sous un pont ». Le décès d’un locataire était la seule opportunité permettant d’obtenir un logement. Déjà en 1939, les problèmes du contrôle des prix étaient critiques. À la veille de la seconde guerre mondiale, 72% des familles d’ouvriers français occupaient des logements de moins de 3 pièces, contre 56% en Italie, 52% en Allemagne et 19% en Angleterre[3]. Quand Bertrand de Jouvenel écrivit son article en 1948 sur le contrôle des loyers[4], il remarqua que les jeunes couples français étaient forcés de cohabiter avec leurs beaux parents. L’activité principale des épouses, écrivait-il, était de guetter la disparition d’un quelconque locataire. Des « chasseurs d’appartements », marchandaient avec les concierges et les croque-morts pour être avertis les premiers des décès.

    Entre 1936 et 1948, pratiquement aucun logement ne fut construit. En 1948, sur les 84.000 bâtiments de Paris, 27,2% avaient été construits avant 1850, 56,9% avant 1880 et presque 90% avant la première guerre mondiale. En 1947, après que la loi ait permis d’augmenter le prix des loyers, louer de l’immobilier construit avant 1914 coûtait seulement 12% du prix de 1939 en termes réels. Concernant le prix de l’immobilier construit après 1914, ce nombre était de 9%. Il était courant que les propriétaires louent à perte. Ainsi, l’incitation à la construction de nouveaux logements était quasiment inexistante.

    Mais les coûts du contrôle des prix sont également qualitatifs. En effet, la détérioration de la qualité accompagne souvent la réduction de la production sous le régime de fixation des prix. Sur un marché libre, les vendeurs sont incités à maintenir la qualité de leurs biens ou services de peur de perdre des clients. Mais quand il y a contrôle des prix et que le prix fixé est inférieur au prix de marché, une pénurie s’ensuit et la peur de perdre des consommateurs disparaît. Par exemple, les propriétaires n’entretiennent et ne réparent plus quand s’exerce un contrôle des loyers parce qu’ils n’ont aucune inquiétude à ne pas trouver preneur lorsque les candidats à la location sont plus nombreux que les logements disponibles sur le marché. Ainsi, en 1948, selon les estimations indulgentes de l’administration publique, 16.000 bâtiments étaient dans un état si déplorable que seule leur destruction était envisageable. À Paris, en 1948, 82% de la population n’avait pas accès à une douche ou une baignoire. Plus de la moitié des parisiens devaient sortir de chez eux pour utiliser un lavabo, et un cinquième d’entre eux n’avait même pas accès à l’eau courante dans leur appartement. Ces chiffres sont très clairs : bien loin d’améliorer les conditions de vie, le contrôle des loyers mène à la consommation du capital immobilier et donc à son appauvrissement.

    En 1948, le gouvernement français libéra les prix des nouveaux logements mais pas ceux des logements déjà construits. Cette réforme incomplète permit à la situation de s’améliorer mais les difficultés persistèrent.

    Le contrôle des loyers est l’exemple même de la politique gouvernementale ayant entravé la reconstruction après la seconde guerre mondiale. L’économie, particulièrement en période d’après-guerre, n’a pas besoin de plus de contrôle mais bel et bien de plus de liberté. Le cas échéant, ce n’est pas la production qui se multiplie, mais les files d’attentes.

    Le planisme et le logement en Angleterre

    Il est difficile d’imaginer aujourd’hui à quel point l’Angleterre travailliste d’après-guerre était devenue la victime de politiques socialistes ruineuses[5]. Dans un manifeste électoral datant de 1945, le parti travailliste clamait être « un parti socialiste et fier de l’être »[6]. Après l’élection des travaillistes, le Premier ministre Atlee affirma : « en matière de planification économique, nous sommes d’accord avec la Russie soviétique. »[7]

    Les conséquences de ces politiques économiques socialistes furent désastreuses. L’Angleterre connaîtra l’un des taux de croissance les plus faibles d’Europe pendant les 30 Glorieuses. En 1948 les rations étaient bien en dessous de celles qu’avaient connues les Anglais pendant la guerre. Même le pain, qui n’avait pas été rationné pendant la guerre, commença à l’être. Malgré tous ces échecs, il est parfois admis que la politique de logement du gouvernement britannique fut un succès, surtout pour les classes populaires. La vérité est tout autre.

    La seconde guerre mondiale, responsable de la destruction de 300 000 logements au Royaume Uni, ne fut pas le principal responsable de la pénurie de logements d’après-guerre. Cette performance revient au gouvernement britannique qui, au nom de la « justice sociale », décida après 1945 qu’au moins 4/5 des bâtiments devaient être propriété de l’État et loués à des employés. En 1948, le secteur du logement privé avait presque complètement disparu. En 1949, 94% des bâtiments construits en Angleterre appartenait à l’État et était exploité par lui.

    L’échec du contrôle de la construction de l’immobilier par l’État était patent, elle était plus chère et les logements moins nombreux. À la fin des années 1940, la Grande Bretagne dépensait la même proportion de ses revenus pour le logement qu’avant la guerre mais construisait deux fois moins de maisons par an. Pendant les quatre années suivant la seconde guerre mondiale, seulement 367.761 maisons permanentes furent construites, contre 2 500.000 durant les 8 années avant la guerre, dont 1 888.000 le furent par le secteur privé[8].

    Curieuse manière d’inciter à la construction de logements que de pouvoir condamner à 7 ans de travaux forcés celui qui, après la guerre, construisait un bâtiment sans licence gouvernementale. Les destructions consécutives aux bombardements effectués par les nazis avaient donné une justification à l’État pour contrôler et réguler la gestion et la construction de logements. Mais bien sûr, plus il y avait de contrôles, moins il y avait de logements.

    Face aux problèmes du planisme immobilier, certains socialistes accusèrent les travailleurs de manque d’ardeur au travail. Certains de leurs commentaires illustraient tout à fait la dérive autoritaire qu’était en train de vivre l’Angleterre. Mr. Aneurin Bevan, le socialiste ministre de la Santé, s’alarma en ces termes de la lenteur des constructions à Londres :

    « La lenteur avec laquelle la force de travail construit à Londres me fait peur. Si cela avait été une opération militaire, on pourrait introduire de la discipline dans tout ça et tirer sur quelques constructeurs qui ne rentrent pas dans le rang. »[9]

    Ce que ce ministre ne comprenait pas, c’est que le manque d’ardeur au travail n’était qu’une facette du problème. Aussi efficaces que puissent être les travailleurs dans une économie socialiste, les problèmes d’allocation des ressources et de bureaucratisation persistent. Bâtir des logements est bien plus compliqué que ce qu’on peut penser au premier abord. Ces constructions se décomposent en de très nombreuses étapes de productions qui doivent elles-mêmes être planifiées. Comme l’écrivait Ludwig von Mises, le planificateur d’une société socialiste « tâtonne dans les ténèbres »[10] : l’absence de prix de marché empêche le calcul économique rationnel.

    La situation du secteur du bâtiment dans l’Angleterre de la fin des années 1940 est bien résumée dans un communiqué de la London Master Builder Association, où il est écrit :

    « L’employeur dans le bâtiment se conformant aux lois voit ses activités rendues à peu près aussi difficiles que possible. Même lorsque les licences sont obtenues, il n’y a aucune garantie que le matériel pour réaliser le travail sera disponible. La quantité de formulaires à remplir qui a été infligée aux employeurs a rendu nécessaire qu’une grande partie du temps de gestion soit alloué à du travail de bureau improductif. Il faut souvent plusieurs semaines avant que le remplissage des formulaires permette de commander les matériaux, sans parler de leur livraison. »[11]

    Ainsi, la planification a conduit en Angleterre à des cas aberrants où le capital et les productions furent gaspillés en grande quantité. En janvier 1947, le gouvernement britannique annonça un plan pour loger les personnes sans domicile. La construction dans l’année de 250.000 maisons était prévue. Le gouvernement mit alors une foule d’industries au travail. Briques, ciment, plomberie, clous, plâtre et toutes sortes de matériaux furent produits massivement pour réaliser le plan. Mais quand tout ceci fut produit, il apparut que la production de bois de charpente n’était suffisante que pour la construction de 60.000 maisons. Ainsi, le glorieux plan, destiné à résoudre le problème du logement, ne put réaliser que 24% des constructions prévues initialement. Pendant ce temps, les usines tournaient à plein régime et on avait découvert que la main d’œuvre manquait. Les briques étaient entassées dans les usines qui, faute d’acheteurs, étaient fermées. D’autres matériaux furent également gaspillés. Le plan fut un échec pitoyable[12].

    Conclusion

    La planification centralisée est censée être une tâche relativement plus facile quand il s’agit de reconstruire à l’identique ce qui a été détruit pendant une guerre ou une catastrophe naturelle. Et pourtant, même dans ce cas, l’État échoue. Même dans ce cas, le capital est mal utilisé et les ressources gaspillées. Même dans ce cas, l’occasion de ré-allouer plus efficacement est gaspillée. Même dans ce cas, la planification nourrit une armée de bureaucrates vivant sur le dos de la classe productive et vampirisant la production[13].

    Les nostalgiques des 30 Glorieuses sont victimes de la mystique du plan. Ils souffrent du sophisme post hoc ergo propter hoc : ce n’est pas parce que le plan fut instauré après-guerre et que la croissance a suivi que le planisme en est la cause. Mais même si on admettait que la planification permit d’accélérer la reconstruction d’après-guerre ou d’augmenter le taux de croissance, il faudrait toujours se demander en quoi est-ce bénéfique ? Rien ne permet d’affirmer que maximiser le PIB ou construire plus de logements soit quelque chose d’intrinsèquement bon[14]. On parle souvent de la croissance en oubliant que toute production a un coût pour les individus qui produisent[15]. Peut-être que les Anglais d’après-guerre voulaient construire moins. Peut-être voulaient-ils construire moins mais mieux. Ou peut-être voulaient-ils produire autre chose que des logements. Tout ceci dépend des préférences individuelles. Affirmer que la planification fut bénéfique pour le bien-être social repose sur des jugements de valeur et, par conséquent, ne peut pas être considéré comme une affirmation scientifique. Le paradoxe, dans le cas de la croissance par la planification, est que la croissance peut faire décroître le bien-être de la population. Rien, dès lors, ne permet d’affirmer que l’intervention de l’État dans le secteur du logement fut bénéfique.


    _________________
    «You'll have to think harder than you've ever done before, because you will be on your own -relying on your own judgment and the logic of the arguments you hear or consider, rejecting all authorities and all bromides, and taking nothing on faith. »  
    -Ayn Rand.



      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 5:42