L'Hydre et l'Académie

    Entretien de Staline avec Romain Rolland + Staline, Oeuvres complètes + Mao Zedong

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5624
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Entretien de Staline avec Romain Rolland + Staline, Oeuvres complètes + Mao Zedong Empty Entretien de Staline avec Romain Rolland + Staline, Oeuvres complètes + Mao Zedong

    Message par Johnathan R. Razorback le Ven 24 Avr - 19:38

    http://classiques.chez-alice.fr/staline/rolland.pdf

    http://classiques.chez-alice.fr/start/staline00.html

    http://classiques.chez-alice.fr/start/mao00.html

    http://classiques.chez-alice.fr/

    [Les 4 éléments de la théorie bolchevik de l'action politique]
    "1. Marx et Engels enseignaient que le prolétariat industriel est la classe la plus révolutionnaire et, par conséquent, la classe la plus avancée de la société capitaliste ; que seule une classe comme le prolétariat peut rallier autour d'elle toutes les forces mécontentes du capitalisme, et les mener à l'assaut du capitalisme. [chapitre 1]

    2. Marx et Engels enseignait qu'il est impossible qu'il est impossible de s'affranchir du pouvoir du capital et de transformer la propriété capitaliste en propriété sociale par la voie pacifique ; que la classe ouvrière ne peut y parvenir qu'en usant de la violence révolutionnaire contre la bourgeoisie, par la révolution prolétarienne, en établissant sa domination politique, la dictature du prolétariat, qui doit écraser la résistance des exploiteurs et créer une société nouvelle, la société communiste sans classes. [chapitre 1]

    3. L'histoire du Parti nous apprend, tout d'abord, que la victoire de la révolution prolétarienne, la victoire de la dictature du prolétariat est impossible sans un parti révolutionnaire du prolétariat, exempt d'opportunisme, intransigeant vis-à-vis des conciliateurs et des capitulards, révolutionnaire vis-à-vis de la bourgeoisie et de son pouvoir d'Etat. L'histoire du Parti nous apprend que laisser le prolétariat privé d'un tel parti équivaut à la laisser sans direction révolutionnaire ; or, le laisser sans direction révolutionnaire, c'est ruiner la cause de la révolution prolétarienne. [conclusion]

    4. Le matérialisme dialectique et le matérialisme historique constituent le fondement théorique du communisme, les principes théoriques du Parti marxiste ; connaître ces principes, les assimiler est le devoir de tout militant actif de notre Parti. [chapitre 4]
    ."
    -Joseph Staline, Histoire du Parti communiste de Bolchévique de l'URSS, 1938.

    "Le libéralisme a pour cause l'égoïsme de la petite bourgeoisie qui met au premier plan les intérêts personnels et relègue au second ceux de la révolution. [...]

    Nous devons vaincre le libéralisme, qui est négatif, par le marxisme, dont l'esprit est positif.

    Un communiste doit être franc et ouvert, dévoué et actif; il placera les intérêts de la révolution au-dessus de sa propre vie et leur subordonnera ses intérêts personnels. Il doit toujours et partout s'en tenir fermement aux principes justes et mener une lutte inlassable contre toute idée ou action erronée, de manière à consolider la vie collective du Parti et à renforcer les liens de celui-ci avec les masses.

    Enfin, il se souciera davantage du Parti et des masses que de l'individu, il prendra soin des autres plus que de lui-même. C'est seulement ainsi qu'il méritera le nom de communiste
    ."
    -Mao Zedong, Contre le libéralisme, 7 septembre 1937.

    "Notre stratégie doit consister à employer nos forces principales sur un front étiré et indéterminé. Pour remporter la victoire, les troupes chinoises opéreront sur de vastes champs de bataille, avec un haut degré de mobilité: avances et replis rapides, concentration et dispersion rapides des forces.

    Ce sera une vaste guerre de mouvement plutôt qu'une guerre de position reposant exclusivement sur des ouvrages défensifs avec de profondes tranchées, des remparts élevés et des lignes de défense en profondeur.

    Cela ne signifie pas l'abandon de tous les points stratégiques importants, qui doivent être défendus par une guerre de position tant qu'il y a avantage à le faire. Toutefois, la stratégie décisive doit être axée sur la guerre de mouvement.

    La guerre de position est nécessaire, mais elle ne jouera qu'un rôle auxiliaire, secondaire.

    Du point de vue géographique, le théâtre d'opérations est tellement vaste qu'il nous sera possible d'y poursuivre avec le plus grand succès la guerre de mouvement. Face à l'action énergique de nos troupes, les forces japonaises devront agir avec prudence.

    Leur machine de guerre est lourde, lente à se mouvoir et est d'une efficacité limitée. Une forte concentration de nos troupes en un secteur étroit du front, pour résister à l'ennemi par la guerre d'usure, nous priverait des avantages de notre situation géographique et de notre organisation économique, et nous commettrions l'erreur de l'Abyssinie
    ."

    "Développer la guerre, déjà déclenchée, en une guerre générale de toute la nation, telle est la clé de la victoire dans la Guerre de Résistance. Seule cette guerre générale de toute la nation nous permettra de remporter la victoire finale.

    Comme il subsiste de grandes faiblesses dans la conduite de la Guerre de Résistance, de nombreuses difficultés peuvent encore surgir: revers et retraites, scissions et trahisons, compromis temporaires et partiels.

    C'est pourquoi il faut s'attendre à une guerre longue et acharnée. Mais nous sommes convaincus que, grâce aux efforts de notre Parti et de tout le peuple, la Résistance qui a déjà commencé se poursuivra et se développera, brisant tous les obstacles sur sa route
    ."

    "Nous poursuivons une guerre révolutionnaire, et une guerre révolutionnaire agit comme une sorte de contrepoison, non seulement sur l'ennemi, dont elle brisera la ruée forcenée, mais aussi sur nos propres rangs, qu'elle débarrassera de tout ce qu'ils ont de malsain."

    "Lorsque nous disons que le Japon peut aussi être transformé, nous entendons que la guerre d'agression poursuivie par les dirigeants du Japon leur apportera la défaite et peut susciter une révolution populaire au Japon.

    Le jour de la victoire de la révolution populaire japonaise sera le jour de la transformation du Japon. Cela est étroitement lié à la Guerre de Résistance que poursuit la Chine, et il ne faudra pas perdre de vue cette perspective
    ."

    "Ils n'ont pas le courage de reconnaître que l'ennemi est fort et que nous sommes faibles."

    "Sans maintenir fermement le front uni et sans poursuivre la guerre avec ténacité, on ne peut remporter la victoire finale."

    "Les armes sont un facteur important, mais non décisif, de la guerre.

    Le facteur décisif, c'est l'homme et non le matériel
    ."

    "Dans son ensemble, la Guerre de Résistance se poursuit à l'intérieur des lignes, mais si l'on considère la relation entre nos forces régulières et nos détachements de partisans, les premières opèrent à l'intérieur des lignes, tandis que les seconds opèrent à l'extérieur, ce qui compose un tableau original: l'ennemi est enserré dans une tenaille."

    "L'histoire n'a pas encore connu de périodes où la guerre nous rapproche autant qu'aujourd'hui de la paix perpétuelle.

    Par suite de l'apparition des classes, l'histoire de l'humanité a été, pendant des millénaires, remplie de guerres interminables.

    Chaque peuple a connu des guerres sans nombre, guerres intestines ou guerres étrangères.

    Au stade impérialiste du développement de la société capitaliste, les guerres deviennent particulièrement étendues et acharnées.

    La première grande guerre impérialiste, il y a vingt ans, fut une guerre comme on n'en avait jamais connu, sans être pourtant la dernière.

    La guerre qui vient de commencer nous rapproche de la dernière des guerres, en d'autres termes, de la paix perpétuelle pour l'humanité tout entière
    ."

    "Il n'y a pas de doute que viendra la guerre de Hitler contre les grandes puissances."

    "On peut prévoir que cette guerre ne sauvera pas le capitalisme mais hâtera sa faillite [...]

    Dès que l'humanité aura supprimé le capitalisme, elle entrera dans l'ère de la paix perpétuelle et elle n'aura plus besoin de faire la guerre.

    Il n'y aura plus besoin d'armées, de vaisseaux de guerre, d'avions militaires ni de gaz toxiques. Dans tous les siècles des siècles, l'humanité ne connaîtra plus jamais de guerres.
    ."

    "Toutes les idées qui reposent sur la réalité objective et lui correspondent sont justes, et sont justes également toute pratique, toute action reposant sur des idées justes."

    "Les chefs militaires, nageant dans l'immense océan de la guerre, doivent non seulement se garder de se noyer, mais encore être capables d'atteindre sûrement le rivage opposé à brasses mesurées.

    La stratégie et la tactique en tant que lois de la conduite de la guerre sont l'art de savoir nager dans l'océan de la guerre.

    LA GUERRE ET LA POLITIQUE

    63. "La guerre est la continuation de la politique." En ce sens, la guerre, c'est la politique; elle est donc en elle-même un acte politique; depuis les temps les plus anciens, il n'y a jamais eu de guerre qui n'ait eu un caractère politique. [...]

    En un mot, il n'est pas possible de séparer une seule minute la guerre de la politique. [...]

    Toute tendance à sous-estimer la politique, en isolant la guerre de la politique et en considérant la guerre dans l'absolu, est erronée et doit être corrigée.

    64. Mais la guerre a aussi ses caractères spécifiques. En ce sens, elle n'est pas identique à la politique en général. "La guerre est une simple continuation de la politique par d'autres moyens."

    Une guerre éclate pour lever les obstacles qui se dressent sur la voie de la politique, quand celle-ci a atteint un certain stade qui ne peut être dépassé par les moyens habituels. [...]

    Lorsque l'obstacle est levé et le but politique atteint, la guerre prend fin.

    Tant que l'obstacle n'est pas complètement levé, il faut poursuivre la guerre jusqu'à ce qu'elle atteigne son but politique. [...]

    C'est pourquoi l'on peut dire que la politique est une guerre sans effusion de sang et la guerre une politique avec effusion de sang.

    65. Les caractères spécifiques de la guerre donnent naissance à un ensemble d'organismes spécifiques, à une série de méthodes spécifiques et à un processus particulier propres à la guerre.

    Les organismes de la guerre sont l'armée et tout ce qui s'y rapporte. Les méthodes sont la stratégie et la tactique qui servent à diriger les opérations militaires.

    Le processus est la forme spécifique d'activité sociale dans laquelle chacune des parties belligérantes attaque ou se défend en appliquant une stratégie et une tactique avantageuses pour elle-même et désavantageuses pour l'adversaire.

    C'est pourquoi l'expérience de la guerre est une expérience spécifique. Tous ceux qui prennent part à la guerre doivent renoncer aux habitudes du temps de paix et s'adapter à la guerre, s'ils veulent y remporter la victoire. [...]

    Vouloir la victoire et négliger la mobilisation politique, c'est comme "vouloir aller vers le nord en dirigeant l'attelage vers le sud".

    67. Qu'Est-ce que la mobilisation politique? Avant tout, elle consiste à exposer à l'armée et au peuple les buts politiques de la guerre.

    Il faut que chaque soldat, chaque citoyen comprenne pourquoi on doit se battre, en quoi la guerre le touche personnellement. [...]

    Mais la seule explication des buts de la guerre ne suffit pas, il faut encore exposer clairement les mesures et la politique nécessaires pour atteindre ces buts; autrement dit, il faut un programme politique. [...]

    Il ne s'agit pas de réciter mécaniquement au peuple notre programme politique, car personne n'écoutera; il faut lier la mobilisation politique au développement même de la guerre, à la vie des soldats et des simples gens; il faut en faire un travail permanent.

    C'est une tâche d'une immense importance dont dépend en tout premier lieu la victoire. [...]

    La guerre n'a d'autre but que "de conserver ses forces et d'anéantir celles de l'ennemi" (anéantir les forces de l'ennemi, c'est les désarmer, "les priver de toute capacité de résistance", et non pas les anéantir toutes physiquement). [...]

    L'attaque est le moyen principal pour anéantir les forces de l'ennemi, mais l'on ne saurait se passer de la défense. [...]

    La guerre est une politique sanglante, pour laquelle il faut payer, et souvent très cher. Sacrifier (ne pas conserver) partiellement et temporairement ses forces vise à conserver l'ensemble des forces pour toujours. [...]

    70. La conservation de ses propres forces et l'anéantissement des forces de l'ennemi en tant que buts de la guerre constituent l'essence même de la guerre et le fondement de tout acte de guerre.

    Cette essence de la guerre en pénètre toutes les activités, depuis les procédés techniques jusqu'à la stratégie.

    Les buts de la guerre que nous venons d'indiquer représentent le principe fondamental de la guerre; tout concept ou principe d'ordre technique, tactique, opérationnel ou stratégique en est absolument inséparable. [...]

    Aucun principe, aucune action d'ordre technique, tactique, opérationnel ou stratégique ne peut en quoi que ce soit s'écarter des buts de la guerre, et ceux-ci régissent la guerre dans son ensemble et en orientent le cours du début à la fin.
    ."
    -Mao Zedong, De la guerre prolongée, 1938.

    "Les impérialistes n'en ont plus pour longtemps, car ils commettent tous les méfaits possibles. Ils se font une spécialité de soutenir les réactionnaires hostiles au peuple dans les différents pays. Ils occupent beaucoup de colonies, semi-colonies et bases militaires. Ils menacent la paix d'une guerre atomique. Ce qui fait que plus de 90 pour cent de la population du monde se dressent ou vont se dresser en masse contre eux. Les impérialistes sont encore vivants ; ils continuent à faire régner l'arbitraire en Asie, en Afrique et en Amérique latine. En Occident, ils oppriment encore les masses populaires de leurs pays respectifs. Cette situation doit changer. Il appartient aux peuples du monde entier de mettre fin à l'agression et à l'oppression de l'impérialisme, et principalement de l'impérialisme américain."
    -Mao Zedong, Entretien avec un journaliste de l'Agence Hsinhua, 29 septembre 1958, in Citations du Président Mao Tsetoung, Pékin, Éditions en langues étrangères, 1972, 392 pages, p.95-96.



    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Mer 22 Mai - 5:31