L'Hydre et l'Académie

    Henri Gouhier, Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale

    Johnathan R. Razorback
    Johnathan R. Razorback
    Admin

    Messages : 5707
    Date d'inscription : 12/08/2013
    Localisation : France

    Henri - Henri Gouhier, Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale Empty Henri Gouhier, Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale

    Message par Johnathan R. Razorback le Mar 2 Déc - 0:51

    http://books.google.fr/books?id=sq_WT-pk4eoC&pg=PA108&dq=Bergson&hl=fr&sa=X&ei=dQx9VI3lB8_eapy7gYgM&ved=0CFIQ6AEwCA#v=onepage&q=Bergson&f=false

    "L'enseignement de Bergson au Collège de France commence avant sa nomination le 17 mai 1900." (p.19)

    "Fort curieuse est aussi la place occupée par les arguments de Zénon dans la conférence donnée sur "La Personnalité", à l'Athénée de Madrid, le 6 mai 1916. Bergson lui-même dira "J'ai fais un bien long détour". Nous sommes alors en guerre. Le gouvernement français envoie quatre membres de l'Institut faire des conférences. Bergson entend maintenir les siennes à un haut niveau sans rien qui paraisse relever de la propagande." (p.28)

    "En cette même année 1898, Bergson est nommé maître de conférences à l'École Normale supérieure." (p.109)
    -Henri Gouhier, Bergson dans l'histoire de la pensée occidentale, Paris, Vrin, 1989.

    "...vous avez deviné ma sympathie pour Plotin -sympathie dont je n'ai jamais eu l'occasion de parler dans mes livres-, mais que les auditeurs de me cours connaissent bien." -Henri Bergson, cité dans A H.-M Kallen, Mélanges, p.1192.


    _________________
    « La racine de toute doctrine erronée se trouve dans une erreur philosophique. [...] Le rôle des penseurs vrais, mais aussi une tâche de tout homme libre, est de comprendre les possibles conséquences de chaque principe ou idée, de chaque décision avant qu'elle se change en action, afin d'exclure aussi bien ses conséquences nuisibles que la possibilité de tromperie. » -Jacob Sher, Avertissement contre le socialisme, Introduction à « Tableaux de l'avenir social-démocrate » d'Eugen Richter, avril 1998.

    "La vraie volupté est remportée comme une victoire sur la tristesse [...] Il n’y a pas de grands voluptueux sans une certaine mélancolie, pas de mélancoliques qui ne soient des voluptueux trahis." -Albert Thibaudet, La vie de Maurice Barrès, in Trente ans de vie française, volume 2, Éditions de la Nouvelle Revue Française, 1919, 312 pages, p.40.


      La date/heure actuelle est Jeu 18 Juil - 4:33